Chapitre 23 : « Sous les égouts, la plage »

4 0 0

Précédemment dans « Les Mizer Heroïks » :

Valjean s'est engouffré dans les égouts, emportant le capitaine Javert, blessé. Les voilà seuls, errant dans la pénombre méphitique de ces limbes qui courent sous les rues de Paris...


Le corps de l'agent spécial de la sûreté ne semble guère peser plus qu'un sac de pommes de terre pour un super costaud comme Cheval Jean. Le Miraculé ne semble nullement gêné par son lourd fardeau, il trotte tranquillement sur le trottoir des égouts.

Les égouts de Paris : une deuxième ville sous la ville, où un ruisseau fétide a remplacé la chaussée crottée. Difficile de se perdre dans ce labyrinthe quand on connaît Paris comme sa poche. De nombreuses lampes à gaz sont fixées sur les murs. Et les employés de la municipalité ont même vissé des doubles des plaques des rues associées en surface.

L'ancien bagnard sait qu'il n'a pas de temps à perdre, il doit joindre l'Hôtel Dieu au plus vite. Javert a perdu trop de sang, il est entre la vie et la mort. Cheval Jean ne se considère pas comme un saint, mais se sent investi d'une mission et d'un code d'honneur. Il a décidé de donner une seconde chance à son pire ennemi. Il doit tout faire désormais pour respecter sa promesse.

Le héros de Waterloo n'est toutefois pas au bout de ses peines. Les canaux d'évacuation charrient toute sorte de détritus, fruits pourris et diverses sources d'alimentation. Ce qui a pour effet d'attirer et de nourrir une faune étrange et infâme.

Par exemple, ce crocodile du Nil, qui a suivi le retour de l'expédition de Bonaparte d'Égypte. Souple comme un chat et malin comme un singe, le reptile est parvenu à se glisser entre les barreaux de la cage dans laquelle les militaires l'ont ramené. Plutôt que de finir dans la Seine, qu'il n'a pas trouvé à son goût : trop fraîche pour cet animal à sang froid ; ce prédateur d'apparence placide mais plus rusé que le goupil, s'est parfaitement acclimaté à la tiédeur moite des égouts. Comme dans son Afrique natale, l'animal n'a qu'à attendre que la proie, vivante ou morte, vienne à lui, portée par des eaux usées.

Alors que Valjean passe sous la place du Châtelet, il se retrouve nez à nez, ou plus exactement gueule à gueule avec l'écailleux venu du Nil. Voyant une magnifique repas tout frais lui tomber dans le bec, l'horrible crocodile ouvre grand son four rempli de crocs affuté comme des rasoirs. N'en déplaise au plus grand prédateur d'Égypte, il a trouvé son maître. Valjean, qui a séjourné au bagne de Biribi, en a vu d'autres : des scorpions, des vautours, des alligators, et même le choléra. Nullement gêné par le poids de Javert, Valjean bondit et retombe lourdement sur l'animal ! Le reptile en perd sa langue : elle se fait cisailler par ses dents lorsque 300 kilos s'abattent sur sa gueule qui s'aplatit d'un coup sec ! Le choc est tellement violent que le monstre d'Afrique manque se démonter la mâchoire. Une mâchoire pourtant capable de broyer une antilope au petit déjeuner. C'est dire la surprise et l'humiliation pour le crocodile.

Valjean n'en reste pas là, il s'accroupit et frappe de sa pleine force entre les deux yeux ! Pas tout à fait au milieu, mais au 2/3 gauche. C'est là que se trouve le point sensible du crocodile. C'est un bédouin qui l'a appris à Valjean lors de son séjour à Biribi. Et ça marche : la bête s'éteint, KO. C'est comme si les plombs avaient sauté à l'intérieur de la boîte crânienne du saurien, pourtant lourdement caparaçonné. Valjean ne prend pas la peine de se réjouir de sa victoire : il n'a pas de temps à perdre, il doit sauver Javert...

Pourtant, un peu plus loin, tandis que Valjean parvient sous le quai de la Corse, il doit de nouveau faire preuve de courage et de prouesse. Cette fois, ce n'est pas un monstre qui a traversé la méditerranée mais une créature qui vient des profondeurs océanes. De l'océan atlantique pour être exact. Encore petite et curieuse, elle a remonté le cours de la seine et a fini par échouer dans ce dédale saumâtre, entre vase et eau. Elle aussi a trouvé de quoi survivre. Elle a grandi, grossi. Incapable aujourd'hui de retourner dans l'océan.

Les Mizer HéroïksLisez cette histoire GRATUITEMENT !