T W E L V E

40 8 12

Un chapitre plus long que d'ordinaire pour compenser mon absence ;)

~•~

Darcy n'était pas très sure de savoir ce qu'il s'était réellement passé avant qu'elle ne perde connaissance dans les escaliers et ne sombre dans l'inconscience. Tous les souvenirs qui remontaient à son réveil après la nuit de la tempête étaient flous et indistincts, fragmentés comme s'ils s'étaient brisés au moment de sa chute. De ce qu'elle en retenait, elle était montée apporter un bol de porridge à Loki sans qu'elle ne se rappelle pourquoi, et se souvenait de l'affreuse sensation de sortir de son propre corps qui l'avait saisit toute entière lorsqu'elle s'était évanouie moins d'une minute après.

Elle revoyait pourtant une silhouette penchée au dessus d'elle, indistincte mais palpable, des mains étrangères sur son visage, et de morceaux inintelligibles de phrases et de murmures qu'elle ne parvenait pas vraiment à traduire lui flottant dans les oreilles. En fin de compte, il n'y avait que des détails accumulés qui lui revenaient pendant son sommeil, des petites remarques étranges, des sensations de fourmillements, d'humidité, un regard émeraude vacillant et surtout le néant le plus absolu, le tout amalgamé dans un maelström bordélique qui lui ferait presque grincer des dents. Une seule chose se démarquait pourtant du lot.

Darcy !

Comme si on lui avait jeté un seau d'eau glacée sur la tête, Darcy ouvrit grand les yeux en se sentant remonter comme une flèche des limbes du sommeil. L'effervescence ne dura qu'une seconde, avant que son corps ankylosé ne lui rappelle qu'elle n'était qu'humaine et ne la force à rester allongée dans le plus grand des silences. Il fallut une minute à la jeune femme pour ré assembler les pièces du puzzle (pour le peu qu'elle possédait) et ramener un semblant d'ordre et de calme dans son esprit. Elle cligna des paupières, quelque peu éblouie par le soleil qui descendait derrière la fenêtre de la baie vitrée, et pesta contre ses muscles endoloris alors qu'elle extirpait ses bras de la chaleur agréable de sa couverture. Sa bouche était pâteuse, sa tête lui paraissait peser une tonne et elle n'arrivait pas à déterminer si elle avait chaud ou si elle était morte de froid. La seule constatation qu'elle pouvait faire était que malgré ça, elle se sentait mille fois mieux qu'à son dernier réveil.

En se redressant, la première chose qu'elle remarqua fut qu'elle avait un torchon humide posé sur le front, et qu'un plaid en laine avait été soigneusement bordé autour de son corps et remonté jusqu'à ses épaules. La seconde, entraînant sa perplexité, fut que le premier tome de Harry Potter que Loki lui avait volé sans gêne était revenu sur la table basse, sur lequel ses lunettes attendaient, et qu'à côté de cela, un grand verre d'eau semblait lui chanter une sérénade. Fronçant les sourcils, elle tendit Le Bras pour le saisir, frissonnant au contact du verre glacé, et avala une grande gorgée en posant ses pieds à terre.

L'idée que Loki ait pu prendre soin d'elle, puisqu'à l'évidence personne d'autre n'aurait pu le faire, lui paraissait tellement improbable qu'elle en aurait presque hurlé de rire. Et pourtant, lorsqu'elle releva la tête, son regard heurta de plein fouet la silhouette avachie du dieu nordique dans le large fauteuil en cuir qu'il squattait à l'occasion, et Darcy se demanda vraiment si son cerveau ne lui jouait tout simplement pas des tours. Et pourtant, plus elle y réfléchissait, et plus cela s'imposait comme une évidence.

Il dormait sur le fauteuil, le menton enfoncé dans sa paume, quelques mèches couleur jais caressant ses épaules et tombant contre sa nuque. Sa peau était si pâle que si sa poitrine ne se soulevait pas à un rythme lent et régulier, la jeune femme l'aurait presque confondu avec un cadavre. Pourtant, d'avantage que sa tenue (très humaine, il fallait admettre qu'elle ne l'aurait jamais imaginé portant un bas de survêtement et un sweat-shirt à l'effigie des Pink Floyd) ce qui la troublait était le calme quasi religieux qui voilait tout son visage. C'était une constatation surprenante mais diablement véridique : Loki, endormi, semblait aussi apaisé et calme que la surface d'un lac.

 แŽค๐‘ข๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘Ž๐‘›๐‘ก๐‘Ž๐‘–๐‘›๐‘’ ๐Œผ๐‘–๐‘‘๐‘”๐‘Ž๐‘Ÿ๐‘‘๐‘–๐‘’๐‘›๐‘›๐‘’ | ๐•‹๐”ธ๐•Š๐”ผโ„๐•‹โ„๐•€โ„‚๐•‚๐•ŠWhere stories live. Discover now