39.Adam

463 37 3

Je n'arrive pas à me calmer, à me contenir. C'est ce mois, ce foutu mois où j'ai tout renfermé sur moi-même, qui explose enfin. Je ne peux pas occulter ma colère pour tenter de penser à autre chose. Je n'en peux plus, de tous ces efforts vains. Ezra a une vie compliquée, j'en conviens. Mais ce n'est pas pour autant que je dois sans arrêt me mettre à genoux devant elle, me rouler au sol pour qu'elle me voie. Les sentiments doivent nous rendre plus forts, nous faire aller de l'avant, pas nous écraser et nous aliéner. Or, avec elle je me sens faible ; je ne me reconnais pas.

 Je m'efface à son profit pour tenter de lui trouver une place, de l'aider mais elle ne veut pas l'accepter ; je lui sauve la vie mais elle ne semble pas s'en rendre réellement compte. Et alors dans ce combat pour la vie je sombre à sa place. Je lui offre la force de mes épaules pour qu'elle puisse s'élever au-dessus de l'eau mais elle semble peser tellement lourd qu'elle m'enfonce au plus profond des flots. 

M'en est-elle seulement reconnaissante ? Elle garde tout, ne partage rien avec personne. Ne partage rien avec moi. Pour qu'elle se confie je dois la forcer. Ça ne devrait pas être comme ça.
 
- Tu n'es pas avec Ezra?
 
Lohan apparaît dans mon champ de vision et je m'empresse de répondre, sèchement : 
 
- Non.
 
Il me regarde, perplexe, semblant soudainement s'inquiéter. Il aurait mieux fait de réfléchir lorsque nous étions encore tous les trois dans le self :
 
- Pourquoi tu t'es barré ?

 
Il prend maintenant un air hébété. Mon expression faciale laisse transparaître la haine. Je n'en peux plus, le surplus d'émotions emmagasinées pendant toutes ces semaines remonte à la surface sans que je ne puisse plus le contrôler.
 
- Je pensais que vous aviez besoin de vous retrouver... D'être un peu seuls tous les deux.
- Eh bien tu sais quoi ? Tu pensais mal.
 
Et je le plante là, sac à dos fermement vissé sur mon épaule. Etre en colère m'est insupportable, c'est comme un mal qui ronge de l'intérieur, se concentre en un endroit et nous oppresse.  Mes chaussures crissent sur le gravier. Il en est de même pour celles de Lohan qui me suit :
 
- Adam !
- Quoi ?!

 
Il manque de se heurter à moi devant la brutalité de mon arrêt. Je fiche mon regard dans le sien et lui semble se faire plus petit, se ratatiner sur place devant l'ampleur de mon énervement.
 
- Mec, je suis désolé ! Je voulais faire les choses bien  !

- Ouais ? Vas-y excuse toi c'est ça.

- Franchement Adam je...

- Excuse-moi, j'ai autre chose à foutre que de t'écouter te justifier vainement. A plus.
 
Et sur ces mots je lui tourne à nouveau le dos. Il ne me suit pas cette fois et je sais qu'il m'observe partir. Surement la colère est-elle également en train de le gagner à son tour. Surement va-t-il ruminer contre moi et crier à l'injustice. Sûrement va-t-il me traiter de tous les noms. Allez, défoule-toi. Je vais me placer à l'arrière du lycée, là où personne ne passe jamais. 

Je lance violemment mon sac contre le mur et celui-ci s'échoue piteusement au sol. Mon poing s'abat contre la paroi et la pierre rappe ma peau. Je frappe une seconde fois, poing toujours fermé, puis une troisième fois, espérant ainsi me calmer. Je joue des muscles de la main, la serrant et la desserrant, espérant ainsi expulser l'énergie négative me submergeant.
 

La sonnerie retentit. 

Je me suis quelque peu calmé mais la rancœur est toujours présente. Je n'ai pas la force d'aller en cours, je ne me sens pas capable de suivre les leçons, je sais que je n'arriverai pas à rester stoïque et cette pensée m'incommode. Je ne veux pas revoir Lohan, pas tout de suite, j'ai besoin de souffler. Ez ne sera pas en cours, je le sais. Son comportement n'est pas très compliqué à deviner. Je la sauve mais elle continue à gâcher sa vie. Sans m'en rendre compte je me mords la lèvre. Si elle sèche cette après-midi de cours c'est seulement par ma faute.

 Je secoue la tête et remarquant enfin mon tic, je serre mon poing plus fort jusqu'à planter mes ongles dans la peau de ma paume. C'est Ezra qui se mord la lèvre. Pas moi. Je ne veux pas me comporter comme elle, je ne veux pas avoir à penser à elle. Pour le moment je ne demande qu'à l'oublier. Je ne demande qu'à enfermer mes sentiments, exiler mon attachement. Ses lèvres traîtresses, ses tentatives hypocrites de sourire.

 Seulement, m'a-t-elle déjà porté de l'importance ? Ou alors n'a-t-elle vu en moi qu'une épaule sur laquelle se défouler, un divertissement, un passe-temps pour oublier ? Si elle n'est toujours pas prête à venir vers moi alors le message est clair et je sais ce qu'il me reste à faire. Moi non plus je n'irai pas vers elle. J'inspire profondément, rejetant la tête en arrière. Ma jambe tremble nerveusement pendant un instant. Je ferme les yeux et me concentre. 

Quelques minutes plus tard je me sens enfin prêt à retourner en cours. Mon visage perd sa marque d'emportement et lorsque je pénètre légèrement en retard dans la salle de classe c'est avec indifférence que je vais m'asseoir à une table libre. Celle d'Ez est vide, avais-je besoin de le préciser ?
 
Gâche ta vie Ez. Je ne te laisserai pas gâcher la mienne. 










Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant