Enveloppe Rouge

Depuis le début

Astre baissa la tête.

Le silence glacial s'installa. Le bleuté souffla doucement et alla s'asseoir sur son lit. Il ouvrit son sac et sortit ses affaires de rhétorique. Il avait un contrôle le lendemain sur tout ce qu'ils avaient fait depuis le début de l'année mais il n'avait même pas commencé à réviser, il n'avait pas le coeur à le faire.

Il soupira. Jamais il n'aurait le temps de tout apprendre en une soirée. Il allait sûrement se prendre une mauvaise note. Qu'est-ce que Michaelis-Sensei allait penser de lui ? Lui qui était si studieux d'habitude...

1er chapitre : "l'Histoire  de la rhétorique dans l'Europe Moderne 1450-1850"

Rien que le nom du chapitre lui donnait envie de vomir. Bon, il faut s'y mettre.

Ses yeux parcourèrent la fine écriture de sa leçon.

"Élaboré dans l'Athènes et la Rome antiques, puis christianisé, le programme civilisateur de la rhétorique « art et artisanat de la parole » dans les sociétés humaines, fut, en Italie puis dans toute l'Europe, remis à l'honneur à la Renaissance, pour limiter l'empire de la science scolastique. "

Soudain, quelqu'un toqua à la porte.

Tim releva la tête de son cahier, agassé.

- Tu peux aller ouvrir ? Lui demanda-t-il froidement.

Et s'il te plaît c'est pour les chiens ?

Il se leva de son lit et alla ouvrir la porte. C'était Johanne Harcourt, le pag du préfet de la seconde section.

- Réunion de dernière minute dans le hall du collège, dans une heure. Annonça - t-il rapidement. La présence de tout les élèves est obligatoire.

Il partit aussi vite qu'il était venu.

Tim soupira :

- Une réunion ?? Sur quoi encore ?? J'ai pas que ça a faire... je dois réviser mon latin ! Dit-il d'un air mauvais. Si c'est encore un truc du genre "Concours du plus beau sourire" ça va m'énerver !

- Arrête d'être si froid s'il te plaît. Ce n'est pas parce que je suis la seule personne dans cette pièce que tu dois mal me parler.

- Pfff...

Tim se tourna du côté de la fenêtre ce qui eu le don d'agacer Astre.

À 8 heures, les deux garçons quittèrent leur chambre et se dirigèrent vers la grande salle, toujours dans un silence de mort.

Comme il fallait s'y attendre, la grande salle était bondée de monde. Astre chercha Sullivan du regard mais il ne la vit pas. Elle devait sûrement être dans le fond de la salle avec le reste des nobles.

Dieu, pourquoi ce collège était si grand ?

Ils prirent place sur des chaises et petit à petit, la salle se remplie d'élèves.
Au bout d'un moment, un grand homme vêtu d'une longue robe sombre avec de petites lunettes en demi-lune, apparu sur l'estrade qui avait été dressée pour l'occasion. C'était le directeur.

Quelques professeur étaient également présents : Monsieur Druitt, Monsieur Rembault, Monsieur Christiansen et surtout : Michaelis-Sensei.

Celui-ci s'avança vers le directeur et alla lui chuchoter quelque chose à l'oreille tout en regardant les élèves.

Puis, le directeur agita une petite clochette pour faire régner le silence dans la salle. Au bout, de quelques minutes, l'attention de toute la salle fut porté sur lui. Il commença à parler :

Celui que tu voulais être Lisez cette histoire GRATUITEMENT !