Jaime cale sa main sur mon ventre, j'ai eu droit à une douche froide. J'étais paralysée, je tremblais presque, je me forçais à lâcher un « oui ».

Il passe sa main sous mon débardeur, il place sa main entre mes seins.

Jaime : Débardeur blanc, sans soutif ? Tu m'as bien accueillis dis-moi ... les tétons qui pointent ça m'fait bander comme un porc.

Lounes : Safa, t'as compris c'qu'il t'a dit ? Oui ou non ?

Jaime n'a pas cherché à ce que je réponde qu'il pose sa main sur mon sein, caresse le téton, je frémis et lâche un « oui » tout petit. J'étais à deux doigts de pleurer. Je voulais partir en courant de chez moi.

Lounes : C'est bien ... Elle est où la planque de Nacer ?

Moi : Je sais pas.

Jaime : Tu le sais.

Moi : Je sais vraiment pas je le jure.

Lounes : Tu nous prend pour des cons, elle est où ?

Je commence à lâcher des petites larmes, j'suis trop faible.

Moi : J'vous jure je sais vraiment pas...

Lounes me lâche, se dirige vers le salon, je le suis, Jaime tenait ma taille et chuchotait des choses dégueulasses à mon oreille.

Jaime : J'ai envie de te mordre les tétons jusqu'à que tu saignes querida ...

Moi : ...

Jaime : Lécher ton sang ... Lécher ta peau lisse ... Et que tu lèches mon gland.

On arrive au salon, ils me posent sur mon sedari, ils se mettent en face de moi et me regardent.

Lounes : Pourquoi t'as des armes chez toi ? Tu sais que si un policier voit ça tu finis derrière les barreaux ?

Moi : Pour me protéger.

Jaime : Tu crois c'est ça qui va nous arrêter ? Nacer t'a trop menti chérie.

Lounes : Tu connais Rayan El Kalzi ?

Moi : C'est un ancien gars de mon lycée, on était de bon pote.

Jaime : Donne toutes les infos sur lui.

Moi : Je sais juste que c'est un tunisien de Djerba.

Jaime : Il a pas une sœur ?

Moi : Pas à ma connaissance.

Lounes : Hum.

Un talkie-walkie s'allume, Lounes le pose à son oreille. On entend des bruits incompréhensibles à ma distance.

Lounes : Je le laisse avec elle ? Ouais, elle est pas armée, elle est sous le choc elle va rien faire.

Jaime : Laisse là avec moi on va s'amuser.

Lounes : Vas-y, j'reviendrais après.

Safa | Tenir sa promesse ...Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant