Chapitre Dix

1.3K 224 72


Je ne savais pas que le lycée pouvait être aussi dur.
Quand je n'étais encore qu'au collège, j'entendais beaucoup de choses positives sur cette nouvelle étape de ma vie.
"Tu verras, les profs et les gens sont cool." "Franchement, personne te juge là-haut, t'es tranquille."
Et il se trouve qu'en même pas l'espace d'un mois, toutes ces paroles me semblent être que mensonge.

Je me sentais encore mal à propos de cette soirée  miteuse. J'étais comme ça, je n'arrivais jamais à passer directement au dessus des choses, il fallait que je cogite dessus encore quelques jours.
Et puis, être dans la même chambre et classe que cet enfoiré de Gabriel ne m'aidait en rien.

D'ailleurs en parlant de lui, je ne lui adressais plus la parole depuis deux jours et visiblement, il n'en avait rien à faire.
Et c'est ça qui m'énervait le plus.
Comme un idiot j'avais pensé que peut-être il ne s'était pas rendu compte de ses actes à cause de l'alcool.
Tu parles, c'est juste qu'il s'en fout royalement de moi.

L'ambiance dans la chambre n'est plus la même qu'auparavant, aucun de nous deux ne parlait à l'autre.
Moi c'était compréhensible mais lui, c'était quoi son excuse ?

J'étais tellement obnubilé par cette histoire que je n'avais même pas entendu lsabella s'adresser à moi à table. C'est donc pour cela que je me reçois une petite tape sur la tête de sa part, me faisant sursauter.
Les autres me regardant d'une étrange façon ce qui me fait froncer les sourcils.

- Quoi ?

- Comment ça "quoi" espèce de mammouth fécond ? S'exclame soudainement Ruben.

- Mammouth fécond ? C'est une insulte ça ? Demande Kloe tout en riant.

- On s'en fiche, la question est : Putain sérieux Maximilien c'est quoi ton problème pourquoi tu tires la tronche ?

Isabella me regarde de ses grands yeux gris et j'avoue que je me sens un petit peu intimidé. Les autres aussi m'observent mais je vois très bien qu'il ne s'agit que d'inquiétude et de questionnement dans leur regard.
Ce n'était pas la première fois qu'on me posait la question, Ruben avait déjà essayé de me tirer les vers du nez hier matin, le lendemain de la soirée.

Je savais que j'étais coincé et je ne pouvais pas éviter le sujet une seconde fois. De toute manière, ça ne servait à rien avec ces têtes de mules. Et j'avoue que maintenant, j'avais besoin de cracher ma colère.

- Désolé pour ce que tu vas entendre Kloe mais, ton frère est un vrai connard et il m'énerve. Dis-je de but en blanc.

- Bah au moins ça a le mérite d'être clair. Dit-elle en riant légèrement.

Je me reçois des regards interrogateurs de toute la tablée et dans un soupir, je reprends aussitôt la parole, piquant dans mon assiette de pâte.

- C'est depuis la soirée dans la chambre de... J'sais même plus le prénom de ce binoclard.

- Hey, respecte les bigleux s'il te plait ! Me lance Ruben en prenant un air faussement offusqué. J'en étais sûr que c'était à propos de ça et alors, qu'a fait le beau Gabriel ?

- Premièrement il en avait clairement rien à faire de moi. Deuxièmement, il m'a clairement fait comprendre qu'il ne voulait pas de moi dans une action ou vérité et troisièmement, il m'a énervé avec son pote à propos d'une histoire de cigarette.

En parlant, je ne m'étais même pas rendu compte que j'avais martyrisé mes pauvres pâtes dans mon assiette, piquées de partout. Et je ne m'étais non plus pas rendu compte que j'avais dit explicitement que ça m'énervait qu'il s'en fichait de moi.

La règle d'Or du cliché [BxB]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !