Chapitre 19

75 6 0

Cette après midi avait été très instructive. Je savais désormais enfin comment sortir d'ici, mais me retenait, par respect pour celui qui m'y avait aidé et aussi pour le bon déroulement de notre plan, qui se basait sur la surprise.

L'elfe risquait gros avec ce plan. Moi aussi d'ailleurs, mais comme il me l'avait si bien dit, en tant que Leves, je ne risquais rien, les autres n'oseraient pas me contredire ou me reprocher mes actes. Même le roi était impuissant. Compte tenu de mon rang, je pourrai même lui reprocher de m'avoir séquestrer ainsi et en conséquence, demander réparations. Mais comme l'avait si bien dit, encore une fois, mon compagnon, étant donné le lien qui nous unissais, je ne pouvais vouloir que quelqu'un lui fasse de mal, et il fallait l'avouer, il avait raison. Je ne me voyais pas demander à quelqu'un de lui faire payer en mon nom. Mais... Je ne dis pas que moi je ne me vengerai pas à ma manière...

Bref, j'étais désormais impatiente de sortir de ce trou, et faisait ainsi les cent pas dans ma chambre, trépignant et stressant déjà rien qu'en pensant à ce qui allait se passer.

Les heures avaient passées, je n'avais pas fermé les yeux de la nuit, et me rongeai à présent les ongles. Je n'avais jamais autant stressé de toute ma vie. Il fallait tout de même dire que la vie de ma mère dépendait de moi et de la réussite de notre plan...
Bordel ! Quel stress impossible !

Notre plan reposant sur l'effet de surprise, il fallait qu'il vienne me chercher 15 minutes avant l'exécution de ma mère. 15 minutes ! C'était très court et ne laissait pas le droit à l'erreur. Ce qui ne faisait que renforcer mon anxiété.

L'heure fatidique arrivait, et je me rongeais toujours plus les ongles, tellement l'anxiété était à son comble. On avais prévu d'agir à la dernière minute, pour que personne ne se doute de ce qui allait se passer et compromette le déroulement de notre plan.

Le stress avait atteint son comble et je criais un bon coup pour extérioriser tout ça. Putain, qu'est ce que ça faisait du bien ! Ceux qui auraient entendus mon cri, aurait sûrement pensé que c'était un cri de rage du fait que je ne pouvais rien faire pour déjouer le plan du roi. Mais au contraire les amis ! Je vais l'empêcher d'atteindre son but et aussi de regretter un jour futur son geste.

Pour me calmer je décidais de faire ma technique de méditation comme je l'ai appelé. Je me mis donc assis en tailleur en face de la porte pour avoir une vue sur la forêt, comme si je me trouvais en dehors de ces murs, et fermais les yeux, me concentrant sur le trajet de l'air dans mon corps et vidant mon esprit en même temps pour que personne ne lise mes pensées et donc notre plan par mégarde.

Je laissais enfin mon esprit reposer, relâchant ainsi mes muscles tendus. J'ouvrais tous mes sens et entendait à nouveau avec plaisir le moindre bruit environnant de la forêt. J'étais sûre qu'à ce moment là, on pouvait apercevoir un petit sourire sur mes lèvres. J'étais complète. Je me sentais bien, apaisée.

En écoutant les bruits, j'entendis le bruit des branches plier subtilement sous le corps gracieux d'un elfe en voyage, laissant derrière lui un souffle d'air. Et c'est sans surprise qu'en ouvrant les yeux je vit mon ami.

-Prête Leves ? Me demanda t il un sourire pointant le bout de son nez.

-Comme je ne l'ai jamais été ! Affirmais je déterminée.

-Bien, alors allons y.

Je me levais souplement et rejoignis l'elfe. J'étais à présent en face de lui, m'étant arrêté devant le champ qui me retenait prisonnière.

-Concentrez vous. M'encouragea t il. Faites comme je vous l'ai appris et tout ira bien, la seule difficulté est qu'il faut maintenant appliquer mes enseignements sur tout votre corps.

L'élue, l'hybride des Trois Grandes Races. Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant