rendez-vous

95 19 29

Pdv Externe

Nous étions en Novembre et au plus grand malheur de Astre, le harcèlement avait reprit.
Son agresseur était finalement réaparu un jour de sport acompagné de toute sa bande de mecs. Ils avaient recommencé à le frapper. Ils avaient recommencer à l'insulter. Le cauchemar avait reprit là où il s'était stoppé.
Astre gardait ça au fond de lui en se disant qu'un jour ils arrêteraient, qu'un jour ils se fatigueraient. Il ne pouvait rien faire, il était impuissant fasse à ces nobles. Pourquoi en parler ? C'est lui qui risquerait de se faire virer de l'école s'il venait à dire quelque chose. Ce n'était pas son genre de garder un secret aussi lourd mais les gens de la noblesse le terrifiaient plus que tout.

Le pire était qu'il ignorait tout de ces garçons. Il savait juste qu'ils étaient des nobles et qu'ils étaient en deuxième année comme lui.
Aucune information, aucune identité,
aucun noms à poser sur ces visages... C'était terrifiant. Il nageait en plein cauchemars. Ses journée se résumaient à éviter les couloirs et les escaliers pour ne pas les croiser, à se cacher et à aller en cours quand son corps le lui permettait.

Ce groupe de garçons était devenu le pire cauchemar d'Astre. Il avait affreusement peur de les rencontrer dans un couloirs. Il redoutait à tout instant de voir leur visage méchant, de croiser leur regards cruels.
Mais le moment le plus horrible pour lui était sans aucun doute les cours de sport car il n'avait aucune issue pour s'en sortir. Tout les mercredi matins, il était condamné à se rendre au gymnase du Collège pour son cours de criquet. Et il semblait que ce garçon à la carrure impressionnante, aux cheveux blonds, le chef de sa bande d'agresseurs, se rendait lui aussi à la même heure au gymnase, pour son cours de criquet également.

Et depuis le début de l'année, Astre n'avait assisté à presque aucun cours
pour la simple et bonne raison que ces garçons s'occupaient déjà de son cas dans les vestiaires. Cela lui avait value plusieurs absence injustifiées, des heures de colles et des corvées supplémentaires.

Les professeurs, les autres élèves... Tout le monde semblait aveugle, inconscient.
Il n'y avait pas pire chose que de se retrouver seul dans une situation comme celle-ci, sans aucune personne pour témoigner. Il était la victime et son propre témoin à la fois. Personne d'autre.

De plus, cela devenait dur de cacher ses blessures et ses bleus au yeux de ses amis et Tim n'arrêtait pas de lui reprocher son comportement étrange.
Après tout, il n'était pas aveugle lui, il voyait bien que quelque chose n'allait pas. Pourtant, Astre s'abstinait à ne pas parler. Il se l'était juré à lui même, il n'en parlerait à personne. Il n'avait aucun pouvoir, aucunes raisons de se plaindre. Il avait été accepté dans cette école et c'était une chance inouïe pour lui. Alors coûte que coûte, il irait au bout, il lutterait.

Au fond de lui, Biensûre qu'il avait envie que quelqu'un lui apporte de l'aide mais ce serait trop compliquer. Qui voudrait l'écouter ? Le croire ?

Aujourd'hui nous étions le Mercredi 14 novembre et Astre revenait du cours de sport auquel il n'avait pas assisté... comme d'habitude.
Il était tout tremblant. Essayant de cacher la profonde entaille au couteau que ses agresseurs lui avaient fait sur l'avant bras. Sa manche était en sang.

Il regarda l'heure sur la montre présente à son autres poignet. Heureusement qu'elle n'avait pas été cassée...

10 h 07

Super... Il était déjà en retard en cours. Il se pressa dans le couloir, séchant ses larmes et cachant sa manche sanglante à l'aide de son manteau. Prenant une grande bouffée d'air, il refoula sa douleur au fond de lui.

Il s'apprêta à passer le couloir suivant quand soudain, quelqu'un lui attrapa violement le bras.

Oh non... Pas encore...

On hell of a twinLisez cette histoire GRATUITEMENT !