The Matrix has you ! (les réseaux sociaux, première partie)

48 8 10

En 2019, il est devenu impossible de nier l'existence de la matrice. Tu le vois bien autour de toi, dans le train. La plupart des voyageurs s'adonnent à une activité bizarre sur l'écran de leur téléphone, qui consiste à faire partie du grand bidule : on tweete, like, partage et on discute avec tout un tas de gens en même temps comme si notre vie en dépendait, alors que personne ne se connaît. On surveille les statistiques de ses messages, impressions, interactions, sondages, likes... avec plus de rigueur qu'un analyste programmeur. Cela en devient une activité quotidienne, une sorte de gymnastique indispensable qui te ferait presque culpabiliser lorsque tu te déconnectes quelques jours en vacances.

Comment oserais-tu ?

The Matrix has you.

Pilule bleue ou pilule rouge ?

Pilule bleue ou pilule rouge ?

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Hauts les pouces !

Ta nouvelle activité artistique t'aide à justifier tout ce temps passé sur les réseaux. Gérer ton image d'auteur, c'est important. Et si tu ne le penses pas ou que tu t'en fiches, ton (futur) éditeur sera là pour te le rappeler :

« Tu n'as pas encore créé une page auteur sur Facebook ? Qu'attends-tu ? Il faut développer une fan base ! »

Voilà, la messe est dite. Désormais, entre les photos de Martine à la plage et les statuts réac' sur la sauvegarde de la planète, la politique ou les syndicats, tu vas glisser un peu de promo sous le regard attendri de tes proches : « C'est son premier roman ! » et celui vigilant de ton éditeur, qui lui surveille les commandes comme le lait sur le feu :

« Ouais, bof, ça décolle un peu, mais rien de significatif », se plaint-il en constatant que seule ta famille et tes potes ont joué le jeu.

Et oui, entre les pouces levés et les ventes, il y a un fossé que seuls les architectes de la matrice comprennent (ou pas). De toute façon, c'est vulgaire de parler de rentabilité, nous sommes des artistes, que diable ! Ah, tu t'es autoédité ? Ok, c'est différent. Cela pourrait sembler moins noble, mais tu as les mains dans le cambouis et un accès direct aux chiffres. Avantage ou inconvénient, tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même.

Et puis, le grand bidule, cela permet de réseauter :

— Poster des photos de ton chat devant ton écran, sur ton clavier, sur tes genoux, dans le bac à fleurs... Bon, si tu as un chien, t'as le droit aussi.

— Partager la couverture du dernier livre de ton amie de plume qui est for-mi-dable. (Blague à part, l'entraide, c'est important, car tu comptes bien qu'on partage la tienne bientôt.)

— Inviter tous tes contacts à liker ta page auteur. Cependant, sois raisonnable sur les relances. En plus, ils vont voir ensuite tes posts en double (fichus algorithmes).

— Leur rappeler ton agenda de ministre quand tu vas sur les salons ou en dédicace dans cette grande surface de la Creuse, qui pour l'instant, se contente pour toute action commerciale d'une annonce micro entre la promo sur les paquets de céréales et celle sur les produits d'animalerie.

#VismaviedauteurLisez cette histoire GRATUITEMENT !