Liam

J'entendis le verrou de la porte claquer. J'hésitai avant d'entrer à l'intérieur de la pièce. Elle était assise, la tête dans les genoux, appuyée contre la baignoire et rhabillée. Je m'approchai d'elle et posai ma main tremblante sur son épaule. Sa respiration irrégulière m'indiquait qu'elle pleurait. Je ne supportais pas de la voir pleurer.

- Qu'est-ce que j'ai fait ? demandai-je, la voix remplie de remords.

- Rien... C'est de ma faute... sanglota-t-elle.

- Comment ça, de ta faute ?

- Je ne voulais pas que tu me reparles de cette nuit... Alors j'ai voulu détourner ton attention par...

- Par le sexe ? rigolai-je.

Je cessai de rire quand elle leva ses petits yeux rougis par les larmes vers moi. Elle était vraiment sérieuse.

- En tout cas, ça a marché ! dis-je pour la détendre.

- Je n'en suis pas capable... Je t'ai fait espérer plus...

J'attrapai ses mains et la remis debout.

- Alors mademoiselle Camille Brown, vous saurez dorénavant qu'il est très déconseillé d'essayer de détourner l'attention d'un homme par le sexe. Vous pourriez très bien vous retrouver entre de très mauvaises mains et Dieu sait ce qui pourrait vous arriver par la suite ! dis-je en imitant une voix de monarque, mon regard plongé dans le sien.

Elle eut un léger rire et me donna un petit coup de poing dans le ventre. J'essuyai de mon pouce les dernières larmes qui perlaient sur ses joues et l'entraînai vers la cuisine. Ça me tuait, au fond, de savoir qu'elle avait peur de ça. Et j'avais l'impression que mon comportement n'arrangeait pas les choses. Mais je n'y pouvais rien, je ne me contrôlais pas. Alors que nous étions en train de déjeuner, je sentis mon portable vibrer.

De : Matt :

Répétition à 14h. Oublie pas.

- Eh merde... lâchai-je.

- Qu'est-ce qu'il y a ? s'inquiéta-t-elle.

- J'ai une répétition à deux heures. J'avais oublié...

- Une répétition de quoi ?

- De piano.

- Tu joues ?

- Non, non ! Je regarde ! plaisantai-je.

- Mais je ne savais pas... Je ne t'imaginais pas...

- Tu pensais que je gagnais ma vie en donnant du plaisir aux...

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase, elle me jeta son verre de jus d'orange au visage. Je la fusillai gentiment du regard et elle me fit un petit sourire qui voulait dire : « Fais gaffe à ce que tu dis, Liam ». Puis elle me demanda avec enthousiasme, comme si de rien était :

- Je peux venir ?

- Eh bien, c'est-à-dire que je m'entraîne pour un concert et que les visites sont interdites...

- Ah... Ce n'est pas grave. Je dois bosser sur le journal de toute façon... Mais tu as un groupe ? s'enquit-elle avec un soupçon de déception dans la voix.

- Non. Enfin, on est plusieurs mais on chante seuls.

- Tu chantes aussi ?

- Oui...

- Là, tu te rends compte que tu seras obligé de me chanter quelque chose un jour ou l'autre !

- Même pas en rêve !

Elle fit une mine déçue et replongea son nez dans son bol de céréales. Je ne voulais pas trop qu'elle me voit dans ces conditions. Le chant était ma passion depuis tout petit, mais je perdrais sûrement en virilité à ses yeux.

Camille

Cela faisait maintenant dix minutes que Liam était parti. J'avais vraiment été surprise lorsqu'il avait refusé que je le voie chanter. Mais je trouverais bien un moyen de le voir un jour ! Il chantait. Comment un homme qui jouait les gros durs et dont la maison possédait une pièce remplie d'appareils de musculation de tous genres, pouvait jouer du piano et chanter ? Je pris mon téléphone par ennui. J'avais un message.

De : Liam :

N'oublie pas que tous les rêves peuvent se réaliser, bébé.

À : Liam :

Oui. J'ai vu ça, tu es parti !

De : Liam :

Concert de dernière minute ce soir. Demande à Zayn de t'amener. Je dois te laisser, je t'aime, ma puce !

À : Liam :

À ce soir ! Je t'aime !

J'étais heureuse. Je ne pus empêcher le sourire béat qui resta scotché à mes lèvres. J'occupai le reste de mon après-midi à étudier le journal de mon père. Une chose était sûre, il était très bon poète. Alors que je parcourais les pages à la recherche du moindre indice qui pourrait m'être utile, quelqu'un sonna à la porte. Je ne savais pas si je devais aller ouvrir ou pas. Je me décidai à aller voir tout de même. Mon cœur s'arrêta net lorsque j'ouvris la porte. Une femme ou plutôt une fille, qui devait être un temps soit peu plus âgée que moi, blonde, et un petit garçon, blond lui aussi. C'était le portrait de Liam tout craché. Les mêmes yeux, les mêmes traits, le même sourire... La fille parut surprise de me voir. Il ne m'en fallut pas plus pour faire le rapprochement. J'avais compris qui ils étaient.

- Bonjour, je suis... commença-t-elle.

Je lui claquai la porte au nez et m'effondrai sur le sol. Comment cela pouvait-t-il m'arriver ? Qu'est-ce que j'avais fait pour mériter ça ? Liam avait un fils. La bouffée de rage qui m'envahit fut incontrôlable. Je me mis à hurler de toutes mes forces, j'avais envie de tout briser autour de moi, de tout détruire. Je me relevai, me dirigeai vers sa télé écran plat dernier volet et y donnai un énorme coup de pied. Elle se fracassa sur le sol. Je me précipitai ensuite dans la chambre et rangeai toutes mes affaires dans ma valise. Je partis de chez lui, laissant la porte ouverte. Qu'il se fasse cambrioler ! J'en avais complètement rien à foutre ! Comment avait-il pu me cacher une chose pareille ? Comment avais-je fait pour croire qu'un bonheur soudain était possible ? J'étais tellement stupide ! Il m'avait blessée, il m'avait trahie, il m'avait détruite. Je marchai droit devant moi, n'ayant aucune idée de l'endroit où j'allais. Je me contentais seulement d'avancer le plus rapidement possible. Ce que je voulais, c'était partir. Je voulais partir loin d'ici et ne plus jamais revenir, ni entendre parler de lui.

Hurting Love • l.p - Tome 1Lisez cette histoire GRATUITEMENT !