Doutes

158 11 6

PDV Lune

Je reste un moment blottis dans les bras de Huang Hua à laisser aller toutes mes émotions. Ma carapace de dure à cuire tombe en morceaux tandis que la fenghuang me rassure tant bien que mal. J'ai froid, j'ai chaud, je suis fatigué. Je veux rentrer me blottir dans mes draps de soie. Je ne comprends pas le but de continuer à faire visiter le QG à cette femme et cet homme. Ils savent maintenant une partie faible de moi. Ils la connaisse, cette partie. Ils ne me trouveront pas impressionnante, juste froide et réfrigérante. Comme une adolescente qui essaye de rentrer dans un bar.

Je n'ai pas envie d'avoir des amis. Je préfère qu'on me craigne plûtot que l'on m'aime. Enfin, c'était comment je pensais avant... avant... lui.

Je relève ma tête avec le peu de dignité et de fierté qu'il me reste. Mes mains sont moites et des demi-lunes se sont formées dans le creux de ma paume. Mes ongles s'étaient radicalement enfoncés dans mon épiderme. Avec le dos de ma main, je sèche mes yeux et mes larmes.

Huang Hua: Lune, est-ce que tout va bien? Si tu veux arrêter ça ici et aller te reposer, je comprendrais parfaitement.

Moi: Non! J'ai promis de vous faire visiter, c'est ce que je vais faire!

D'un bond, je suis de retour sur mes pieds, je lui fais signe de me suivre. Elle aborde un air sérieux qui me fait dire qu'elle veut arrêter ici.

Huang Hua: Non, je suis désolé, mais tu vas aller te reposer. Je n'aime pas voir les gens se surmener.

Moi: Je me me surmène pas! Je tiens simplement ma promesse.

Huang Hua: Il n'y a aucune promesse à tenir. Demain, je serai encore là de toute façon. Tu reviendras faire la visite demain.

J'ouvrais ma bouche pour protester mais elle attrape mon menton pour me fermer le clapet. Elle me lance un sourire et me donne une tape sur l'épaule pour m'encourager à aller dans ma chambre. La mine renfrognée, je me détourne d'elle et prend le chemin vers ma chambre. Pendant le trajet, je fulmine. La dernière chose dont j'ai besoin, c'est de ruminer des pensées tristes et des idées noires. Je traverse presque au pas de course les jardins j'atterris dans la salle des portes. Je m'approche d'une colonne de marbre et donne un bon coup de pied dedans.

C'était pas la meilleure idée que j'ai eu car une douleur dans mon petit orteil vient se rajouter à celle présente dans mon cœur. J'attrape ma chaussure et commence à sautiller sur place en insultant la colonne de marbre de tout les noms.

???: Et bah, t'es sûre que tout va bien?

Je me retourne vivement en lâchant mon pied. Résultat: je tombe dans les bras d'Ezarel.

Ezarel: Tu reviens d'où pour donner un coup dans du marbre?

Moi: Ezarel! Je reviens de chez Miss Phoenix, là.

Ezarel: Miiko nous a dit que tu étais sa Dame de Compagnie. Mais pourquoi t'es là alors?

Il vint planter son regard dans le mien quand je commença à bafouiller et à chercher mes mots.

Ezarel: Qu'est-ce que t'as fait encore?

Moi: Allons en parler ailleurs, s'il te plait.

Anormale [Eldarya-Ezarel]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant