XXII - THE PAST IS THE PAST

66 9 4

Chapitre mis à jour____

Jamie observait Ranald qui jouait avec la mèche de cheveux de Maureen. Il comptait lui annoncer ce qu'il avait appris quelques heures plus tôt, mais renonça pour partir s'isoler ailleurs. Il s'installa dans une petite pièce adjacente à la chambre principale. Il sortit son dirk et entreprit de l'aiguiser. Anne choisit ce moment pour entrer, elle vint s'asseoir devant lui et commença à le regarder faire. Mal à l'aise, il lui grommela entre ses lèvres sans relever le menton :

― Ranald se trouve à côté.

Ne percevant aucun mouvement de la jeune femme, il finit par redresser la tête pour la fixer. Il revit l'adolescente qui avait brisé le cœur de son meilleur ami 18 ans plus tôt.

― Il n'a jamais pu faire son deuil de votre histoire, le savez-vous ?

Anne déglutit avec difficulté en opinant du chef pour marquer son assentiment, les yeux brillants de larmes contenues. Jaimie eu mal de reconnaître sa sincérité manifeste.

― Il a eu une vie après vous, il vous l'a dit ?

L'absence de réaction lui suggéra que Ranald s'était abstenu d'évoquer son épouse. L'Écossais en éprouva de l'amertume. Maureen n'avait même pas obtenu vengeance et voilà qu'elle semblait déjà cantonnée au passé. Ranald entendait-il construire son avenir avec cette chose brisée qui se tenait muette devant lui ? Cet amour idéalisé et perdu...

Il n'avait aucun droit de prononcer les paroles qui lui brulaient la langue. Mais il voulait être honnête :

― Elle s'appelait Maureen. Ils ont eu un fils. Angus, mentit-il. Ils sont morts, assassinés par un scélérat. C'est leur décès qui l'a poussé à revenir ici. Sans cela, il ne se serait jamais retourné sur vous.

Anne s'était raidie sur sa chaise, griffée par les mots peu amènes de James Skene. Elle saisissait parfaitement ce qu'il cherchait à lui faire entendre. Elle ne devait placer aucun espoir en Ranald.

Il ferait son devoir, il la sauverait, elle et ses enfants, mais elle ne devrait rien attendre de plus.
Elle savait que c'était là le plus raisonnable. Mais c'était également le plus cruel. Elle brulait toujours pour ce passé qui leur avait été arraché. Ranald l'appelait encore. Malgré tout ce qu'elle avait vécu, elle n'était pas morte pour autant. Le regard gris si tragique du highlander continuait de la faire vibrer. Une sensation qu'elle avait crue à jamais éteinte.

Mais la raison prévalait obstinément sur les désirs. C'est du moins ce que la vie lui avait appris.

― Il ne pourra jamais vous offrir l'existence à laquelle vous aspirez Anne, poursuivit Jaimie. Il deviendrait un hors-la-loi si jamais il vous emmenait loin de votre mari. Ne le laissez pas se perdre pour vous encore une fois. Si vous l'aimez, vous saurez trouver le moyen de le rendre raisonnable.

Anne serra les lèvres, si fort que la douleur dans ses entrailles lui sembla se déplacer. Elle se releva pour quitter la pièce, incapable de supporter davantage de conseils aussi avisés.

― Anne.

Elle s'arrêta au chambranle en entendant Jaimie la rappeler. Elle ne se retourna pas pour autant :
― Si vous l'aimez, vous le ferez pour lui.

Ranald la vit passer comme une furie devant sa chambre. La porte de la maisonnée claqua brutalement et il comprit qu'elle était partie au-dehors. Pris d'une soudaine angoisse, il laissa tomber la tresse brune sur le sol et se précipita dans le couloir. Il fut stoppé par Jaimie qui l'agrippa par le coude en secouant la tête :

Leave her.*

― Que se passe-t-il ?

― Rien. Elle a simplement besoin d'être seule.

La lignée des reines  - (Terminée)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !