Chapitre 23 : Sen, Galahad, Romane, Min-Jae

1.1K 60 111

Bonjour !

L'heure est grave cher-e-s lecteurs et lectrices, c'est le dernier chapitre de l'arc 1 de Tant Qu'il Le Faudra. Cette première partie qui couvre globalement le 1er trimestre de l'année fait pas moins de 75 000 mots, oups.

Pour ce dernier chapitre (qui est en fait la suite directe du chapitre 22), on retrouve 4 autres personnages le 24 décembre au soir. J'ai galéré de ouf sur plusieurs parties, mais j'espère que ça sera pas trop mal. Faut dire que vous êtes nombreuxses à m'avoir réclamé un PDV Sen, sauf que clairement le repas de famille c'est pas le moment le plus fun pour ellui ^^' J'aurais essayé.

Bonne lecture, on se retrouve à la fin du chapitre j'ai d'autres trucs à vous dire ;)

TW homophobie familiale

Prudence, 19 ans, lesbienne, correctrice pour HoMag, étudiante en lettres classiques
David, 21 ans, gay, rédacteur en chef et rédacteur rendez-vous LGBT pour HoMag, étudiant en LEA anglais/espagnol
Jade, 23 ans, pan, rédactrice féminisme et maquettiste pour HoMag, étudiante en psychologie
Ina, 26 ans, lesbienne, secrétaire et rédactrice littérature pour HoMag, community manager
Léo, 21 ans, bi, président et rédacteur témoignage pour HoMag, étudiant en sociologie
Harry, 21 ans, pan ace et trans, rédacteur politique et informaticien pour HoMag, étudiant en informatique
Min-Jae, 22 ans, gay, trésorier et photographe pour HoMag, étudiant à Centrale Paris
Sen, 24 ans, bi et non-binaire, rédacteur⋅trice pop-culture pour HoMag, développeur⋅euse
Romane, 23 ans, lesbienne, administratrice et rédactrice cinéma pour HoMag, étudiante en cinéma
Nathan, 27 ans, gay, rédacteur sexo et prévention pour HoMag, infirmier
Gwen, 25 ans, bie, vice-présidente et rédactrice courrier des lecteurs⋅trices pour HoMag, coiffeuse
Mehdi, 24 ans, gay, illustrateur pour HoMag,
Max, 20 ans, gay, rédacteur interview, étudiant en journalisme
Galahad, 20 ans, bi, petit ami de Min-Jae, étudiant à Centrale Paris

24 décembre (suite).

— Sen —

Il y a beaucoup trop de bruit dans cette pièce. J'ai beau avoir réussi à m'assoir à l'opposé de la table des enfants (la table basse autour de laquelle iels sont tou·te·s assi·e·s), ce n'est pas suffisant pour me permettre de faire abstraction. Je me demande si discrètement, je ne pourrais pas mettre un bouchon d'oreille. Quand maman m'a vu avec tout à l'heure, elle m'a fait un scandale. J'ai préféré plier, ce qui n'était sans doute pas le meilleure move de ma vie. Pourtant j'y ai pensé hier, je me disais que je pourrais peut-être en trouver des plus discrets, ou au moins des pas fluo. Je voulais passer à la pharmacie après mon passage de dernière minute à la Fnac pour récupérer un CD pour papa (un 24 décembre, plus jamais), mais quand j'ai vu la queue, j'ai battu en retraite.

À ma droite, ma grand-tante Mai, la sœur de ma grand-mère, a passé tout le repas à râler contre Noël. Plus les générations passent et plus notre culture se perd. Signe qui ne trompe pas : je ne comprends pas tout ce qu'elle dit et je suis bien incapable de lui répondre en vietnamien.

J'ai un regard vers mes deux cousines du côté de mon père : Rose et Garance, toutes les deux accompagnées de leur mari blanc. Le summum de la réussite à ce qu'il paraît. L'un est un fétichiste (repéré en moins de 10 minutes), l'autre est potable de ce que j'en ai vu, mais j'ignore comment leur couple fonctionne réellement. Bien sûr que papa Noël descend par la cheminée pour leurs enfants. Enfants qui grandiront sans doute complètement coupés de la culture de leur famille maternelle. J'essayerai de leur offrir des livres sur le sujet, quand iels seront plus grand⋅e⋅s. Watch me devenir la grande cousine woke qui gonfle toute la famille !

Tant qu'il le FaudraLisez cette histoire GRATUITEMENT !