Chapitre 25.

Depuis le début

Kara savait qu'elle marchait sur des œufs à cet instant, le moindre commentaire dit de la mauvaise façon pouvait tout faire tourner au vinaigre.
Elle devait prendre tout cela avec des pincettes, surtout aujourd'hui.

- Est-ce que tu souhaiterais en parler ?
- Donc maintenant que tu as pris ta décision, que le contrat est presque signé et que tu as une conférence de presse avec toute l'équipe du film dans deux semaines, tu me demandes si je souhaite en parler ? Est-ce que tu n'as pas un peu l'impression de te moquer de moi ? De nous ?
- Jamais je ne me moquerai de nous, tu es bien trop importante pour moi pour que je fasse une telle chose !
- Alors pourquoi agis-tu ainsi en ce moment ? Tu fais tout dans ton coin, tu es distante et tu évites de me parler, comme si tu me cachais quelque chose !
- Je suis juste stressée par tout ça. Je n'aime pas plus que toi de te savoir toute seule ici avec Eclipse. J'aime notre chat, mais je sais qu'elle peut être difficile... Et je n'aime pas te savoir ici seule tout court... Je n'aime pas non plus savoir que je vais être éloignée de toi pendant aussi longtemps, mais nous savions toutes les deux que cela risquait d'arriver... C'est mon travail, je ne peux pas toujours choisir des projets proches d'ici, sinon je ne vais pas beaucoup tourner... Et ce film est vraiment génial ! Il me plait vraiment... C'est tout ce que j'ai toujours voulu faire comme film... C'est pour ce genre de projet que j'ai voulu devenir actrice...
- Je sais..., murmura la jeune avocate, et je ne veux pas t'empêcher de continuer à tourner. Je savais à quoi je m'engageais quand nous avons commencé notre histoire... C'est juste que j'aurai aimé que nous en parlions, même si c'était simplement pour que je te donne mon accord... J'aurai aimé être impliquée dans tout cela.

Soupirant, Elise s'adossa au comptoir de la cuisine, passant une main dans ses cheveux bouclés, les remettants en place.

- Je me rends compte que j'ai un peu merdé sur ce coup-là... Je n'ai pas encore tout à fait l'habitude de devoir rendre des comptes à qui que ce soit... Enfin... Pas depuis que je suis partie de chez mes parents, tenta avec humour l'actrice, réussissant à tirer un léger sourire de la part de sa petite amie, mais je te promets de faire mieux... Et si je fais n'importe quoi, s'il te plait, n'hésite pas à me le dire, ça évitera que tu accumules toute cette colère comme aujourd'hui.
- Nous avons toutes les deux des problèmes de communication hein ?
- Ouai... Je pense que nous devrions toutes les deux bosser sur ça. Que dirais-tu de commencer à résoudre ce problème autour d'un bon repas. Je te promets, je n'ai absolument pas cuisiné quoi que ce soit.
- Les pompiers ne sont pas là, je me doute bien que tu n'as rien touché d'autre que ce que tu as mis sur la table, c'est-à-dire les assiettes, les couverts et les verres.
- Hey ! Protesta faussement Elise, faisant sourire Kara.
- Tu sais que j'ai raison. Tu es vraiment bien trop terrible en cuisine, un vrai cas désespéré.
- Ce n'est pas pour ça que tu dois être si méchante avec moi !
- Je ne suis pas méchante, je suis réaliste, voilà toute la nuance, rétorqua la jeune femme aux cheveux noir, avant de se retourner, quittant la cuisine pour rejoindre le salon, laissant le soin à Elise d'apporter leur nourriture sur la table, tout cela sous le regard scrutateur de leur chat, mais ne crois tout de même pas que j'ai oublié tout ce qui s'est passé. Je veux une véritable raison pour ne pas m'avoir prévenue que ton rendez-vous était annulé.
- C'est stupide, lui assura la Québécoise, tenant en équilibre deux plats, suivant sa petite amie.
- Ce n'est pas stupide. Ce qui est stupide c'est que tu m'aies laissée seule avec le petit monstre qui nous sert de chaton, alors que tu savais très bien que j'allais finir sur les nerfs. Tu sais très bien qu'elle ne m'obéit jamais, toi tu arrives encore à ce qu'elle t'écoute, mais ce n'est pas mon cas.
- Emily avait besoin de mon aide, elle cherchait un cadeau pour Tamara.
- Et tu ne pouvais pas me le dire parce que ?
- Parce que Tamara est ta meilleure amie et je sais que tu n'aimes pas lui mentir... En plus Em' avait besoin de me parler... Tu sais... La barrière entre l'amitié et l'amour entre ses deux là commence à être un peu flou... Elle avait besoin de me parler de cela, elle ne sait vraiment pas comment agir...
- Mais pourquoi ?

Elise n'arrivait pas à en croire sa chance à cet instant.

Pour la première fois, sa petite amie croyait en l'un de ses mensonges...

Enfin, ce n'était pas vraiment un mensonge, Emily et elle avait vraiment parlée de cela pendant qu'elles étaient en train de fouiller l'une des bijouteries qu'elles avaient visitées.

Elle oubliait juste le passage le plus important, se concentrant sur un détail qui risquait d'attirer toute l'attention de Kara, la laissant creuser sur ce sujet précis, mais pas sur tout le reste.

Oui, elle commençait à connaitre assez bien sa petite amie pour savoir comment agir dans ce genre de situation.

- Parce qu'elle a peur que tout se complique. Si quelque chose se passe mal entre elles, ça risque de nous impacter aussi et elle ne veut pas que cela arrive... Imagine qu'elles se disputent, tu te rangeras forcément du côté de Tamara, elle est pratiquement ta sœur, tandis que moi, je serais obligée de me ranger du côté d'Emily, puisqu'elle est ma meilleure amie depuis que je suis arrivée à Los Angeles... Du coup cela provoquera des tensions entre nous et Em' refuse que quoi que ce soit de ce genre arrive.
- Elle a beaucoup pensé à nous hein ? Soupira la jeune femme aux cheveux noirs, s'installant à table, se mordant la lèvre inférieure.
- Beaucoup.
- Pourquoi ne peut-elle pas penser un peu à elle ? Je ne veux pas qu'elle finisse malheureuse et qu'elle passe à côté de sa vie !
- Je sais, je lui ai déjà dit tout ça, mais tu sais bien qu'elle ne m'écoute pas.
- Je lui parlerais. Elle va être obligée de m'écouter. Et si elle ne le fait pas, j'irai parler à Tamara.
- Tu ne vas pas lâcher l'affaire, sourit doucement Elise, c'est l'une des nombreuses choses que j'aime chez toi. Tu es tellement déterminée, quand tu veux quelque chose personne ne peut t'arrêter.
- Je suis avocate. J'aime gagner tous les cas que l'on me confie... Enfin, du moment que la personne soit innocente ou que le cas m'intéresse. Et là, je suis extrêmement intéressée par le cas.
- J'ai hâte de voir comment tu vas t'y prendre.
- Et bien, figure toi que tu ne le verras pas puisque tu ne seras pas là. Je vais profiter de ton petit voyage en Italie pour m'occuper de réunir nos deux meilleures amies. Au moins j'aurai une occupation pour éviter de devenir dingue.
- Et je suis sûre que tu vas t'y prendre à merveille. Même si je ne suis pas là, j'ai hâte d'entendre l'avancement de ton plan quand nous nous appellerons. Peut-être pourras-tu me rendre visite sur le tournage, pour un week-end ? Ou même pour une petite semaine de temps en temps ?
- On verra... Tu sais que je viens de commencer. Je ne peux pas prendre beaucoup de vacances... Mais je vais faire mon possible.
- Je sais que tu ne peux pas t'absenter comme tu le veux... Je suppose que je suis en train de réaliser que nous allons vraiment être séparées pendant quasiment 3 mois.
- Je ne vais pas revenir sur le sujet de départ, mais je vais juste te rappeler que tu es celle qui a choisi de faire ce film.
- Je sais... Et si nous revenions au plus important.
- C'est-à-dire ?
- J'ai faim, tu dois surement avoir faim aussi et notre repas va finir par être froid si nous ne mangeons pas... Alors, bon appétit ?
- Bon appétit, acquiesça Kara, attrapant l'un des plats contenant des pâtes pour s'en verser dans l'assiette, sous le regard d'Elise, se sentant maintenant pleinement soulagée, son secret était sain et sauf, elle allait pouvoir continuer à travailler sur la trouvaille de la bague parfaite, et ceux, sans que son avocate de petite amie ne finisse par le découvrir avant le jour où elle la lui donnerait...

Tome 0 : KaraWhere stories live. Discover now