Chapitre 14

74 8 0

    Lorsque je me réveillais, je me sentis engourdie. Je m'assis prudemment sur le bord de mon lit, en face de la forêt, et plongea mon regard dans celle ci, essayant de me rappeller les événements d'hier.

Je me rappelais son cadeau, auquel je mis instinctivement ma main dessus. Je me rappelais mon '' cours '', l'arrivée d'un elfe et puis... Merde... J'avais un trou.

-Tu ne te rappelle vraiment de rien ? Me fis sursauter mon âme soeur.

Je secouait négativement la tête. Il s'approcha de moi et je vis qu'il y avait derrière lui un elfe armé qui le suivait à la trace, attentif, comme si j'aurais pu lui faire le moindre mal. Il vint vers moi et posa un doigt en plein milieu de mon front et ferma les yeux. Un éclair de lumière traversa les miens et une scène se passa devant mes yeux. Une scène où je me trouvait dedans. Une scène que j'étais absolument sûre de ne pas avoir vécue. Et pourtant j'avais peur. Extrêmement peur. Comme si je savais déjà que ce que j'allais découvrir ne me plairait pas.

Je me voyais brûlante de colère, au sens propre et non figuré, menaçant le roi de mes flammes. Un elfe était la raison de ma colère et voyant mon attitude dangereuse, il se plaça devant son roi dans l'intention de le protéger. Mais c'était complètement vain. Je me voyais, horrifiée, lancer une boule de feu sur le gardien de mon lié, ayant sûrement dit une parole qui avait fait atteindre ma limite de la colère que je pouvais contenir et qui se retrouva à terre avec une blessure béante et affreuse.

Je me voyais ensuite sombrer dans les ténèbres, rattrapée par le roi lui même, après un baiser.

Bizarrement, je ressentais toutes les émotions que j'avais sûrement éprouvées à cet instant mais aussi celle que je ressentais en me regardant agir ainsi. Cela faisait un très mauvais mélange. Le baiser ne fut pas ce qui me frappa le plus, mais le geste que j'avais eu envers l'elfe qui essayait juste de protéger son souverain. Je l'avais sûrement tué. Ou alors il n'en était pas loin.

La vision s'arrêta et le roi recula, guettant ma réaction. Je restais sans voix, trop choquée par la vision de celle que j'étais dans celle ci.

-Ce n'étais pas une vision. J'ai partagé avec toi un souvenir réel, expliqua t il répondant ainsi à ma question.

-C'est... C'est impossible. Et... L'elfe ? Murmurais je avec une voix brisée par l'émotion.

-Il est mort Esmeria. Tes pouvoirs l'ont tué, dit il avec un regard triste, non pas pour un de ses sujet mort pour le protéger mais plutôt pour moi.

-Non... Le supliais je. C'est impossible répétais je en boucle. Jamais... Jamais je n'aurais pu faire ça... Ce n'est pas moi...

-Ce n'était pas toi à ce moment là, mais la volonté de tes pouvoirs. Ils sont vivants Esmeria. Ils font parties de toi mais ont leur propre volonté, leur propre âme.
Il faut que tu apprennes à les contrôler... C'est le seul moyen. Il faut que tu apprennes à ne pas leur laisser complètement les commandes.

-Je n'aurais aucune sanction, pas de condamnation pour le meurtre que j'ai commis ? Demandais je ahurie.

-Non. Personne ne peux toucher à l'âme sœur d'un roi et encore moins à la... Leves de nos trois peuples, dit il hésitant, se rappelant que c'était simplement ce mot qui avait cause la mort d'un des siens.

-Mais pourquoi ? Hurlais je. J'ai tué un homme ! Pourquoi ne me puni t on pas ? C'est injuste pour la victime de mes pouvoirs, de ma colère incontrôlable !
Pourquoi est ce que je m'y prend si mal ? Sanglotais je finalement en prenant ma tête entre mes mains.

L'élue, l'hybride des Trois Grandes Races. Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant