10 | À tes côtés

Depuis le début
                                              

Ils arrivent à une voiture familiale noire aux vitres noires. Gustave lui prend sa valise après quelques gestes brouillons lui demandant sa permission et la glisse dans le coffre. Quelques minutes plus tard, ils sont tous les quatre dans le véhicule et s'échangent des messages sur une conversation Skype sans George. Ils vibrent tous dans leur siège, George vient de remarquer qu'ils sont en retard et ne se doutent de rien. C'est un moment précieux.

Enfin, ils se garent près d'un bâtiment en béton en plein centre-ville. Personne ne fait attention à eux pendant qu'ils arrêtent enfin de discuter par téléphone.

Gustave invite Évangéline à le suivre et elle observe du coin de l'œil les jumeaux la suivre.
Il pousse une nouvelle porte et elle observe le dos de George, il est sur un clavier plein de boutons étranges, une table de mixage sans doute. Elle voit d'abord Gustave se poser à côté d'elle en parlant, avant que l'attention de George ne pivote vers eux.

Éve lui offre un magnifique sourire en le voyant et avant qu'elle ait eut le temps de finir de signer son bonjour, il commence à signer. Elle le regarde en clignant des yeux.
* Je suis heureux. Qu'est-ce que tu fais là ? *
Les mouvements sont quelque peu hasardeux, mais elle sourit à pleine dent. Il a commencé des cours de LSF pour pouvoir converser avec elle plus facilement et sans avoir toujours les yeux rivés à un écran. Elle est ravie qu'il puisse commencer à lui parler.
* Surprise ! * signe-t-elle en réponse. Elle l'observe parler avec les autres membres de son groupe, mais avec plaisir elle observe qu'il balbutie et trébuche sur certains mots à l'oral pendant qu'il tente de traduire ce qui se passe à Éve.
Plus d'une fois, elle se mord les lèvres pour s'empêcher de rire. Ses phrases ne font pas souvent sens. Elle doute vraiment qu'un poussin ait voulu ouvrir l'arbre de Julien. George fait l'effort cependant. Trois mois de cours ne suffisent pas à en faire un interprète, mais il tente de lui partager la conversation.
Il finit par lever les mains au ciel, impuissant et sortir son téléphone, abandonnant ses efforts. Évangéline sort également le sien.

Évetoile : Merci de prendre le temps de m'inclure dans la conversation.
George : Désolé, je suis pas aussi bon que je l'espérais. Les gars m'ont expliqué que tu restes toute la semaine chez moi et que tu vas assister à la répétition.

Éve lui sourit et observe la pièce, pendant que les garçons discutent entre eux et s'installent, chacun derrière son instrument.
Elle installe une chaise pliante qu'elle a trouvée contre un mur près des enceintes et observe Julien lui tendre quelque chose. Éve penche la tête sur le côté et lui signe que merci, elle n'en aura pas besoin. Le visage du guitariste se décompose quelques instants quand il comprend qu'elle ne compte pas les prendre.
" T'as beau être sourde, tu restes sensible aux acouphènes et autres soucis d'oreille interne. " écrit Julien sur son téléphone. Oh. Elle n'avait pas pensé à ça, n'écoutant jamais de musique ou n'étant jamais été à des concerts. Éve lui prend alors les boule quies et l'observe lui expliquer par geste comment les installer correctement. Pour sa part, il semble en avoir des plastiques qui pendent autour de son cou.
" C'est des protections auditives moulées à mon oreille. " écrit-il sur son téléphone après avoir remarqué son regard curieux et elle hoche la tête. Elle n'avait aucune idée que ça existait comme protection, mais ça évite de jeter une multitude de boules quies et comprends l'intérêt.

Une main sur l'enceinte, Évangéline observe avec délice ce groupe autrefois inconnu répéter. Avec attention, elle les écoute et découvre avec grande curiosité son cœur battre en rythme avec les percussions de la batterie. Elle retire sa main de l'enceinte et tentativement, la porte à son cœur. Son corps tout entier semble ressentir la musique, elle n'est pas obligée de toucher la membrane vibrante de l'enceinte.
Son regard coule vers Clément qui lui fait un clin d'œil avant de se tourner franchement vers elle. De leur position, elle voit clairement ses lèvres et si elle se concentre, elle peut lire ce qu'il chante sur ses lèvres.
Des larmes lui montent aux yeux.
* Merci * signe-t-elle en mimant la phrase comme une personne vocalisante.

À tes côtés (Je suis là)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant