1

4.9K 161 2

Je viens d'me réveiller, il doit être 14h, je regarde mon portable et lis mes messages, un de Sirine : Mi amor on va au centre commercial toi et moi cette après-midi ! 

Sirine c'est ma meilleure amie, elle est algérienne - française mais n'est pas encore prête à devenir musulmane. Brune à frange, yeux marrons foncés avec de jolies formes, elle séduit beaucoup de mâles. J'ai connu tellement de monde grâce à cette fille, elle m'a tout enseigné, la mode reflétant mon image ou encore les hommes à séduire étant à la hauteur de ma personne, la façon de marcher afin d'attirer chaque regards ou encore cette manière de s'exprimer pour avoir un maximum de contacts. Nous nous attribuons chaque sortes de surnoms en guise de « Je t'aime ». Elle est ma sœur, mon cœur, mon bonheur. Sans elle je ne suis plus cette reine que tout le monde apprécie. J'avoue que quelques fois je joue ma princesse mais il faut se l'avouer, j'ai tout pour en devenir une. Peut-être suis-je un peu trop prétentieuse mais c'est cela qui fait notre force dans ce monde n'est-ce pas ? 

Sans m'en rendre compte avec toutes ces idées en tête j'étais partie direction la salle de bain afin de me faire un brushing, lisseur en main et laisse la trousse de maquillage sortie, je laisse à ses beaux bijoux techniques faire leur travail. J'avais choisi une belle jupe longue et beige ainsi qu'un tee-shirt légèrement décolleté marron avec des petits talons et mes collants transparents. 

Sirine et moi avions l'habitude de nous retrouver chaque mercredi pour une sortie shopping et ensuite mcdo ; mon blackberry en main je compose son numéro : elle me dit que Tony, d'origine espagnol, un garçon malheureusement naïf nous accompagnera en voiture jusqu'en ville. Vraiment trop collant mais pourtant très gentil, il n'est pas assez beau pour nous convenir mais je l'avais rencontré lorsque j'attendais mon bus puis me trouvant mignonne et sympathique, il voulut me raccompagner chez moi, bien sûr j'ai accepté, il ne me faisait pas du tout peur puis les bus sont trop sales pour que je monte dedans, je ne les prend que par obligation. Depuis ce jour il ne me laissait plus, trop amoureux de moi. Il me fait de la peine quand chaque soir il m'appelle, mais je ne répond aucunes paroles vexantes, lui fait croire que moi aussi j'ai des sentiments mais ne suis pas prête pour m'engager. 

Je voudrais lui dire que je joue la comédie, c'est vrai je suis prétentieuse pourtant j'ai tout de même un cœur, mais Sirine m'a conseillé de ne pas lui en parler car il pourrait nous aider de nombreuses fois. 
Nous montons enfin dans sa voiture, Tony nous parle quelques minutes le temps du trajet et me demande d'accepter que samedi nous nous voyons. Je lui promis de lui répondre plus tard et claque la porte direction les magasins !

Arrivées au centre commercial, notre rituel commence : jouer les stars pour à tout pris se faire remarquer, claquement de talons, rires aux éclats et démarche de mannequin. A chaque fois nous faisons ça, à chaque fois nous recevons des demandes de numéros. Après avoir accepter ou recaler quelques mâles, nous voilà devant un groupe de 3 garçons, deux reubeu et un renoi nous invitant au bar à chicha.

Un reubeu : _ Wesh les miss, sisi vous êtes fresh ! Ca fait quoi la ?
Le renoi : _ Wesh les filles moi c'est Abdoul et l'autre la qui parle ap c'est Sofiane !
Sirine : _ Ok, bah moi c'est Sirine et ma copine Alisha, on fait les magasins et vous ?
Karim : _ On allait a la chicha la ! Venez avec nous wesh ! 
Moi : _ J'sais pas. On était bien en ville, puis ton copain la... il a pas vraiment l'air de vouloir !

Première règle : faire désirer les gars, ça leur donne encore plus envie de vous avoir à leurs côtés, et ensuite Sofiane faisait une tête bizarre comme s'il ne souhaitait pas qu'on vienne !

Abdoul : _ Wesh cousin t'as quoi la ? Azi les miss on s'en fou d'lui venez c'est bon ça va être tranquille !
Sofiane : _ T'es sérieux la ?.. Mais casse toi mon frère. Sale daleux

Et il commença à avancer, l'air énervé, en regardant son portable, surement entrain d'envoyer des SMS .. 

Après quelques secondes nous avions acceptés de partir à la chicha, ils rigolaient avec nous à part Sofiane qui était silencieux. Pendant que nous marchions j'observais les gars. Karim était grand, yeux marrons clairs, vêtements de marques : jean G-star et sweat armani, beau garçon attirant le regard des demoiselles, il le savait et en jouait. Abdoul lui il était plus grand que Karim, il avait un certain charme avec un sourire vraiment très beau. Quant à Sofiane c'était le contraire : il avait les yeux marrons très très foncés virant au noir, un regard assez mystérieux et s'habillait en survêtement, mais sa façon d'être m'intriguait fortement. D'un coup j'ai eu l'envie de lui parler.

Moi : _ Sofiane ça va ou quoi ? Tu parles pas !
Sofiane _ Ta gueule.
Moi : _ Non mais je t'ai rien dis de mal, je te trouvais juste abs..
Sofiane : _ FERME LA. Y'a rien à gratter ici !

Je suis restée choquer de sa réaction. Jamais un homme ne m'avait parler comme il l'a fait, il à dit ces quelques paroles assez fort du coup les autres on entendu et sont intervenus.

Sirine : _ Il t'arrive quoi a parler a ma copine comme ça ? Tu cherches quoi au juste ? C'est parce qu'elle ta recalé hein ? Mais c'est parce que t'es pas assez bien pour elle ! Respecte la comme il ce doit ! 
Sofiane : _ Hé Karim dis lui d'fermer sa gueule si elle veut pas que j'la rentre dans un mur ! 
Sirine : _ Tu parles à qui la ? Vas-y dis le moi je suis juste devant toi !
Abdoul : _ Tais toi Sirine ! Laisse la khey mais azi parle pas comme ça aussi ça s'fait ap !
Sirine : _ Non mais..
Moi : _ Sirine s'il te plaît arrête et viens que je t'explique !

Les garçons étaient devant et se parlaient pendant que moi j'expliquais ce qu'il venait de se passer à Sirine. Elle aussi était assez surprise et ne comprenait pas la réaction de celui-ci. Nous avons fait le chemin jusqu'à la chicha séparés, mais étions rentrés ensemble. Nous nous sommes assis, Karim et Sirine à côté de moi, et Sofiane ainsi qu'Abdoul en face. La chicha à la menthe arriva, et quelques garçons arrivèrent également nous aborder.

? : _ WESH LES BELLES GOSSES ! SISI KHEY. Dit-il, en lançant un clin d'oeil à Karim et nous indiquant du menton.
Karim : _ T'inquiètes cousin c'est les affaires ici ! Vas-y vient tranquille !
? : Azi j'arrive j'préviens Moha et les autres !

Ces potes sont arrivés, personnellement je ne les ai pas vraiment regardés même si un gars m'a parlé mon intention était braquer sur Sofiane. J'étais plutôt plongée dans mes pensées et Sirine à prit ma place. Je me remémorais la scène qui s'était passée sur la route avec Sofiane, lui aussi ne déclarait pas une seule parole. La chicha passait mais je ne prenais pas le tuyau, je me sentais mal intérieurement de m'être fait jetée comme ça, réfléchissant encore et toujours à la faute que j'ai du faire qui aurait pu causer la réaction de Monsieur, je m'enferma dans mon monde, les gens parlaient mais je n'écoutais aucune conversation. Il fut l'heure de partir, Sirine avait donné son numéro à Karim, Abdoul et un autre garçon qu'elle avait trouvé mignon en cette soirée. 

Elle appela ensuite Tony pour qu'il vienne nous chercher et nous emmener manger au Mcdo, il devait être 22h. Tony arriva et vue directement que quelque chose n'allait pas mais Sirine le coupa en lui disant de ne pas me parler car ce n'était pas le moment. Nous arrivâmes au Mac Drive et ils commandèrent des menus chacun. 

Tony : _ Alisha t'es sur tu veux pas manger ? Qu'est ce qu'y a ? Ca me rend ouf de te voir comme ça ! On t'as fais du mal ?
Moi : _ Tony calme toi .. C'est juste que je n'ai pas faim.. ça arrive.
Sirine : _ Aller Tony on y va, mes parents m'ont dis de ne pas rentrer trop tard ce soir.

Nous repartîmes en direction de nos quartiers. Tony déposa Sirine en premier et en profita pour me parler vue que nous étions désormais seuls.

Tony : _ S'il te plaît Alisha dis moi quelque chose ça me rend mal de te voir comme ça ! D'habitude tu rigoles toujours !
Moi : _ Je me couche tard ce qui me rend fatiguée, je n'ai plus trop de force pour rigoler ! 
Tony : _ Si tu sortais moins aussi ..
Moi : _ Oh Tony ne commence pas s'il te plaît ! Je ne suis pas bien pour que tu en rajoutes une couche ! 
Tony : _ Hé commence pas à t'énerver Alisha ! Moi je suis gentil je te parle tranquillement et toi tu t'énerves !
Moi : _ Vas-y c'est bon laisse moi on est arrivés
Tony : _ Je t'appelle demain, répond et n'oublie pas pour samedi !

Je ferma la porte en hochant la tête et me dirigea vers mon immeuble. A peine étais-je arrivée que mes parents commencèrent à m'hurler dessus !

Mon père : _ HE ALISHA VIENT ICI AVANT D'ALLER DANS TA CHAMBRE ! JE T'ES DIS QUOI MOI HEIN ? JE T'ES DIS D'ARRETER DE RENTRER TARD ! TU CROIS QUE TOUT EST PERMIS ICI OU QUOI ? CA Y'EST T'ES PRESQUE MAJEUR TU TE SENS PLUS ! FAIS GAFFE TU CONNAIS LA CEINTURE ! TU COMPRENDS QUOI DANS CE QU'ON TE DIS AVEC TA MERE HEIN ?

Ma mère : _ OOOOOOOOOOOH ASSIM TU TE CALMES LA ON A DEJA DIT D'ARRETER AVEC LA CEINTURE ! MELYSSA REGARDE CE QUE TU ME FAIS VIVRE JE TE DEMANDE JUSTE DE TE CALMER, REGARDES A L'HEURES QUE TU RENTRES ! 23H PASSÉ ! ET T'AS VU TES NOTES ? TU VEUX DEVENIR QUOI PLUS TARD HEIN ? TU FAIS RIEN A LA MAISON ALORS QUE MOI JE ME CASSE LE DOS POUR PAYER TOUTES LES FACTURES ! DEPUIS QUE TON PERE EST PARTI MOI J'Y ARRIVE PLUS !

Mon père : _ MAIS J'SUIS OU LA ? J'SUIS LA POUR L'INSTANT !! HEIN J'SUIS LA CASSANDRA ALORS TAIS TOI ARRETE DE TE PLAINDRE ET VA M'ACHETER DES PACKS DE BIERES !

Ma mère : _ VOUS ME RENDEZ FOOOOOOOOLLEEEEEEEEEE ! J'EN AI MARRE MARRE MARRE ! (…)

Et une nouvelle dispute éclata encore à cause de moi. Mon père Assim était en effet parti de notre appartement. Quand j'étais petite il me frappait à coup de ceinture pour un rien, il avait eu une mauvaise enfance et des souvenirs avait resurgit alors pour noyer sa colère il me frappait. Ma mère voulait le stopper et un jour l'a mis à la porte pour qu'il comprenne. Sauf que ça le rendit encore plus mal et pour arrêter les coups et blessures qu'il provoquait il se mit à boire. Un jour il partit réellement de la maison car il ne me supportait plus moi et ma mère. Ou alors quand il revenait c'est qu'il n'avait plus assez d'argent pour se payer des verres et demandait de l'aide à ma mère. Ma mère elle ( Cassandra ) n'avait pas fais une dépression non, au contraire elle sortit plus forte et essaya tant bien que mal de m'élever comme elle le pouvait. Chaque jour elle allait au travail le regard triste, et revenait avec une tête assez soulagée de cette journée terminée au supermarché, elle était caissière. 
J'entendais leurs cris au loin et m'enferma dans ma chambre. Je repensais à cette journée, entre Tony qui me faisait beaucoup de peine, Sirine qui m'imposait souvent ses choix, Sofiane qui m'avait recalé et mes parents qui se déchiraient une nouvelle fois...

Ce jour la je pensais à ma vie, Sofiane m'avait marqué .. Extrêmement même. Son mystère, sa dureté, son visage renfermé. Il m'avait fais du mal c'est vrai, jamais personne n'a osé me parler comme ça. Je suis peut être une peste ? Mais non Sirine m'a dit que j'étais une princesse. Oui mais une princesse ne séjour pas dans un appartement, a un prince charmant et une très belle vie. Qui suis-je enfin de compte ? 

A travers ces questions je me rendis compte que l'image que je renvoyais n'était pas telle que j'étais réellement. Mais qui suis-je enfin ? 
Cette question me troubla encore une fois, et mes larmes coulèrent sur mes joues pour l'une de mes premières fois .. 

_Sous mes larmes mon corps s'endort et mon esprit part vers le monde du rêve. J'désire tellement qu'un jour ma vie réel ressemble au virtuel, cette vie ou tout nous convient. Nos meilleures envies sont réalisées, nos pires ennemies ce sont enfuis. Cette nuit la je me suis réveillée, j'ai mal dormi mais il fallait s'en douter. 

Chronique d'Alisha : un compte tragique.Lisez cette histoire GRATUITEMENT !