Bonus 4 : Bien après l'au-delà

457 58 29

Hey ! Toujours là ? ^^ Ce bonus m'a été inspirée par l'une de mes lectrices (d'ailleurs je la remercie pour m'avoir soufflée l'idée)

Comme vous le savez, César est mort et Eryn a du fuir Rome, le cœur en miettes. Mais, si la vie les a séparé, ce n'est pas le cas de la mort. On dit "jusqu'à ce que la mort nous sépare" mais si la mort permettait enfin aux âmes qui s'aiment de vivre ensemble pour l'éternité ;) 

Je me devais de leur offrir un happy ending ^^

De très longues années après la mort de César

Mon corps était si lourd, comme si je venais brusquement de me transformer en pierre. Je n'arrivais même plus à bouger un seul membre et encore moins à respirer. Pourtant, je ne pus m'empêcher de sourire. Voilà trop longtemps que j'étais dans ce monde. J'y avais vécu ma vie pleinement. J'avais aimé et perdu ... Tant d'amis que j'avais laissé derrière moi ... Tant de choses que j'aurais aimé faire et tant d'autres que j'avais faite. Mais, je n'avais pas de regrets. 

Ma fille, Aurélia, me tenait la main dans mes derniers instants. Des larmes perlaient aux coins de ses yeux noirs mais elle tentait de les retenir. Elle me rappelait tant son père. C'était peut-être la seule chose qui ne me faisait pas peur dans la mort. La certitude de le revoir après toutes ces années passées loin de lui ...

Dans un dernier sursaut, je passais une main usée par le temps sur la joue de ma fille. J'avais tenu ma promesse. Aurélia n'avait plus besoin de moi. C'était une femme à présent. Mes deux petits-fils étaient aussi auprès de moi. J'étais heureuse, entourée des miens.

Mais l'heure était venue. Après un dernier regard envers ma fille bien-aimée, je sentis les doigts de la mort m'effleurait la nuque. Mais je ne la craignais plus. Je l'accueillis comme une vieille amie.

Mes yeux s'ouvrirent à nouveau sous une nouvelle clarté. Je clignais plusieurs fois des paupières, levant une main devant moi. Une main si jeune ... Je tournais mon regard sur le côté et vis que mes cheveux étaient redevenus d'un roux éclatant et non blanc. J'étais allongée dans un lit mais plus duveteux et plus blanc, comme s'il n'existait pas vraiment. Ça y est ? Étais-je morte ? Où étais-je ?

Soudain, je sentis une présence près de moi. Étonnamment, je n'avais pas peur, comme si mon cœur reconnaissait les battements du sien. Je me retournais vers l'amour de ma vie, tranquillement allongé à côté de moi. Il n'avait pas changé. Ses boucles châtains tombaient devant son visage alors que ses yeux noirs me contemplaient avec amour. Un instant, je tendis la main vers lui, de peur qu'il ne soit qu'un mirage. Mais, je réussis à le toucher et il m'avait l'air parfaitement réel.

- Jules ... murmurais-je entre stupéfaction et fascination.

- Tu en as mis du temps, mon amour, ricana-t-il.

Au moins, la mort ne lui avait pas fait perdre son sens de l'humour. Je me surélevais sur un coude, observant à la dérobée autour de moi. Nous étions dans ce qui me semblait être notre villa à Rome mais, pourtant, tout semblait différent. Comme plus épuré ...

- Est-ce réel ? lui demandais-je.

- Rien n'a jamais été aussi réel ...

Sa voix était chaude et m'avait tant manquée. Chaque nuit je m'endormais avec son visage dans mon esprit. Son visage qui, malgré les années passées loin de lui, n'était pas devenu flou. Au contraire, je me rappelais chacun de ses traits. De ce petit grain de beauté au-dessus de sa lèvre et de cette petite cicatrice près de son sourcil gauche.

Alea Jacta Est [Tome 1]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !