5

2.1K 98 0

Une fois dans le centre commercial, nous faisions tranquillement les magasins de tout autre style que nous avions l'habitude de faire quand en sortant de l'un d'eux, Sirine ne mit à trembler fixant une bande de gars dans un restaurant ouvert, qui eux, étaient occupés à parler et à rigoler entre eux. Je les reconnus, c'était ces mêmes chiens qui avaient volé l'innocence de ma soeur de coeur. Je la serra fort dans mes bras, la tournant dos à eux et me retrouvant ainsi face a leur table. Elle ne pleurait pas, elle ne parlait pas, elle tremblait, son traumatisme ressortait une fois de plus.

Moi :_ T'inquiètes pas, on est bien entourées ils peuvent même pas te toucher ici. Calme toi ma chérie, calme toi... Je t'aime. 

Mes yeux remplis de haine braqués sur eux, j'essayais de la calmer mais rien n'y faisait. L'un d'entre eux nous pointait du doigt comme pour prévenir les autres de notre présence. Ils s'approchèrent de notre direction avec des rires sadiques aux lèvres pour enfin s'arrêter à notre niveau. Je me détacha de ma copine. 

Bachir :_ Wesh les filles. Ca va ou quoi ? *Parlant à Sirine* Avoues tu m'as kiffer toi hein ?

Gars 2 *me montrant du menton* :_ Toi t'as d'la chance Iliès il est pas la, il t'aurait baisé sur place.

Gars 3 :_ Alors c'est elle la pute de samedi ? Elle est bonne hein. Bachir il m'a montrer des photos de vous, hmh... t'as fais un bon boulot hein

Je ne répondis à aucune de leur provocation car même si je rassurais Sirine disant que nous étions entourée, j'avais peur. Mais la, ca en était trop. Des photos ? Putain... Ils étaient allés trop loin. Et si ils avaient l'intention de les diffuser ? Vu que nous les avions vu deux fois en peu de temps dans notre ville signifiait qu'ils habitaient forcément ici, et ces photos pourrait vite ruiné l'image qu'elle avait.

Moi :_ C'est PAS une pute ! Respecte la comme il se doit parce qu'à l'heure actuelle elle est plus propre que toi, et ca j'en suis sur. En plus c'est TON POTE le fautif dans l'histoire

Gars 3 :_ Ta race, fais pas la ouf avec moi. Moi j'suis un gars

Moi :_ ET ALORS ?? Le res..

Gars 1 *me coupant* :_ TA POTE C'EST UNE PUTE, c'est moi qui l'a baisé, QUESQUIYA ??

Moi :_ TU L'A FORCER ! C'EST TOI...

Gars 1 *me coupant à nouveau* :_ Une pute, ca reste une pute. On referme pas une canette, met toi ca dans le crane. 

Dit-il d'un air calme, avant d'embrasser Sirine dans le cou, la faisant effondrer sur le sol, lachant tout les sachets. Et ils partirent plutôt content d'eux. Je me mis à son niveau essayant de la calmer à nouveau mais elle pleurait de toute ses larmes. Elle suffoquait et tremblait, ce qui me fit paniquer aussi. Jamais elle n'avait été aussi mal, jamais elle n'avait été dans un tel etat.

Je composa le numéro de Tony pour lui supplier de nous raccompagner en espérant qu'il comprendrait mais celui-ci ne répondait pas. Il avait surement raccrocher voyant mon prénom s'afficher dans son téléphone. Je composa ensuite celui d'Achraf, en espérant qu'il ne raccroche pas lui aussi, puis si il répondait je savais que ce serait pour défouler sa haine une fois de plus mais tant pis je devais essayer, je ne pouvais pas laisser Sirine ici, dans cet état.

Achraf :_ Ouais ?

Il ne m'avait apparemment pas reconnu car il paraissait calme et sa voix distraite.

Moi *d'une voix tremblante* :_ Achraf ?

Achraf :_ Alisha ? Qu'esstu veux sale pute ?

Moi :_ Achraf, écoutes je te demande pardon mais... mais... s'il te plait... 

Mes mots laissèrent petit à petit place à des pleurs. Et Achraf compris que quelque chose de grave se passait.

Achraf :_ Wesh tu pleures ? Qu'est s'qui y a ? T'es ou ?? Putain j'tai jamais vu pleurer... REPOND MOI TA RACE T'ES OU ???

Il enchaînait les questions sans me laisser répondre.

Moi :_ Centre commercial, devant le Jennyfer. Tu peux venir steuplait ?

Achraf :_ J'arrive.

A genoux, j'essayais encore et encore à calmer Sirine mais en vain. Elle était assise en plein milieu du centre commercial et des torrents coulaient de ses yeux. Attirant le regard d'un grand nombre de passager.

Le temps d'attente paraissait long mais Achraf se fit enfin apercevoir.

Achraf *s'accroupissant lui aussi à notre niveau* :_ Wesh vous faites quoi par terre ? Pourquoi vous pleurez ? Il s'est passer quoi ?

Moi :_ Raccompagne nous chez Sirine steuplait.

Achraf *me prenant le bras* :_ TA QUOI A LA MAIN ?? Putaaaaaiiin... T'as mal ? Tu t'es fais quoi ? PARLE TA RACE PARLE !

Moi :_ Raccompagne nous d'abord s'il te plait, j'vais te raconter.

Cela me laissait le temps de réfléchir a ce que j'allais lui raconter, je n'avais en aucun cas l'intention de lui dire la vérité car il rejetterais toute la faute sur moi, me disant des mots blessants. Certes, j'étais la fautive. Mais je n'avais pas besoin qu'on me le répète, je me sentais dejà assez mal pour qu'il en rajoute. 

Nous relevâmes Sirine chacun d'un coté, et Achraf comme conclu nous raccompagna chez elle. Je pris la clé de sa sacoche pour ouvrir la porte, heureusement que ses parents étaient rarement présents en journée. 

Moi :_ Achraf attend moi dans le salon, y a personne à cette heure t'inquiètes.

J'allongea Sirine dans son lit, en la couvrant et fatiguée d'avoir pleurer elle s’endormit directe. Puis alla rejoindre Achraf qui m'interrogea aussitôt en haussant la tête. Je n'avais pas encore eu le temps d'inventer une scène mais me lanca quand même :

Moi :_ Achraf, je.. je suis désolée pour l'autre jour. Je veux pas te perdre

Achraf *énervé * :_ Ok, bon maintenant répond à ma question.

Moi :_ Doucement Sirine elle dort...

Achraf :_ DEPECHE TA RAAACE !

S'énerverait-il encore plus si je lui disais la vérité ? Ou fallait-il plutôt trouver autre chose ? 
A vrai dire, j'en avais marre de mentir, toute ma vie n'était qu'un véritable mensonge... De plus j'avais besoin de me vider. Je décida donc finalement de lui dire ce qu'il s'était passer réellement. 

Moi :_ L'autre jour, fin un soir plutôt, après une dispute de mes parents, je suis sortie me changer les idée avec Sirine. Mais sur une rue isolée on a croiser des gars avec qui ont s'est embrouillées, ils se sont énervés et nous ont embarqué dans la voiture. Ils ont commencer à... *baissant les yeux qui se remplissaient* ... à nous toucher ... Moi y a un pote qui m'a sauver mais il a pas pu sauver Sirine... Ils l'ont... *mes larmes se faisant de plus en plus nombreux jusqu'à se transformer en pleurs* Ne crie pas s'il te plait Achraf ! Je te jure que je regrette celle que j'étais. Je regrette tout le mal que j'ai fais aux autres. Je regrette de la sorte que j'ai agis avec toi. Pardon Achraf, je te promet que je changerais.

Voyant qu'il ne répondait pas, je releva pas tête et le vit me dévisager avec de gros yeux. Il devait être choqué de voir dans cet état, énervé que je sois sortie malgré le nombre fois dont il m'avait prévenu et dégoûté de ce qu'il s'était passer. Plus jamais il ne me verrait comme avant, mais tant pis il fallait qu'il sache ce qui en était. Je n'en pouvais plus de donner de moi une image qui n'était pas la mienne.

Moi :_ Répond moi s'il te plait, Achraf.

Achraf :_ Ta mère, Alisha.

Voila. Je le savais qu'il agirait de la sorte. Mais au fond de moi j'avais un espoir, un espoir qui venait de s’effondrer tout comme je venais de m’effondrer sur la chaise derrière moi. 
Je le sentis tirer mes cheveux pour relever ma tête et me mettre une grosse claque qui me laissa une brûlure à la joue pour quelques minutes. Je fermais les yeux et subissait tout en pleurant. J'étais coupable de l'état de Sirine, il fallait que j'en paye les conséquences. Je l'entendais taper dans le mur et articuler des choses du genre :

_ : Jt'avais dis quoi ? HEIN ? Tu sors pas le soir ! Je t'avais prévenue Alisha. SALE PUTE ! Imagine t'aurais été a la place de Sirine ? 

