9 | Voit

7 0 0
                                              


Gustave a les yeux rivés sur son téléphone. Est-elle sérieusement sérieuse ?

" De : Évangéline T.
Objet : Re: George

Bonjour Gustave,

Je suis désolée d'apprendre que George ne va pas bien. Sur les réseaux sociaux, il avait l'air d'aller bien, mais maintenant que j'ai lu ton mail, je comprends que je n'aurais rien dû assumer. George fait partie d'un groupe célèbre et est donc une personne publique. Je comprends mieux la décision des jumeaux de revenir en France plus tôt que prévue. Je suis heureuse de savoir George si bien entouré.

Je sais bien que ma façon de gérer toute cette histoire laisse plus qu'à désirer, mais c'est ma première véritable amitié que j'ai et comme George, je manque grandement d'expériences et de codes sociaux.

Il faut qu'on en parle. Je suis totalement d'accord.
Plus que pour George, j'ai grandement besoin de me débarrasser de cette épée de Damoclès qui m'empêche de travailler.

Je suis cependant incapable de savoir par où commencer.

J'ai beau retourner la situation dans tous les sens, je ne sais pas où j'en suis ni ce que je veux.

Je suis terrorisée.

Je suis désolée de le dire, mais maintenant que c'est écrit, je ne veux pas l'effacer. Je ne suis qu'une idiote immature.
Pardon.

Je sais qu'on est pas ami, on ne se connaît même pas (même si George parle souvent de toi), mais, est-ce que je peux te demander une faveur ? Continue de soutenir George. Je l'ai appris il y a peu, mais maintenant, je sais que les vrais amis sont importants.

Je ne sais pas quand je le ferais, mais je recontacterais George dans le futur.

Merci à toi de t'inquiéter pour lui.

Évangéline. "

Gustave rit nerveusement. Sérieusement ?

Que ce soit Évangéline ou George, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. On dirait deux chatons mouillés qui n'ont pas la moindre idée de comment se sécher et sont incapable de demander de l'aide.
Il ne connaît pas la jeune fille, mais il sent bien dans le mail qu'elle n'a vraiment aucune idée de ce qu'elle fait.
Le jeune homme enchaîne quelques descentes de Toms en accélérant autant qu'il en est capable pour évacuer sa frustration. Par chance, il est seul dans la salle de répétition, on ne lui posera pas de questions sur son acte soudain.

George est clairement amoureux et a le cœur brisé.
Quels que soient les sentiments d'Évangéline à l'égard du bassiste, elle semble paralysée, incapable de réagir correctement. De ce qu'il sait, elle n'a pas vraiment de proches. Si elle reste seule, elle ne risque pas d'avancer dans ses réflexions. Cela fait déjà un mois qu'ils la laissent tranquilles. Gustave lui proposerait bien d'en parler avec elle, mais il est dans le camp de George quoi qu'il arrive, est-il vraiment la personne la plus adaptée pour lui parler et la conseiller ? Il risquerait plus que fortement de l'encourager à reprendre contacte avec George, mais est-ce vraiment la solution la plus adaptée pour elle ?

Que faut-il faire quand deux personnes doivent parler, mais refusent de le faire ?
" Les enfermer ensemble dans un placard. " lui souffle une voix dans sa tête qui ressemble étrangement à celle de Julien.

------

Évangéline fixe l'hôtel d'un mauvais œil. Alice ne l'attend pas et entre dans le hall du bâtiment. Elle secoue la tête, resserre contre elle son sac à main et la suit.

Qu'est-ce qui lui a prit d'accepter l'invitation de Gustave ? Elle ne le connaît pas. Cependant, il a fait le déplacement jusque dans sa ville pour la voir. Ce matin, il lui a envoyé un message pour lui dire qu'il était à l'hôtel près de la sortie de la ville et qu'il l'attendrait toute la journée, ils ont à discuter et il est là pour l'aider à reprendre contacte avec George. Il a aussi indiqué que si elle ne venait pas, il embaucherait quelqu'un pour trouver où elle habite et la traîner de force jusqu'à lui. Elle ne sait pas s'il en est capable, mais étrangement, elle ne veut pas le découvrir.

À tes côtés (Je suis là)Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant