22.Ezra♠

681 42 11
                                                  

De la rue, la musique se fait déjà entendre, dévoilant les basses. L'air frais de la nuit m'enveloppe et rafraîchit mon corps sous mes collants et la jupe de ma robe. J'entends mes derbies claquer au sol, un chat me regarde passer avant de s'enfuir lorsque je le chasse en reproduisant leurs feulements. Je me plante devant la maison pour inspirer profondément. Au bout de quelques pas, je suis à la porte.

Faut-il toquer ? Avec la musique personne ne m'entendrais, je décide donc d'entrer de mon propre gré. La majeure partie des invités de ce soir se trouvent dans ce que je devine être le salon. Je remarque avec admiration comme tout est bien agencé et combien Cheryl doit vivre dans un milieu aisé. Une large baie vitrée donne vue sur le jardin plongé dans l'obscurité et luisant à la faible lueur des astres. Tous papotent autour d'un toast, rigolent, chahutent. J'observe également que toutes les filles ont beaucoup investi dans leurs tenues ainsi que leurs maquillages et coiffures. Etre au centre de l'attention, but ultime de la soirée. Sauf qu'elles ne comprennent pas que c'est en voulant tous se faire remarquer qu'on se fond dans la masse. Je m'oblige à détourner mes pensées, je ne peux pas me permettre de tout critiquer. Ce soir je suis là pour m'amuser. Et profiter.

Je m'approche du buffet pour, à la manière des autres, prendre quelques entremets afin de grignoter. M'approchant ensuite des verres, j'en prends un sans même me demander ce qui peut se trouver dedans. Personne ne fait attention à moi, ni ne m'a vue arriver. Je ne peux m'empêcher de chercher Adam du regard. Je survole la foule des yeux mais je ne l'aperçois nulle part. Mon cœur bat faiblement et la déception me prend, j'aurai aimé le voir, juste le voir. Je me pince le bras. Qu'est-ce que je suis en train de faire ? M'attacher. Interdit n°1 Ezra. Je secoue la tête et porte mon attention sur la musique, espérant ainsi arrêter de penser à quoi que ce soit d'inconvenant.

- Salut.

La musique est tellement forte que je manque de peu de ne pas entendre Cheryl parler au milieu de ce vacarme :

- Alors tu es venue finalement.
- Le contraire t'aurais trop fait plaisir.

Je suis obligée de presque crier pour couvrir le bruit. Je remarque avec étonnement que malgré ma réplique sèche elle n'affiche pas son habituelle expression de dédain ou de moquerie. J'ai même l'impression qu'elle me regarde comme elle regarderait une amie, avec sincérité :

- Ecoute Ezra, je suis désolée pour tout ce que j'ai pu faire. J'ai eu tort et j'ai été sotte. Je sais que jamais tu ne me pardonneras mais je m'en excuse tout de même.

Je la regarde suspicieusement, de tels mots ne lui ressemblent pas. Je ne peux m'empêcher de baisser le regard pour découvrir qu'elle tient une boisson, à coup sûr alcoolisée, dans sa main. C'est bien ce que je pensais, l'alcool agit surement sur elle. Soudainement, un garçon surgit de nulle part, criant des paroles incompréhensibles et heurte de plein fouet la belle blonde. Trébuchant en avant, elle me bouscule et mon gobelet tombe au sol, répandant le liquide sur le carrelage. Elle plonge son regard dans le mien et me cri pendant que la musique s'époumone :

- Je suis sincèrement désolée !

Je commence à me baisser pour le ramasser mais elle me stoppe dans mon geste d'un « laisse » avant de le faire elle-même, elle me regarde à nouveau :

- Je vais t'en chercher un autre, j'arrive.

Je reste hébétée devant la soudaine gentillesse dont fait preuve Cheryl à mon égard. Je la regarde disparaître parmi les nombreux corps parsemant la pièce. Elle réapparait quelques deux minutes plus tard, un nouveau verre en main. Elle me tend un breuvage cette fois légèrement rosé avant de planter ses yeux bleus dans les miens, m'invitant à trinquer :

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant