7.Adam♠/Ezra♠

1.1K 71 5

Ça fait aujourd'hui trois jours qu'elle est absente et ça ne lui ressemble pas. Il lui arrive de manquer quelques heures de cours, une journée peut-être, mais pas trois. Bien sûr, je me dis qu'elle doit être malade, mais quelque chose au fond de moi ne veut pas y croire. Quelque chose au fond de moi redoute le pire. Et si j'avais été trop naïf ? Si les autres avaient finalement raison ? Ezra en ayant marre, décidant de tout abandonner... Je l'ai toujours vue comme une battante, se relevant seule et continuant à avancer malgré ses problèmes, mais quand on y réfléchit bien c'est une opinion infondée : je ne connais rien d'elle, ni son passé, ni son présent. Encore moins son futur. Et maintenant il m'effraie.Le cours est terminé et alors que la salle se vide, je me dirige vers le bureau. La prof est en train de ranger ses documents dans son cartable de cuir lève le regard vers moi. Cogitant un moment je prends finalement la parole :

- Je voudrais savoir s'il vous reste quelque polycopiés pour Ezra McCarty.

Elle hausse un sourcil, me dévisageant perplexe. Je m'empêche de lever les yeux au ciel en réponse à son expression on ne peut moins engageant. Accorder de la confiance est une tâche compliquée, en effet :

- C'est pour les cours. Je veux dire, pour lui emmener les cours et les devoirs.

Ses traits se décontractent et elle hoche la tête. Bientôt un sourire illumine même son visage, dévoilant ses jolie dents; elle s'affaire alors d'un air signifiant Jeune homme, vous êtes un camarade de classe adorable :

- Bien sûr que je dois avoir ça, je garde toujours tour au cas-où.

Elle se met à fouiller dans son sac, marmonnant avec elle-même, pour finalement en sortir le cours.

- Merci.

Je pars .Lohan m'attend, s'impatientant à la porte et me fait signe de me dépêcher. Je place rapidement le papier dans mon sac à dos avant de le rejoindre. Lorsqu'il me demande ce que je faisais, je prétexte une rapide discussion sur un livre pour ne pas éveiller de soupçons, autrement il serait actuellement plié de rire. Il me dévisage un instant, se demandant surement si je suis sérieux, étant donné que je ne lis jamais. Il finit par sourire en soupirant avant de m'entraîner à sa suite.







//

Ça devait bien faire quatre heures que j'étais allongée dans ce parc, complètement stone. J'étais bien, je ne pensais à rien. C'était l'un des rares moments où ça m'arrivait. J'étais devenue accro à cette sensation, cette sensation de liberté, de pouvoir, de légèreté.. qui dirait non à ça ? Certainement pas moi. Je regardais ma montre, 14h30. Merde, j'allais être en retard ! Je me redressais et couru jusqu'au boulevard, là je le reconnu. Il avait cette silhouette imposante, ces nombreux tatouages qui faisait que les gens avaient peur de lui. Il est vrai que si je n'étais pas en manque et que je n'avais pas besoin de ces pilules je l'éviterais certainement, mais le sort en a décidé autrement.

Quand il me vit, un léger sourire prit place sur sa figure, il me saisit le bras et m'emmena dans une ruelle où il y avait peu de circulation. Il chercha quelque chose dans sa poche arrière, et sortit un sachet rempli de pilules bleues et roses, mon bonheur. J'avançais ma main qu'il stoppa net avant de me tordre le bras derrière le dos.

-J'veux d'abord ce que tu m'as apporté.
- Lâche moi et peut-être que je pourrais te le passer, sifflais-je entre mes dents
- Ne crois pas que tu va m'avoir comme ça sale pute.»

Il raffermit sa prise et me bloqua contre un mur avant de passer sa main sur mon corps à la recherche d'un sachet. Je fermais les yeux, ça me dégoûtait de sentir ses mains grasses moi me toucher, ça me donnait la gerbe. Qu'est-ce que je ne serais pas prête à faire pour cette drogue ? Il passa sa main dans ma poche de jean arrière, et en profita pour me peloter. Il en profitait le connard. Je lui écrasa le pied avec mes Dr martens noir, il s'écarta en hurlant un juron, et j'en profitais pour lui foutre un coup de pied dans l'entre-jambe. Il termina par terre, et je me précipitais sur mon sachet qui tomba par la même occasion. Maintenant, il ne me restait plus qu'à courir et à le semer. Avec cette foule, ça ne sera pas compliqué.

Je me faufilais entre les gens sans me retourner, j'étais forte en sprint à l'école, prions pour que mon talent ne se soit pas enfui avec ma vie antérieure. Au bout de quelques minutes, je me retournais enfin, et je ne le voyais pas. J'étais tranquille. Je repris le court de ma misérable vie, et me dirigeai vers le squat.

Tout le monde dormait là-dedans, sauf Tony qui se roulait sa clope.

- Tout va comme tu veux ? T'as eu tes pilules ? me demanda-t-il

- Avec un peu de difficultés, mais j'y suis arrivée, dis-je en lui montrant le sachet

Il hocha la tête, avant de tapoter à côté de lui pour que je le rejoigne. Je lâchais mon sac au sol et m'assis sur un des tapis. Ce squat n'avait vraiment rien de luxueux, mais pour quatre personnes c'était suffisant. Je pris deux pilules et les avala d'un trait.

- Tu sais que Sam vient ce soir ?
- Il a de la marchandise ? demandais-je souriante
- Bien sur, pourquoi pense tu qu'il viens ? Par contre comme tu t'en doute vas falloir lui donner de la coke en échange..
- C'est pas un soucis, j'ai réussi à en avoir pas mal l'autre jour.
- Vas falloir que tu m'explique comment t'arrive à te procurer toutes ces merdes gamines, dit-il en riant 

Il est vrai que ça pouvait être surprenant mais ça faisait bien longtemps que je me débrouillais par mes propres moyens, et ce n'est pas aujourd'hui que ça allait changer. J'aime mon indépendance. Je pense que mon visage plein d'insouciance, accentue la négligence de certains dealers. Ils pensent pouvoir me berner comme ils veulent, mais ils oublient qu'il ne faut jamais se fier aux apparences, surtout dans le domaine de la drogue. J'étais la plus petite du squat, il avait donc fallu que je fasse mes preuves, auquel cas j'aurais été virée. C'est ici que j'ai fais la connaissance de Tony qui est de cinq ans mon aîné, Ryan son frère cadet de deux ans et Lena qui est à présent la seule amie que j'ai.

Je cherchais dans mes poches une clope et découvris qu'elles étaient vides. Et merde, vas falloir que je fasse la manche pour pouvoir me payer ces foutus clopes. Je déteste devoir implorer la pitié, surtout celle des fumiers tels que les hommes riches, ils ne pensent qu'à eux et la plupart du temps ils passent à côté de toi en te dévisageant du style « moi j'ai réussi ma vie, et toi t'attend mes sous ». Je soupirais rien qu'a y penser.

Je suis en chemin pour rentrer au squat. La manche à été plutôt bonne, j'avais pu m'acheter mes clopes et c'est tout ce qui m'importait. J'amenais la cigarette à ma bouche, et inspira un long moment avant de recracher une fumée blanche. Je me sentais déjà mieux, plus sereine. Je jetais un coup d'œil à ma montre, 18h45. Sam n'allait pas tarder à arriver. Je pressais le pas et aperçut au loin sa silhouette, entrant dans le squat. Je jetais ma clope et courut le rejoindre.

- Eh petite, ça va comme tu veux ?
- Ouais, t'as ce que je veux ?
- Patience ma belle, tu vas l'avoir ton ecstasy.

Je sautais sur place tellement j'étais impatiente. La réception de drogue était l'un des seuls moment où j'étais vraiment heureuse. Lena, qui était en train d'ingurgiter des comprimés de LSD releva la tête, les yeux qui pétillaient déjà.

- T'as la weed ?
- J'ai de la marijuana, de la kétamine, des champignons, et de l'héroïne.

On affichait tous un énorme sourire, ce soir ça allait être le feu.

Je me penchais vers la petite caisse qui était située dans un coin et sortit son sachet de coke avant de lui tendre. Au même moment, deux flics débarquèrent, pointant leurs armes sur nous, alors là on était clairement dans la merde. Prise de panique, je pris mon sac et courut vers la sortie avant que l'un deux ne me barre le passage avec sa matraque. Je lui attrapa les couilles et les compressais dans ma main. Il hurlait à m'en péter les tympans, et se prit l'entrejambe. J'en profitais pour courir, sans me retourner. J'espérais juste que les autres allaient s'en sortir.

Juste entre amoureux |●TERMINÉELà où vivent les histoires. Découvrez maintenant