Les fenghuangs

259 18 19

PDV Ezarel

Bon assez parlé, je dois voir pour les derniers détails tardifs de l'organisation. Qui est elle aussi tardive. Vous suivez?

Il reste la cuisine et l'entretient du QG. En gros le nettoyage.

Pas question que je nettoie ne serait-ce qu'un CENTIMÈTRE de ce QG de malpropres. Mais en même temps, est-ce que j'ai envie de me retrouver seul avec Karuto...? Vu le nombre de personne en train de nettoyer par-ci par-là, je devrais être seul avec Karuto, forcément.

Bon, va pour Karuto.

Je sors de la Salle d'Alchimie d'où j'étais sortit pour ranger l'inventaire de mes ingrédients. Les Purrekos sont utiles quand t'as la flemme de chercher toi-même tes ingrédients. Bon après, ce sont généralement de bons arnaqueurs. On ne négocie pas avec un Purreko. Il fixe le prix, et tu acceptes ou tu laisses.

Bref, j'aime bien la cantine, mais les cuisines, pas trop. On se fait souvent chasser à grand coups de balais.

Perdu dans mes pensées, j'arrive à la cantine. Trois recrus nettoient l'endroit tandis que Karuto s'affaire sur un morceau de viande particulièrement énorme.

Moi: S'lut Karuto. Alors on a besoin d'aide?

Karuto: Non, le meilleur chef du monde a juste besoin de larbins. Va aider l'autre avec la vaisselle de ce matin.

Moi: L'autre...?

Je tourne la tête vers l'évier avant d'apercevoir la chevelure blanche si caractéristique de Lune. J'ai bien fait de venir finalement.

Je hausse les épaules comme si de rien n'était. Je m'avance vers Lune. Plus je m'approche, plus je l'entend gromeler.

Lune: Humpf, "Un travail de la plus grande importance...", tu parles!

Moi: Alors, pas contente de me voir?

Je lui ai mis la main sur l'épaule. Elle sursaute, se tourne rapidement vers moi (sûrement pour s'assurer que c'est pas Karuto mdrrr) , puis soupire en mettant une main sur son cœur.

Lune: Ne fais plus jamais ça, sinon je te tue sur le champ. Je montrerai ton corps aux autres, pour faire bonne mesure.

Moi: Quelle charmante attention ❤️

J'attrape rapidement une éponge avant de prendre une assiette que je commence à astiquer. Lune revient à côté de moi pour continuer le travail. J'ai de plus en plus de mal à me concentrer sur mon travail. Je ne sais pas comment le dire, mais c'est comme si mon attention était retenue par ce que faisait ma voisine.

Lune: J'en peux plus de Karuto, sérieux. Nous faire faire un travail aussi ennuyeux.

Moi: Bah, c'était soit ça, soit nettoyer. Et...

Lune: ... et hors de question que Monsieur le fasse lui-même.

Moi: Tu as tout compris.

Je m'arrête dans mon astiquage pour lui pincer la joue. Elle plante ses yeux dans les miens. J'ai envie de l'embrasser, mais ici c'est impossible. Je retire ma main.

Lune: Ez'?

Moi: Oui?

Lune: Est-ce que tu veux... que... enfin... qu'on continue de se cacher?

J'arrête de bouger pour penser à cette éventualité. Et si on arrêtait? Malgré les apparences, je n'aime pas que les gens s'immiscent dans mes relations. Et puis, je sais de source sûre que certaines filles "m'aiment bien". Je n'ai pas envie qu'elles s'en prennent à Lune par vengeance.

Moi: Et si on continuait encore un peu?

Lune: Mais si ça dure, on ne pourra pas éternellement se cacher.

Moi: Je sais. Juste, continuons un peu.

Lune: Tu n'as pas envie de t'afficher avec moi?

Moi: Mais non! C'est juste que je veux que ce qui est à nous reste à nous.

Lune: Mmmh, ok.

Je lui pris la main. Je n'ai pas envie qu'elle s'imagine des choses aussi fausses à propos de nous. Ses joues se sont empourprées.

Karuto: Allez! Au travail! Ça va pas se laver tout seul!

Lune se remit au travail en gromellant. J'ai fais de même. Je ne pouvais tout de même pas arrêter de sourire en l'entendant se plaindre.

PLUS TARD

C'est bon, on a fini. Lune se lave avec dédaignement.

Moi: Pour une fille soldat qui en a vue de toutes les couleurs, tu réagis comme une princesse.

Lune: J'ai toujours été une princesse au fond de moi.

Elle jette ses cheveux en arrière puis me fait un clin d'œil.

Moi: Bon, est-ce que je dois attendre que "Princesse" est finie de se laver les mains ou est-ce qu'on y va?

Lune: C'est bon, c'est bon, j'arrive.

Elle enlève ses mains de sous l'eau puis, les secoue vigoureusement. Nous sortons de la cuisine.

Lune: Ez', suis moi.

Moi: Hein?

Elle m'agripe le bras et manque de me faire tomber. Elle commence à courir dehors. Parce que j'ai envie, et parce que je ne peux dégager mon bras, je la suis. Elle veut sûrement m'entrainer vers la plage. Mais quelque chose nous en empêche.

Lune et moi, nous nous arrêtons, complètement figer.

Huang Hua: Ça fait longtemps que je ne suis pas venue!

Salut mes licornes!
J'avais envie de faire un chapitre avec le PDV d'Ezarel.
Pourquoi?
Parce que c'est drôle ptdr.

🦄🔪❤️

Anormale [Eldarya-Ezarel]Là où vivent les histoires. Découvrez maintenant