XXIV

1.2K 92 67

Salut!
Merci beaucoup pour les 2 k. Je vous suis infiniment reconnaissante 😉
J'essaye d'être plus ou moins régulière sur la publication des chapitres, mais je dois avouer que je n'ai pas forcément le temps d'écrire... Sinon, on y est enfin arrivé! Elijah et Isaiah sont en couple! Pour combien de temps?
Vous en pensez quoi de leur couple? Ils sont mignons non?
Merci encore,
xxx
@sheerzz
(N'hésitez pas à commenter, j'adore lire vos commentaires)

 Sinon, on y est enfin arrivé! Elijah et Isaiah sont en couple! Pour combien de temps?Vous en pensez quoi de leur couple? Ils sont mignons non?Merci encore,xxx@sheerzz(N'hésitez pas à commenter, j'adore lire vos commentaires)

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

@nathankriis sur instagram.

Elijah

Quinze minutes. Isaiah a mis quinze minutes à mettre ses chaussures de ski. Et bien évidemment j'ai du l'attendre. Mon père est parti avec le reste de ma famille, alors que je devais rester là à attendre mon petit ami pas encore officiel.

"Bon Isaiah, t'es prêt?"

Il couine:

"J'ai pas envie de skier! C'est horrible!Sérieux Elijah, fait un effort pour moi, ton copain que tu aimes tant!"

"Désolé mon grand, une relation de même pas vingt-quatre heures ne passera sûrement pas devant l'amour inconditionnel que je voue au ski. Chope tes skis, on y va."

Probablement vexé par ma phrase, mon copain grogne et attrape ses skis. La manière dont il les tient est ridicule, mais il est tellement mignon avec sa mine colérique que je le laisse faire.

Nous sortons du chalet, et après avoir chaussé nous nous dirigeons vers le télésiège. Une fois dans la file, je regarde Isaiah moqueur.

"Ne percute personne, Isa. Tu ne voudrais pas avoir une mort sur la conscience, si?"

Je devine qu'il me foudroie du regard à travers sa visière.

"Ce n'est pas une relation de même pas vingt-quatre heures qui va m'expliquer la vie, si?"

Si il le prend comme ça. Un vrai gosse. Mais au fond, il n'a pas tort, je n'aurais peut-être pas du dire ça.

"Désolé. Je pensais pas que tu le prendrais comme ça."

Il me regarde, un sourire faux collé au visage. Même si son masque cache ses yeux, je devine son regard d'enfant relou.

"Je le prends très bien, ne t'en fais pas."

Avant que je ne puisse dire quelque chose, les portillons du télésiège s'ouvrent et nous laissent passer. Nous montons sur le télésiège, un froid pesant entre Isaiah et moi. C'est pourtant lui qui réengage la conversation:

"Elijah?"

"Oui?"

"Est ce que tu continues de... tu sais. Vendre des trucs. Et de consommer."

Sa voix meurt, et je le vois presque étouffer un sanglot. Il est si sensible. Je ne sais pas quoi répondre à sa question. Mais à défaut de ne pas être très sympa, je me dois au moins d'être honnête.

"Pour ta gouverne, je vends pour rendre service à mon... dealer. Et ouai, ça peut m'arriver. De temps en temps."

"T'es inconscient Elijah. Si tu meurs, je rigole. Enfin, non je pleure, mais je rigole après. On s'est compris."

Il est si mignon. Je prends mes bâtons dans ma main droite et passe mon bras sur ses épaules. À défaut de skier sur des pistes horriblement plates, on est seul sur notre siège.

"T'es adorable mon Isa. Tu sais, t'as pas à t'inquiéter pour moi. Je sais ce que je fais."

"Je suppose que tu savais exactement quoi faire quand tu t'es drogué jusqu'à t'éclater le cerveau, non?"

Ouch. Il s'est levé de quel pied ce matin? Honnêtement, mon égo en prend un coup.

"T'as tes règles Isaiah?"

Il émet un hoquet de surprise. Cependant, la fin du télésiège s'annonce donc je lève la barre. Nous descendons, et alors qu'Isaiah commence à partir, je le retiens par le bras.

"Isa... c'est quoi le problème?"

Il baisse la tête et murmure quelque chose. Je lui demande de répéter, et il me regarde.

"Je m'inquiète pour toi. J'ai pas envie que... qu'il t'arrive un truc grave alors que bah on sort ensemble depuis hier. Tu vois le genre?"

Je fonds. Il s'inquiète pour moi? Alors qu'il continue de débiter des idioties à un rythme étonnant, je l'attire contre moi, et cherche à poser mon menton sur son casque. Cependant, nos skis se croisent, et Isaiah m'entraine dans sa chute. Nous nous retrouvons étaler de tout notre long dans la neige.

On se regarde dans les yeux (enfin, je suppose, car nos masques empêchent le contact visuel), et dans un mouvement incertain ses lèvres viennent rejoindre les miennes. Le baiser en lui-même n'est pas très agréable, nos masques s'entrechoquent et nos casques aussi, mais les sensations apportées en valent largement le coup.

Comme à chaque fois que je l'embrasse, un feu s'anime dans mes entrailles et mon coeur accélère. Seigneur, c'est d'un cliché.

On se sépare à contre coeur et je me relève. Isaiah ne bouge pas et me tend sa main. Mignon, mais flemmard.

Je lui indique de me suivre, et je commence à descendre la piste en réajustant mon masque. Cependant, alors que je me tourne pour voir où en est mon petit ami, mon téléphone vibre. Je m'arrête sur le côté, ôte un gant et sors mon cellulaire.

De Nonna, 10:07
Bonjour mon coeur!
Je t'apporte de belles nouvelles!
Eole vient de sortir du coma!
D'ailleurs j'ai revu ton amie, Lydiane je crois,
dans un café à Chicago. Je n'ai pas eu le temps de lui parler.
Je t'embrasse, revenez vite surtout!
Nonna.

Attendez.
Pause.
Eole vient de se réveiller alors que nous sommes à l'autre bout du monde?
Et en plus, Lydiane est revenue? Elle va retourner au lycée?
Seigneur.

Je sens que notre retour va faire des étincelles.


"Allo Elé?"

"Oui mon Eli? Ça va avec ton prince charmant? Vous ne vous fricotez pas trop j'espère?"

"Je suis presque sûr que tu ne sais pas ce que ce mot veut dire. Bref. Nonna ne t'a pas envoyé de message?"

"Elle veut quoi la vieille?"

Il se peut que Eléanore et Nonna se s'entendent absolument car, quand Elé était en troisième, notre grand-mère n'arrêtait pas de lui faire des remarques: "et ton copain? Rassure moi, tu en as un?", "Eléanore voyons, est il nécessaire que tu te goinfres de gâteau au chocolat?", "À ton âge, je portais des jupes au niveau du genoux, pas des sortes de robes qui arrivent au niveau de tes parties intimes!", "j'espère que tu te réserves pour la mariage!". Qu'elle est casse-pieds parfois

"Eole est sorti du coma."

Ma soeur hurle de bonheur dans mon oreille et je dois éloigner mon cellulaire pour ne pas me faire broyer l'oreille. Cependant, avant qu'elle ne dise quoique ce soit, je reprends.

"De plus, Lydiane est de retour à Chicago."

"Ne me dis pas qu'on parle de la même Lydiane, je t'en supplie."

"Je crois bien que si."

"Tu la veux de quelle couleur ta tombe?"

MAKE ME YOURSLisez cette histoire GRATUITEMENT !