La joie des salons

105 26 35


À la demande générale de Mayou82, je vais un peu vous parler des salons. En route pour une visite guidée de l'envers du décor des salons littéraires ou acceptant les auteurs indépendants... 

D'abord, il est important de savoir que les salons viennent rarement à nous (les auteurs). On doit mener une veille constante pour savoir où et quand ont lieu les salons littéraires. Il existe, certes, des sites régionaux, regroupant les principaux (par régions géographiques donc) et cela représente déjà un grand nombre d'événements. Mais il en existe encore une quantité qui n'est pas référencée. Parmi eux, certains sont très renommés et on en entend parler assez rapidement. Il en existe pourtant d'autres, plus confidentiels et non moins intéressants. À ce stade, avoir un petit réseau est utile pour ne pas rater trop de salons. Car un événement peut être intéressant à la fois d'un point de vue financier ou, justement, en terme de réseau. Il est parfois bon d'être présent sur un salon juste parce que des journalistes y seront et que cela nous donnera enfin une chance de les approcher.

Une fois une première sélection effectuée en fonction de la pertinence, il est temps de planifier et de faire un choix final. La plupart du temps, je choisi en fonction de la rentabilité attendue. Le but ultime reste quand même de gagner assez d'argent pour vivre, après tout. Donc, je choisis des salons pas trop loin de chez moi pour minimiser tous les frais annexes (nourriture, essence, péages, hôtel, ...). Si un salon s'annonce bien ou m'a été recommandé, comme le salon du livre du Mans, je prends parfois un risque supplémentaire.

Certains salons sont gratuits, d'autres sont payants, voire atrocement cher comme le Livre Paris. Pour ce dernier, malgré sa renommée, je fais l'impasse car il me sera trop difficile de le rentabiliser.

Parfois, je fais un pari un peu risqué en me pointant sur un salon dédié aux mangas ou à la culture Geek. En général, même si cela évolue beaucoup, il y a peu d'auteurs et la concurrence est donc moins grande. Pour autant, le public de ces salons n'est pas composé que de lecteurs de romans. Ce peut donc être une bonne comme une très mauvaise idée.

En bref, chacun fait un peu comme il veut pour choisir son salon, mais lorsqu'on est indépendant et que notre seul revenu vient des ventes, on choisit en fonction de la rentabilité principalement. Pour ma part, je n'ai pas constaté de pic de ventes (en librairie ou sur internet) après un salon. La vente directe est donc mon seul critère. Le calcul est particulièrement simple : un salon est rentable si les recettes couvrent les dépenses. Les recettes n'étant constituées que des ventes de livres. Les dépenses sont en revanche variées. Il y a les frais de déplacement (essence, péage ou parfois train), les frais d'hébergement lorsqu'ils sont nécessaires, les frais de bouche (que j'essaie de réduire en apportant avec moi des sandwichs par exemple) et enfin les frais d'inscription au salon. Parfois, on a de la chance, le salon est gratuit et l'organisation va jusqu'à nous offrir le repas du midi. Parfois, en particulier avec les gros salons privés comme Livre paris, un emplacement coûte plusieurs centaines d'euros et la restauration sur place est atrocement chère.

Concrètement, il est parfois possible d'être rentable sur un salon en vendant moins d'une dizaine de livres. D'autres fois, il faut au contraire en vendre une bonne centaine pour espérer un résultat positif. Bien sûr, il est impossible de prévoir à l'avance si l'on va vendre beaucoup ou peu. Il est donc nécessaire de faire des projections et des statistiques en fonction du public type et du nombre de visiteurs. Certains salons sont encore jeunes ou pas forcément très portés sur les statistiques et sont donc incapables de dire combien de visiteurs ils auront. À l'opposé, des salons comme Livre Paris ou Paris manga vous envoient des plaquettes complètes avec le nombre précis de visiteurs sur les trois ou quatre dernières années ainsi que les profils de visiteurs. Cela peut même aller jusqu'à une estimation du panier moyen des visiteurs ! Au moins, vous savez pourquoi vous investissez (car les stands sont vraiment chers...).

Je suis auteur indépendantRead this story for FREE!