Chapitre 20

113 9 3

Harry avait vu son père et son oncle transplaner devant chez eux. Il les avaient regardé par la fenêtre et avait vu que Sirius soutenait Regulus. Ce dernier ne semblait pas blessé, juste épuisé.

Harry entendit ensuite les deux frères rentrer et aller dans la chambre de Regulus. Harry aurait bien été voir son oncle tout de suite mais attendit quelques minutes que son père adoptif redescende.

Quand il entendit Sirius descendre les escaliers, il sortit de sa chambre et gagna celle de son oncle. Il toqua à la porte et entra quand son oncle lui dit.

– Ah, c'est toi Harry. Fit Regulus en voyant son neveu dans l'encadrement de la porte.

Regulus était torse-nu et Harry vit donc son bandage.

– C'est quoi ce bandage ?

– Tu peux fermer la porte s'il te plais.

Harry ferma la porte et attendit que son oncle s'explique, ce que Regulus fit sans attendre, voyant bien que Harry attendait de savoir ce qu'il s'était passé.

– Tout à l'heure, on est partit s'entraîner au duel avec Sirius. A un moment, j'ai... je l'ai désarmé d'une manière qu'il n'a pas aimé, alors il m'a frappé.

– Quoi ? S'étrangla Harry. Il va falloir qu'il se calme.

– Non, il a eut raison.

– Qu'est ce que tu as bien put faire pour qu'il réagisse comme ça ?

– J'ai... j'ai utilisé une technique que j'avais apprises chez les Mangemorts. Avoua Regulus en baissant la tête.

– Tu as fait... quoi ?

– Je n'en suis pas fier. Et crois-moi, Sirius me l'a bien fait comprendre. Ceci dit, si t'as envie de me faire la leçon ou même de me frapper, je dirai rien, je le mérite.

– Non, je vais pas faire ça, je pense que Sirius est plus efficace que moi pour ça. Mais du coup, t'as quoi ?

– Il m'a frappé dans ma cicatrice, qui s'est ré-ouverte sous le choc. Mais je te rassure, il n'avait pas visé. Il ne s'était pas rendu compte qu'il m'avait frappé ici.

Voyant que son oncle s'en voulait et que son père adoptif lui avait déjà bien fait la leçon, Harry n'insista pas.

– Et à part ça, ça s'est bien passé avant ?

– Oui, comme d'habitude. Je pense que je suis encore un peu trop roublard pour lui, il n'est pas habitué à se battre contre des vrais Serpentard. En dehors des affrontements avec les Mangemorts bien sûr.

– C'est vrai qu'il a un peu de mal à sortir de son caractère de Gryffondor. Il n'aime pas les coups bas.

– Sans parler de coups bas, je n'attends pas forcément qu'il se jette devant moi et me supplie de lui lancer un sort pour le faire, si tu vois ce que je veux dire.

– Je vois tout à fait ce que tu veux dire. Sourit Harry. C'est son côté lion impétueux.

– Et un peu stupide aussi. Rajouta Regulus en rigolant pour montrer qu'il ne le pensait pas.

– Je n'osais pas le dire. Répondit Harry sur le même ton.

Tous les deux rigolèrent pendant un moment.

– Et au fait, ton bras va mieux ? Demanda Regulus à son neveu.

– Oui, beaucoup mieux.

– Tu pourrais être plus précis ou c'est plus cher ? Le taquina Regulus.

– Ça sera plus cher je pense.

– Et c'est quoi ton prix ?

– Je vais réfléchir. Sourit Harry.

– Donc en attendant...

– Pour te donner une idée, au tout début, quand j'ai été blessé pour la première fois, la douleur était à 10. Et encore plus quand il y avait de la magie. Pour te dire, quand j'ai transplané pour revenir ici, je me suis évanoui de douleur, sur le coup.

– Le grand Harry Potter, celui qui résiste aux Doloris de Voldemort s'est évanoui de douleur ? Ça doit vraiment être du costaud ce sort.

En disant ça, Regulus avait une mine outrée exagérée, pour montrer à Harry qu'il plaisantait.

– Exactement. Le grand Harry Potter s'est fait avoir par une connasse encagoulée.

– Tient, celle qui t'as fait ça est une fille ? Releva Regulus.

– Oublie ce que j'ai dit. Répliqua Harry, ne voulant pas qu'il aille s'attaquer à Parkinson.

Regulus s'apprêta à répliquer mais se ravisa.

– Donc oui, ça faisait très mal. Et là, je suis à peu près à 4/10 je dirai. Quand il n'y a pas de magie autours, ça fait presque plus mal.

– Je vois, donc ça va mieux.

– Comme tu peux le voir, oui. Sourit Harry.

– Et juste comme ça, quand Kréatur refermait ma plaie, la douleur était à combien ?

– Pourquoi tu veux le savoir ? Demanda Harry en plongeant son regard dans celui de son oncle.

– Juste pour savoir.

– Mais oui bien sûr, comme ça tu pourras recommencer à dire que si j'ai encore mal maintenant, c'est de ta faute, ou alors tu me diras encore une fois que je n'aurais pas dut faire ça ? Essaie pas de me mentir Regulus Black.

– Harry, je....

– Je sais ce que tu vas me dire Reg' : tu es désolé pour moi et tu t'en veux de m'avoir fais mal à ce moment n'est ce pas ?

Regulus ne répondit pas mais hocha la tête, sans pour autant lâcher le regard de son neveu.

– Reg'... Souffla Harry. Ce n'est pas de ta faute. Ce n'est pas toi qui a choisit d'être blessé et ce n'est pas toi qui m'a forcé à resté pour te soigner. Je suis l'unique responsable de tout ça. Alors arrête de t'en vouloir pour ça.

– Non, c'est faux. J'aurais pas dut te laisser le faire. C'est à moi de faire attention à ce qu'il ne t'arrive rien, pas l'inverse.

– Alors là, si t'arrive à faire avaler ça à Harry, je te donne une médaille. Dit Remus, en passant devant la porte de la chambre de Regulus.

Harry alla ouvrir la porte et vit son parrain qui lui souriait de toutes ses dents.

– Qu'est ce que tu veux dire par là Rem' ?

– Mais rien du tout voyons. Répondit Remus, toujours en souriant. Ça va ta blessure Regulus ?

– Oh oui c'est bon, ne t'inquiète pas pour ça, dans une semaine y'aura plus rien.

Blessures EnchantéesLisez cette histoire GRATUITEMENT !