Chapitre 24 - Partie 2 - L'affrontement

Depuis le début

Lui même n'y participerait pas. Son moment à lui était ici.

L'héliade jeta un regard au den serré au creux de sa main. Lorsqu'il le lâcherait, l'objet, transformé en artefact enchanté d'un puissant sortilège, l'extrairait de la zone pour le rapatrier dans sa chambre, au manoir. Il ne courrait finalement que peu de risque à prendre part à l'opération, se rassura-t-il, sans parvenir à éteindre complètement le sentiment doux-amer que lui inspirai cette réflexion. Il avait ordre de s'échapper dès qu'il en aurait terminé avec les vampires, et s'était fait sèchement reprendre quand il avait émis l'hypothèse de rester pour l'ultime assaut. L'Once ne pouvait pas se permettre de l'avoir dans leurs pattes.

« Bien, lâcha Alix en haussant la voix pour couper court à la vindicte de son élève. Alerte, bon courage. Fort, si tu ne viens pas de toi même, je t'assomme. »

Alerte pour Naola, Fort pour Mattéo. Le jeune blond tourna la tête vers Alix et obtint un sourire rassurant :

« Ça va bien se passer, Jeune. »

Jeune, c'était lui. Il aurait pu être Flippé,Terrorisé ou Angoissé, mais Jeune, c'était bien. Mattéo se rapprocha d'Alix et baissa d'un ton sans parvenir à masquer sa voix, pleine de colère.

« Tu veux que je la laisse seule...

— Je reste aussi, un peu, précisa Pierre.

— ... seule, reprit Mattéo, face à de nombreux vampires en rage ! Alors qu'on doit se marier ? Merlin, mais tu te rends compte de ce que tu me demandes ?

— Tu n'as aucune compétence dans ce domaine, tu ne feras que la gêner. »

L'homme avala le soufflé avec un regard noir. Naola, blême, gardait la tête basse, la main crispée sur son avant-bras.

« Elle t'a déjà assommé la dernière fois, Fort, asséna-t-elle. Tu veux me mettre en danger ? Continue d'insister. »

Les dents serrées, les poings fermés, le sorcier baissa le menton, immobile durant quelques instants, puis il franchit l'espace qui les séparait pour l'embrasser avec quelque chose qui tenait de la violence. Pierre détourna les yeux.

« Je t'aime », dit Mattéo.

Brusque, il s'écarta, matérialisa son hexoplan et sortit par la porte avant de décoller, suivit de près par Xâvier et par l'Once qui partit en adressant un dernier sourire d'encouragement à l'héliade. Tous les trois devaient rejoindre la lisière de la forêt et s'abriter derrière un charme géré par Alix. Naola poussa un très long soupir et se passa les deux mains sur le visage.

Pour oublier son cœur qui battait la chamade, Pierre observa les courbes des sortilèges qu'elle se remit à tracer au sol. La craie qu'elle utilisait crissait contre le béton nu, perçant sans l'alléger le silence oppressant qui les avait enveloppés après le départ des trois autres. Le jeune homme déglutit. Était-il vraiment capable de ce que l'Once attendait de lui ? Naola avait bien géré son truc : elle avait situé son cercle d'incantation au beau milieu de la masure, de façon à ce qu'ils ne risquent pas d'être pris à revers. Ainsi, ils avaient une parfaite vision de toutes ses ouvertures, même celles condamnées.

« Ça va être bon », souffla la jeune femme au bout d'un moment.

Elle se plaça au centre du motif formant une zone assez grande pour qu'ils y tiennent à deux.

« Tu t'installes là et tu n'en sort sous aucun prétexte, c'est bien clair ?

— Je sais, je sais. »

Comment Naola pouvait-elle respirer normalement ? Lui sentait son torse se compresser sous l'angoisse, au point d'à peine parvenir à prendre de petites inspirations saccadées. Tout ce qu'il devait à faire, c'était appâter les longue-dents jusqu'ici.

Les traitresLisez cette histoire GRATUITEMENT !