13 - Baiser dans la paume

25 7 3

« Je fais les courses, veux-tu quelque chose de particulier ? »

Je suis en train de terminer d'ajouter les sous-titres de la vidéo de Lucy Skye et le texto de Christophe me déconcentre aussitôt. J'ai décidément la concentration d'un poisson rouge, en ce moment. Je réponds sans tarder, en plein milieu d'une phrase de Lucy :

« Je ne veux rien de particulier, ta présence me suffira ! »

Je remets mes écouteurs et reprends le travail sinon je ne terminerai jamais à temps pour prendre mon train. Et je veux prendre mon train. À ce stade, c'est même un euphémisme. Sous ma table, j'ai ma valise contenant des jupes gitanes, des débardeurs et des espadrilles, qui pulse comme un cœur impatient.

Quand le gong sonne — enfin, j'ai une alarme pour m'indiquer que c'est la fin de la journée, il n'y a pas de gong au Boudoir —, je me dépêche de tout sauvegarder et éteindre. Je suis souvent en retard, mais jamais pour filer.

— Simon, tu fais un choix ce week-end ? demande Maeve en s'approchant de moi, son sac en bandoulière.

— Quel choix ? m'étonné-je.

— Soit Christophe soit Marco ? Comme ça, je prends celui que tu ne veux pas ?

— Laisse tomber, intervient Ninon, encore assise à son poste. Elle ne va ni faire un choix ni t'en laisser les miettes. Et tu n'étais pas intéressée par Hugo, la dernière fois ?

Cela ne mérite aucune de réaction de ma part, alors je m'assure que tout est éteint, fermé, rangé — la bonne blague —, je récupère ma valise et mon sac à dos où se trouve mon matériel, et puis je salue tout le monde d'un large geste de la main.

Montpellier, j'arrive !


Je viens de m'installer dans le train lorsque Marco m'appelle. Il faut que je fasse quelque chose à ces sourires débiles qui s'affichent sur mes lèvres dès qu'il pense à moi.

— Je voulais te souhaiter un bon voyage, fait Marco.

— C'est gentil...

— Je suis gentil.

Je ris, je ne peux pas m'en empêcher.

— Tu ne me crois pas, donc, s'indigne-t-il faussement.

— Je ne te connais pas, rétorqué-je.

— Si tu ne partais pas ce week-end, tu aurais tout le loisir de mieux me connaître.

L'idée de pouvoir enfin dépasser la danse et les baisers fiévreux me traverse, ce qui provoque un tourbillon dans mon ventre.

— Mais on m'a invitée, alors..., remarqué-je.

— Qu'est-ce que je dois faire pour un week-end entier avec toi ?

— J'ai besoin de te connaître un peu plus.

— Et qu'est-ce que je dois faire pour ça ?

— Continue comme ça, tu risques d'avoir de bons résultats.


Pérols

Trois heures plus tard, je descends à Montpellier-Saint-Roch. J'ai tout juste le temps de lever la tête que je croise le regard pétillant de Christophe. Je souris aussitôt et accepte son étreinte avec chaleur.

— Que c'est bon de te revoir ! lâché-je.

Trois bises ne sont pas de trop pour me réapproprier le parfum de cet homme.

Zouk Love #wattys2019Where stories live. Discover now