3

2.7K 104 4

La musique dans mes oreilles me berce et m'envoie loin dans ma bulle. Je suis tellement loin que j'ai l'impression de rêver je me pince mais c'est la réalité, la vraie vie, Sofiane se tient debout sur le trottoir d'en face attendant que les voitures s'arrêtent pour traverser ...

Je suis déstabilisée, je me rappelle, ses paroles violentes et surtout les larmes qu'il a réussi à me faire verser, je le suis du regard alors qu'il ne daigne même pas lever ses yeux vers moi, il passe à côté et crache par terre. Cette action repasse encore et toujours dans ma tête, les minutes passent et mon bus arrive. Je monte alors dedans et patiente le temps du trajet. Sofiane... Il a un charme qui fait de lui un homme magnifique, c'est le genre de gars, qui, avec un seul regard, te fait peur. Assez mystérieux, on a du mal à le cerner. Mais il y a quelque chose chez lui qui donne envie de le connaître et de l'apprécier à sa juste valeur. 

Je suis enfin arrivée, je descend du bus et marche ; je passe devant mon collège et des souvenirs reviennent à la surface, à cette époque tout ce qui m'intéressait c'était simplement de rejoindre mes copines et de rigoler avec, j'avais évidemment des coups de cœur pour des garçons et des larmes de petite fille coulaient mais celles-ci n'étaient que superficielles, superficielle comme je le suis aujourd'hui. Malheureusement après ces années passées au collège je suis allée dans un lycée étant placée à l'opposé de mon quartier, j'ai perdu chaque connaissances et amis mais grâce à ca j'ai rencontrée des gens formidables, formant aujourd'hui mon équipe. 

En y repensant je regarde l'heure et me rend compte qu'il est 16h30, j'appelle Sirine pour lui informer mon retard et elle me dit qu'ils m'attendent vers l'immeuble de Kassie. Kassie c'est une fille avec qui je ne m'entend pas vraiment, nous ne sommes pas dans les même délires mais quand je lui parle ça ce passe plutôt bien malgré nos perpétuelles conflits. Je m'y dirige alors et arrive devant eux : mon sourire apparaît directement, les gars me sautent dessus car ça faisait quelques jours que je ne les avaient pas vus. Nous parlons, rigolons et décidons d'aller faire un tour à la patinoire. Je n'ai pas pris mon argent, c'est Jayson un chinois qui va me la payer. Cet homme est adorable, toujours la pour les autres et très gentil, il a tout le temps le sourire et je m'entend assez bien avec lui, c'est le genre d'être humain apaisé et dès qu'une personne s'énerve il est là pour l'a calmer.

L'après-midi passe tranquillement et grâce à eux je m'évade dans ce monde pleins de joie, ma superficie recommence et je me met à jouer la star, à faire la princesse devant des garçons plutôt très mignons. Avec Cyndie, une espagnole de la bande, nous allons à la recherche de mâles, je me fou de ce qu'il se passe autour de moi je veux juste oublier le fait qu'Achraf ne sera plus là pour moi.. et que le visage de Sofiane disparaisse de mes pensées ! Cette après-midi là j'ai fais pleins de connaissances et ajouté beaucoup de numéros à mon répertoire, je ne retiens pas souvent les prénoms alors je les enregistre selon l'endroit ou je les ai vu. 

Vers les 21 heures nous nous dirigeons vers un Kebab à emporter et mangeons dehors, je rentre ensuite. Vers les trois heures du matin Karim m'appelle, il s'excuse de me joindre aussi tard mais de toute façon je ne dors pas. Il commence alors à me parler de notre « rencontre » .

Karim :_ T'sais en vrai, quand j'tai vu j'voulais te gérer t'as vu, mais en faite la vie d'ma reum Sirine m'a fait craquer.

Moi :_ Comment sa " gérer " ? 

Karim :_ Bah tahu t'es bo.. Belle et j'voulais voilà quoi ! 

Moi :_ Quoi ?

Karim :_ Bon azi j'aime pas zehma tourner autour du pot j'voulais faire des bails avec toi ! 

Moi :_ QUOI ? MAIS T'ES SERIEUX LA ?

Karim :_ EEEEEEEEEEEEEEEEEET BAISSE D'UN TON DÉJÀ ! Ouais j'te prenais pour une keh en même temps téma comment t'es aussi !

Chronique d'Alisha : un compte tragique.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !