15 - L'accusation

1 0 0

La politesse dictait que la première visite de Nathanaël de Luz à ses parents devait être pour son nouveau maître de Maison ; il décida à la place de trouver Émeline, qui paraissait moins fâchée contre lui.

Certains après-midi, elle se réunissait avec quelques amis dans un petit salon de l'étage médian de la Maison Luz, coincé, comme toutes les pièces de leur domaine, entre les machineries du générateur auxiliaire. Le rassemblement informel portait le nom comique de Club des Amateurs et Amatrices de Thé, et n'avait pas grand-chose à voir avec la boisson.

Le cercle du jour comportait Noël d'Abadi, Aline de Frem, Ezéchiel de Coq, et Émeline de Luz en maîtresse de cérémonie. Quand Nathanaël entra, le premier soupira plus fort que la situation ne l'exigeait. L'évadé ne s'en démonta pas et demanda doucement :

— Mél, mon trésor, je peux te parler une minute ?

Aline de Frem posa sa tasse sur sa soucoupe en faisant du raffut exprès.

— Comme tu peux le voir, je suis occupée, Nat.

— Je ne te retiendrai pas longtemps.

Ézechiel de Coq éclata :

— Peut-on savoir au nom de quoi monsieur de Luz s'autorise à troubler notre réunion alors qu'il est notoirement non un amateur de thé mais un amateur de femmes ?

Nathanaël le toisa.

— Une telle imbécillité est « notoire » ? Et qui donc, mal informé, la colporte ?

— Il est donc possible d'aimer la partie féminine de votre population, ou une boisson chaude, mais pas les deux ? Votre espèce est fascinante.

Le Club des Amateurs et Amatrices de Thé sursauta de concert.

— Oh, mais je manque à tous mes devoirs, permettez-moi de vous présenter Angeline, un être de l'air que j'ai rencontré en prison, d'où je viens de sortir, séjour qui m'a par ailleurs empêché de profiter de la merveilleuse compagnie des membres de ma Maison, alors si vous voulez bien tous m'excuser, je désire une minute avec ma cousine !

Émeline se leva de son siège et l'entraîna à l'écart.

— Qu'y a-t-il de si pressé ?

— Mél, qu'a fabriqué le conseil ? Pourquoi t'a-t-il écartée, pourquoi casser les fiançailles d'Abi et Mandy ?

Émeline laissa ses épaules retomber dans un soupir. Nathanaël se sentit cruel de l'obliger à évoquer le sujet ; ils s'étaient retrouvés en concurrence au titre de maître de la Maison Luz, des années auparavant. Sa défaite avait endommagé leur amitié quelques mois.

— La même raison que lorsque nous avons tous deux été présentés pour remplacer Artuel : j'aime le thé.

Nat chercha bien mais ne parvint pas à dénicher la pertinence de l'argument. Elle réexpliqua :

— Une maîtresse de Maison doit renoncer à son droit à se marier et à avoir des enfants. Le conseil considère que, puisque je n'ai jamais voulu ni époux ni enfants, je n'ai rien à sacrifier en échange du pouvoir d'une Dame.

— Tu ne m'en as rien dit à l'époque.

— Je doutais : nous étions deux candidats acceptables. Cette fois-ci le conseil a été explicite. Il ne s'agissait pas que de te remplacer mais aussi de punir notre Maison.

Nathanaël comprit qu'il n'y avait pas que la politesse qui exigeait qu'il parle à son nouveau maître de Maison, et que des excuses à Amandine s'imposaient en effet.

MirageWhere stories live. Discover now