Chapitre 14

355 63 25

J'observe le levé du jour, ma tasse de café à la main. Les garçons dorment encore. Pour ma part, je n'ai pas beaucoup dormi. Mes pensées allaient sans cesse vers ses yeux gris et c'est toujours le cas. Il m'a embrassé. Et j'ai aimé ça. Et en plus il souhaite me revoir. Ce soir. Qu'est-ce que je vais préparer à dîner ? Et mettre ? Oh fais chier pourquoi j'ai accepté ? C'est mon patron ! Enfin plus pour très longtemps, vu que si le magazine est assuré de survivre, je m'en vais.

— Salut Charlize.

Je me retourne vers mon frère, à moitié endormi encore. Il se prend une tasse de café et me rejoint devant la baie vitrée.

— Je n'ai pas tenu hier soir désolé.

— Ce n'est pas grave, j'ai les vidéos à te montrer.

— Tu as fait partie du défilé du coup ? J'aurais adoré voir ça.

— Je n'étais pas prête du tout. Je n'ai pas hâte de voir les critiques sur la soirée d'hier soir. J'ai un peu peur de ce que je pourrais lire.

— Je suis sûre que tu as eu du succès. Tu vas continuer là-dedans ?

— J'ai déjà une tonne de dessins, certes aucun lien entre et il faudrait les retravailler tous, mais j'aimerais bien pouvoir lancer une vraie collection. Je ne sais pas si je le ferais avec cette entreprise ou une autre. J'ai reçu pas mal de carte de visite. Mais je dois un peu l'exclusivité à Anderson Cie. C'est lui qui a pris le risque de me lancer.

— Le risque de rien du tout, ta collection a fait fureur j'en suis certain. Tu es talentueuse et il doit avoir des remords de t'avoir traité comme ça lors de ton entretien.

— Ce n'est pas le genre d'homme à avoir des remords, mais il s'est excusé, c'est déjà ça.

— Ouais, enfin qu'il essaye de te refaire du mal de cette façon ou d'une autre d'ailleurs, je lui arrache la tête.

Je ris en secouant la tête et fini mon café puis je vais le poser dans la cuisine.

— Tu pars à quelle heure ?

— Les enfants ne vont pas tarder à se réveiller, je les prépare et je partirais dans la foulée je pense, pour éviter les bouchons du vendredi soir.

— Tu fais bien. Ça m'a tellement fait plaisir de vous avoir ici un peu.

— C'était super, la prochaine fois c'est toi qui viens.

— Bien évidemment.

Je souris et le regarde puis il va se préparer. L'appartement va être bien vide, mais c'est vrai que les enfants ça fatigue la tête. Je suis bien contente de ne pas aller au bureau aujourd'hui, mais j'ai tout de même des choses à faire. Dès qu'ils seront partis je m'en occuperais.

***

Je suis aux fourneaux. Mes neveux sont partis avant midi, j'ai pu bosser tout l'après-midi, là il est temps de faire quelque chose à manger. J'ai préparé un poulet au four avec des pommes de terre et des légumes. Basique car je ne sais pas ce qu'il aime ou non et que je ne suis pas super douée en cuisine. Pendant qu'il cuit je vais prendre ma douche rapidement, arranger mes cheveux et déprimer devant mon dressing. Je ne sais pas quoi mettre pour me mettre en valeur. Il m'a déjà vu en pyjama, mais bon quand même. J'opte pour un jean taille haute qui sublime plus ou moins mes courbes et un chemisier qui met en valeur ma poitrine. Ça fera l'affaire. Je me parfume et me maquille très brièvement avant d'aller mettre le couvert. Il ne va plus tarder.

Je sors mon repas du four et le dresse lorsque j'entends sonner à la porte. Je m'essuie rapidement les mains avant d'aller ouvrir. Je ne peux m'empêcher de sourire en le voyant sur le pas de la porte. J'ignore comment j'ai viré de bord si subitement. Je ne supportais pas de lui parler ou de le voir au départ, mais il m'a offert la chance de ma vie. Je suppose que c'est ça qui a tout changé.

L'amour n'a pas de tailleLisez cette histoire GRATUITEMENT !