8.Ezra♠/Adam♠

1K 71 1
                                                  

Allongée sur mon lit, je fixe le plafond où se trouvent des étoiles autocollantes. La nuit elles scintillent. Des étoiles phosphorescentes que j'y aie accrochées il y a maintenant quelques années, offertes par ma grand-mère quand j'étais plus petite. La nuit, lorsque je n'arrive pas à dormir, je me perds dans leur contemplation et laisse mon esprit dériver à partir de ces petits éclats brillants. Je ne comprends pas pourquoi j'attache autant d'importance à des choses aussi futiles. Me faisant rouler sur le côté j'attrape à bout de bras mon téléphone , connecte le bluetooth à mon enceinte ,dès que j'actionne la lecture, la musique s'insinue dans mes oreilles, me rendant sourde à tout autre détail. M'oubliant dans les paroles, je ferme les yeux et me mets à chanter, berçant doucement ma tête sur la musique :

"The Neighbourhood's living in a Dream"

Dream, where everybody loves me

Living in a dream world, how'd I get so lucky?

So tell me how you feel (tell me, tell me, tell me)

Oh baby, is everything real? (tell me, tell me, tell me)

I got nothing to lose (tell me, tell me, tell me)
To lose, I got nothing to prove
Nothing to you (to you)

J'entends la sonnette de la porte d'entrée retentir et hausse un peu le son.
















//

Une femme âgée se tient derrière la porte d'entrée. Étonné, mon premier réflexe est de me demander si je ne me suis pas trompé de porte. Je ne peux m'empêcher de regarder à ma gauche et à ma droite, comme si quelqu'un allait me chuchoter si oui ou non j'avais sonné à la bonne porte :

- Bonjour... Excusez-moi du dérangement, je me suis peut-être trompé. Je viens voir Ezra McCarty
- Non c'est bien ici.

La femme me regarde d'un air plutôt surpris, se demandant surement la raison de ma visite.

- Nous sommes dans la même classe. Je lui apporte ses cours comme ça fait plusieurs jours qu'elle est absente.
- Oh c'est gentil de votre part ! Entrez.

Elle se déplace pour me laisser passer puis referme la porte d'entrée derrière moi. D'un petit geste de la main, elle m'invite à la suivre. Elle avance lentement et incertaine. Je ne peux m'empêcher de regarder autour de moi, m'attendant surement à apercevoir quelqu'un d'autre, sa mère dans la cuisine par exemple. Ou son père. Ou bien même un frère ou une sœur, mais la maison ne semble pas très remplie. Je la suis encore jusqu'à une porte blanche à laquelle elle toque. Il n'y a d'abord aucune réponse et je devine qu'Ezra, avec la musique que l'on peut percevoir d'ici, n'a surement pas dû nous entendre. Elle frappe une seconde fois et la musique s'arrête peu après. Un « quoi » fuse de derrière la cloison. Je crois apercevoir un éclat de déception briller un bref moment dans le regard de sa grand-mère mais cette dernière se reprends bien vite et, toutefois sans oser ouvrir la porte, répond à sa petite fille :

- C'est quelqu'un pour toi. Un ami.

Derrière, plus aucun bruit ne se fait entendre. Un ami. J'aimerais bien, en effet. Je m'attends à une réponse du style « impossible » ou « c'est sûrement une erreur », pourtant bientôt la porte s'ouvre, dévoilant sa silhouette. Je ne peux m'empêcher de remarquer ses traits tirés et les cernes sous ses yeux. Son regard se plante dans le mien tandis qu'elle me lance un « salut », dénué de tout sentiment.

- Je suis dans ma chambre si tu as besoin ma chérie.

Sans décoller son regard de moi elle hoche la tête et la vieille femme s'en va pour disparaître derrière une autre porte du palier. Alors, seul le silence nous enveloppe. Au bout d'un moment, elle recule finalement pour me laisser entrer et, tandis que je regarde ce qui m'entoure, prend bien soin de refermer la porte. Je la sens dans mon dos, elle ne bouge pas et son regard reste vissé sur moi. Je me retourne et lui souriant lui lance un « tu vas bien ? » auquel elle répond un

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant