Chapitre 13

94 13 4
                                    

Organiser un mariage n'avait jamais été facile, surtout dans le cas où le couple n'avait ni les mêmes goûts, ni les mêmes priorités. L'impassibilité et le détachement de Terrence face à ces préparatifs avaient finalement mis Sebastian en colère. Le photographe sursauta lorsqu'un épais magazine le heurta, renversant une partie de son café sur le sofa.

-Je peux savoir ce qu'il te prend ?

-J'en ai assez ! On se marie dans trois mois et tu n'as rien fait. Tu n'as même pas réservé le lieu pour le repas !

-En effet, j'ai complètement oublié.

Le blond tenta d'éponger le canapé et fut arrêté par son compagnon, dont les iris océans s'étaient mués en un orage grondant.

-C'est quoi ton problème ? Pourquoi tu t'en fous ?

Le photographe poussa un soupir et se rassit.

-Ça ne m'intéresse pas le moins du monde.

-Pardon ?

Il n'était pas certain d'avoir déjà entendu la voix du brun monter autant dans les aigus.

-Mon ange, ce que je veux dire, c'est qu'à mes yeux, tout ça ne sert à rien. Je veux juste t'épouser. Je me moque qu'on mange du poulet ou des crevettes. Je me fous que les assiettes soient vertes ou blanches. Pour moi, la cérémonie à la mairie est largement suffisante, le reste n'est que du superflu. Mais apparemment tu y tiens beaucoup, alors je vais essayer de faire un effort.

Sebastian baissa la tête.

-Pardon d'avoir hurlé. Mes parents me stressent.

Terrence attira son fiancé contre lui.

-Tu ne me l'avais pas dit.

-Oui, je ne voulais pas t'embêter avec ça. Je peux comprendre qu'avec un unique enfant, ils veulent que tout soit parfait , mais ils sont trop envahissants. Je les adore mais là ils me fatiguent.

-Tu devrais leur dire gentiment . Ils ne se rendent peut-être pas compte de la pression qu'ils te mettent.

-Tu as sans doute raison.

Le photographe commença à jouer avec la chevelure de Sebastian. Ce dernier avait toujours été adepte du gel et des mèches de couleurs aléatoires, souvent dans des teintes de bleu ou de violet foncé. Ses cheveux n'avaient guère apprécié d'avoir été traité ainsi et étaient vexés d'avoir été en partie rasé lors de son intervention. Le jeune homme avait donc décidé de les laisser tranquille, au moins jusqu'au mariage, où il pourrait les faire couper convenablement.

-Mais arrête !

Terrence rit et continua à jouer avec les mèches rebelles.

-Jamais. C'est bien trop amusant de te taquiner ainsi.

Le jeune homme lui tira la langue, où la marque de son ancien piercing était toujours visible.

Les parents de Sebastian s'excusèrent auprès de leur fils pour s'être montré aussi stressant et lui avaient promis de se calmer. Ils acceptèrent également de ne pas voir son costume avant le grand jour. Ce fut donc en compagnie de Lizaette qu'il se rendit à son essayage. Ils furent accueillis par une femme souriante, plus proche de la retraite que du début.

-Bonjour, j'avais rendez-vous pour mon costume. Et aussi pour la robe de mon témoin.

-Bien sûr, entrez, je vous en prie !

Lizzie observa en souriant, la sélection que son meilleur ami avait fait pour elle.

-Tu veux vraiment que je mette une robe aussi décolletée ?

Combat pour vivreOù les histoires vivent. Découvrez maintenant