I

3.3K 135 46

Isaiah Blake , @lukasrieger sur Instagram

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Isaiah Blake , @lukasrieger sur Instagram

☁️☁️☁️

Je hais le lundi. Il ne faut pas avoir fait polytechnique pour savoir que cette journée est le fruit du diable. Chaque lundi représente un énième supplice, et honnêtement je ne sais pas d'où me provient la force qui m'aide à me lever chaque lundi matin.

Comme tous les adolescents de Première ayant leur bac de Français en fin d'année, je n'ai d'autre choix que de travailler, à mon plus grand désarrois. Côme et Karin me forcent à travailler, de peur que je tombe en échec scolaire comme l'a fait Kendall.

Kendall (plus communément appelée la pétasse superficielle) est la fille biologique de Karin et Côme. Elle est en terminale, et est de loin la personne la plus détestable qui m'ait été amenée à connaitre. Avec ses airs de fausse blonde et de connasse, j'ai envie de l'égorger dès qu'elle croise mon chemin.

C'est donc la mort dans l'âme que je daigne me lever de mon lit deux places. Mon lit m'appelle, et Dieu sait combien je lutte pour ne pas m'élancer sur ce dernier, mais je me dirige vers ma penderie. Ma chambre est spacieuse, dans des tons bleu clair et gris. Les volets mi-clos laissent filer quelques rayons matinaux qui viennent se coucher sur mon bureau en désordre. Mon lit défait est dans le coin de la pièce, et a comme tête un amas de photos. Un tapis soyeux est posé au centre de la pièce, et une pile de livres est renversée par dessus.

Me rendant compte du bordel dans ma chambre, je pousse un soupire plaintif et ouvre la porte de mon dressing. Devant moi se dressent plusieurs étagères couvertes de divers vêtements: des chandails, des hoodies, des jeans, et d'autres encore. Après de longues minutes de réflexion, j'opte pour un sweat rouge et un jean noir.

Une fois changé, je passe devant le miroir accroché au mur face à mon lit, et me recoiffe rapidement. J'adresse à mon reflet un sourire charmeur et sors de ma chambre, en enjambant des vêtements éparpillés à chaque recoin.

Depuis le couloir, j'entends Kendall pester.

"C'est incroyable! Pourquoi je dois l'accompagner en voiture sérieux ?"

Je rentre dans la cuisine, non sans la bousculer légèrement. Côme, assis au comptoir avec un café à la main, regarde sa fille avec son éternel air sévère. Il lui répond sur son ton cinglant:

"Si c'est pour te plaindre, Kendall, je reprends les clés. Donc tu vas me faire le plaisir de prendre Isaiah dans ta voiture et de l'emmener au lycée, et aujourd'hui et les jours qui suivront!"

Kendall soupire, dramatiquement comme toujours, et sort de la pièce en criant à l'injustice.

Karin, qui debout devant sa cuisinière n'avait pas participé à la bataille, vient me prendre tendrement dans ses bras. Je la serre à mon tour contre moi, tout en humant son doux parfum. Elle sent la vanille et la lessive. Elle se sépare de moi tout en tenant mes avant-bras. Elle me sonde, puis me rappelle:

"Ce soir tu vas garder les enfants des Jordans, n'oublie pas. Sois là-bas pour dix-sept heures."

J'hoche la tête. Les Jordans sont des amis de Côme et Karin, et tout ce que je connais d'eux est qu'ils ont cinq enfants: il y a une petite fille de sept ans, Jody, deux jumeaux de quatorze ans que je garde le lundi soir depuis peu, Elyas et Eole, et ensuite une fille qui est aussi en Première, Eléanore, et un autre garçon dont le nom ne m'évoque rien.

Après avoir déjeuné avec Côme et Karin, je dépose mes couverts dans le lave-vaisselle et monte chercher mon sac. Kendall est en train d'hurler que si je ne me dépêche pas, elle n'hésitera pas à se casser sans moi. Je récupère mon sac en vitesse, et dévale les escaliers.

"À ce soir Karin!"

Elle me salue et je quitte la maison. Je rejoins Kendall dans sa voiture - qui au passage en jette - et me vautre littéralement sur le siège passager. Elle se plaint une fois encore:

"Arrête, tu vas l'abimer!"

Je la regarde avec mépris et l'imite:

"Mais euh Isaiah, tu vas abîmer ma voiture euh !"

Elle me toise méchamment et accélère.

Le voyage se passe, le seul bruit étant la musique qui s'émane de la radio. Une fois arrivé, je descends rapidement et rentre dans l'enceinte du bâtiment. Le fracas des collégiens et des lycéens retentit dans tout le hall, tantôt par les cris des filles, tantôt par les rires des mecs.

Alors que je me dirige vers mon casier, une espèce non-identifiée se jette sur moi. Hayley.

"Tu m'as trop manquée! Dis, il est où Nolan?"

Nolan, c'est son mec, et occasionnellement mon meilleur pote. Je lui réponds par un bref haussement d'épaules et passe mon bras sur les siens. Elle pianote sur son portable, donc je penche légèrement ma tête pour voir ce qu'elle écrit.

"T'es où bébé? Sérieusement?"

"Juge pas!" geint-elle.

Mon pote apparaît alors au bout du couloir et Hayley s'élance sur lui, me laissant seul au milieu du couloir. Elle est irrattrapable. Nolan embrasse chastement sa copine et vient me rejoindre.

"Salut Isa."

Je le check, et nous nous dirigeons vers notre salle de classe.

MAKE ME YOURSLisez cette histoire GRATUITEMENT !