Les Saison'nalités - Wenni Lilly Nokami

58 4 14


Oyez oyez braves curieux et venez lire le texte de WenniGardenn, lauréat de cette première édition !



Les instruments à cordes, les percussions, la voix des artistes, ils résonnaient tous dans Azur, l'avancée technologique des ae-amplis, des ae-micros et des ae-écrans permettant à la ville de faire connaître son festival, jusqu'alors méconnu, au reste d'Alshati. Que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur de la ville, dans des champs ou sur des plages, au nord comme au sud, le festival se jouait dans l'entièreté du pays. Des dizaines de feux étant lancés pour éclairer les danseurs fous sans qu'ils n'aient à se fondre dans la masse de Azur. Les lanternes, les lampions, les fanions, tous colorés et dansant au-dessus des crânes de tout ceux qui, rares étant les autres, ne dormaient pas malgré l'horaire avancé. Tous, étrangers comme habitants, humains, vampires, hommes-loup ou encore nekomata, convergeaient vers la place centrale de la ville, une scène les y attendant avec les artistes. Des commerciaux profitant de l'événement pour vendre sur les bords de la grande rue, des voleurs sévissant parmi la foule avec l'aide de l'exaltation, des personnes mal intentionnées dirigeant d'autres vers des rues adjacentes pour leurs petites affaires, financières, sexuelles ou même de vengeance et de meurtre. Pourtant les festivités ne s'interrompaient pas, la place était rapidement complète, la chaleur et l'étouffement humain devenant insupportables, des fous ou malins grimpant sur les toitures pour profiter du spectacle. Les autorités, qu'elles fussent royales, du conseil, ou magiques, n'avaient aucun droit sur cet événement de l'été.

-Où elle est passée ?

Une jeune fille était entrée de son plein gré dans l'une de ces rues où tu sais au premier regard qu'une chose funeste pourrait t'arriver. Bien qu'avec quatorze années d'existence, celle-ci semblait ignorer cette partie de l'être humain, l'envie, le désir charnel. Trois hommes apparurent de derrière des caisses et cageots vides, entassés ça et là, elle leur demanda innocemment si ils avaient croisé sa sœur et se laissa encercler, deux d'entre eux se plaçant devant et derrière elle et le dernier servant « d'ambassadeur ».

-Nous ne l'avons pas vu, mais dis-moi ? On ne se serait pas déjà vu quelque part toi et moi ?

Il posa sa main d'homme velu sur la peau fine et douce de l'adolescente, lui caressant de son pouce la joue. Esquissant un pas vers l'arrière, elle fut retenue par la taille par l'homme, de son autre bras.

-Tu ne vas pas nous fausser compagnie ? Tes lunettes gâchent ton doux regard, retirons-les...

Sans demander l'avis de la jeune fille, il lui prit son outil oculaire et plongea son regard fatigué dans les iris d'un bleu aussi azuré que l'océan pacifique de l'adolescente.

-Vous... êtes très tactile, monsieur... tenta-t'elle pour s'échapper de son étreinte.

Cependant, il affirma un peu plus celle-ci, montant sa main juste sous la légère poitrine de la jeune fille, et passant son autre main dans la chevelure mi-longue, ondulée, et blonde ambré afin de s'assurer qu'elle reste tranquille.

-Ton nom doit être aussi beau que tes yeux, mon esprit me le crie, quel est-il ?

-We... Wenni... bégaya-t'elle, commençant à sentir la gêne montée en elle et le rouge lui prendre les joues.

Quelques tremblements légers et vifs la secouaient dus à la poigne glaciale des mains de l'homme, et à ses intentions qu'elle commençait à cerner. Elle vit la main de ce dernier passer de l'arrière de sa nuque à devant, faisant lentement le tour de son cou, caressant chaque parcelles de sa peau avec sa main rugueuse. Plus elle voyait, et ressentait, cette main s'approcher du col de son t-shirt, plus l'envie de fermer les yeux la prenait, elle ne désirait pas se laisser faire mais c'était plus fort que elle. Elle ne parvenait pas à se résoudre à frapper ces hommes, elle espérait tout au fond d'elle qu'ils ne soient pas dangereux, sa profonde gentillesse la força ainsi à clore les paupières lorsqu'elle le vit atteindre son col. Il passa sous le col, glissa puis s'interrompit, le froid du métal appuyé contre sa peau lui fit parcourir un frisson dans tout le corps et la fit rouvrir les yeux. Il s'était arrêté sur son pendentif, il l'attrapa, le sortit du haut, l'observa.

-Mais dis-moi... Pourquoi m'as-tu caché un si bel objet ? Il a l'air d'être de saphir ton bijou, cette pierre plus que rare depuis quelques millénaires que les joailliers en vendraient jusqu'à leur âme.

Il amena la main qu'il maintenait autour du corps de Wenni à sa nuque et décrocha la fine chaîne d'argent pour se procurer le pendentif qui changeait désormais son désir sexuel en désir financier. Le changement de propriétaire pour ce bijou provoqua également un changement dans les sentiments de l'adolescente, la crainte, la gêne, l'inquiétude, tout ça disparut pour laisser place à de l'énervement, de la haine. Son regard ayant commencé à se couvrir de quelques larmes changea et devint aussi sec qu'un désert ardent, son aura déicide devenant visible à l'œil nu, ses cheveux devenant partiellement blancs. Aucune hésitation ne traversa son esprit au moment d'agir, elle élança son poing fort dans l'abdomen de l'homme, il cracha sous la force du coup et lâcha son nouveau bien. Wenni ramassa son pendentif et, malgré les assauts imminents des deux camarades de sa victime, prit le temps de rattacher son collier. Esquivant d'un pas sur le côté celui qui lui faisait face puis s'appuyant sur celui-là même pour passer par dessus le second. Elle faucha de la jambe les deux pauvres hommes qui se percutèrent avant de s'écrouler, assommés. L'aura disparut, sa chevelure reprit son habituelle teinte ambré, elle retrouva un regard normal, sans haine. Elle vérifia à deux fois si les trois hommes étaient encore vivants et appela quelqu'un pour qu'ils soient amenés au plus vite en soins. Wenni s'en retourna dans la rue principale, toujours à la recherche de sa sœur, la voix de cette dernière résonna dans l'entièreté de la ville. La petite sœur de l'adolescente apparaissait également sur tous les ae-écrans du pays et effectuait une performance musicale en duo, l'autre artiste n'étant autre que le grand frère de Wenni.

-Bonsoir Azur ! Les Nokami vous offrent une nouvelle année consécutive, leur chant spécial. s'exclama la jeune nekomata sur scène, tenant l'ae-micro dans la main et une guitare dans l'autre.

Son frère, leur frère, Drender, se tenait un peu en retrait, derrière un piano, leurs instruments liés à des ae-amplis comme pour tous les artistes qui résonnèrent ainsi dans tout Alshati, leurs voix aussi. Wenni se fraya tant bien que mal un chemin pour atteindre la place de la ville et abandonnant, sauta sur le toit le plus proche, trouva et s'accouda à un balcon offrant une vue parfaite sur son frère et sa sœur qui la surprenait après sept années sans les avoir vus. Le festival de Azur ne s'acheva que trois heures après le zénith de l'astre de la nuit, sans jamais avoir perdu d'intensité.


Aidons nous ; Amusons nousLisez cette histoire GRATUITEMENT !