Je marmonnais encore et encore des « pardon Achraf », « tout est de ma faute » en m'apitoyant sur mon sort. Au bout d'un moment il avait visiblement l'air de s'être calmé.

Achraf :_ Et ta main ?

Moi :_ Le gars il voulait planter celui qui m'avait sauver, j'ai essayer de l’empêcher et c'est moi qui a prit le couteau

Il s’accroupit, posa ses mains sur mes genoux et regarda longuement ma main droite avant de parler : 

Achraf :_ Putain... Mais en vrai ta main elle va guérir mais imagine Sirine... Imagine si t'avais été a sa place... 

Moi :_ J'te jure Achraf, je sors plus jamais le soir, les sales délires c'est fini, j'te l'jure ! L'autre jour j'en pouvais plus mes parents, mais tant pis, je... c'est la vie.

Tandis que mes yeux, ne pouvant pas lui faire face, étaient fixés sur mes mains, je sentis ses lèvres se posés sur les miennes. Il enlaça ses bras autour de ma taille et murmura ses quelques paroles qui réussirent à me donner le sourire malgré mes larmes qui blindaient mes joues :

_ T'es à moi, ok ?! T'as bientôt la majorité... Et... Bref t'as compris t'es à moi. Je veux qu'on s'marie le plus vite possible, j'peux pas te laisser comme ca, j'veux que tu sois H24 à coté de moi 

Il était maladroit, certes. C'était pas la demande de mariage dont une fille pouvait rêver, mais c'était un rayon de soleil que je venais d’apercevoir dans cette période sombre de ma vie. 

Achraf, 19ans tout comme Sofiane, mais contrairement à lui, Achraf avait un travail stable, et aujourd'hui par chance était son jour de congé. Il économisait depuis bientôt 1an pour un appartement contrairement à Sofiane qui squattait encore son domicile familiale... De toute façon c'est Achraf qui m'a demander en mariage, pas Sofiane ! Je ne sais même pas pourquoi je pense encore à lui. Achraf attendait une réaction de ma part, je m’empressai donc de lui dire « je t'aime » pour une des rares fois. J'utilisais cet expression plutôt couramment avec les autres garçons mais avec lui c'était tout une autre histoire. 
Entre temps il s'était assis sur une chaise ce qui fait que nous nous trouvions face à face, mes jambes encadrées des siennes et mes mains entourées des siennes. 

Achraf :_ T'es sah la ? J'te fais gueh un speech et tu m'sors un ptit « je t'aime » ?

Moi :_ Mais je le pense réellement, je t'aime trooooooop ! Oui je veux me lever tout les matins à tes côtés, je veux passer tout mon temps libre avec toi, je veux que tu sois toujours la pour moi, pour m'êmpecher de faire des pas de travers, pour me rattraper... Je sais pas faire la cuisine mais c'est pas grave je te promet ton café tout les matins et j'apprendrais à faire du couscous et du biryani tout comme tu les aime. Je t'aime Achraf.

Alisha dire ça à un garçon ? Jamais je ne l'aurais penser. Mais ce qu'il s'était passer l'autre soir, m'avait bien changer. 

Le sourire aux lèvre et les yeux brillants, je décernais à quel point Achraf était heureux. Quand à moi, le sourire était aussi présent, avec des papillons dans le ventre et des rebondissement au cœur. Achraf je l'aimais bien plus que je ne le pensais et je venais de m'en rendre compte a travers mes mots, qui pour une fois étaient irréfléchis et venaient tout droit du fond de mon cœur. 

Achraf :_ Tu sais faire du café moins ? *Rire*

Moi :_ Bah oui tu fais chauffer de l'eau et tu met le café dedans

Achraf :_ Et le lait ? J'bois du café au lait...

Moi :_ Bah le lait il est déjà dans le café ! 

Achraf * en me tapant sur la tête * :_ T'es une hegouna en vrai ou tu l'fais exprès ?

Moi :_ Mais ca s'fait pas, déjà que tu m'a mis un vent la...

Achraf *Rire* :_ Tu peux plus d'te passée de moi avoue ? * reprenant un air plus sérieux * T'inquiètes dès que j'ai mon appart', on fixe tout ça... *m'embrassant la main gauche* En plus dans une semaine t'as 18ans, on va faire ça a la bien.

Avec tout ces soucis en tête, j'avais oublier une date importante qu'il venait de me rappeler, en effet dans pile deux semaines j'aurais la majorité. J'étais loin de me douter que le jour dont j'estimais le plus heureux allait transformer ma vie en un enfer... 

Chronique d'Alisha : un compte tragique.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !