5.1 : Le Repère

535 61 13
                                    

Note : j'aimerais beaucoup que vous laissiez des commentaires ! Ça motive énormément et ça me permet de savoir ce que vous aimez, ou au contraire ce que vous n'aimez pas... Merci !

——————

— Mila ! hurlé-je à l'intention de la jolie brune qui traverse le hall du lycée devant moi. Elle se retourne et sourit en m'apercevant, puis s'avance vers moi.

— Coucou Adéliane, tu veux qu'on fasse un truc pendant la perm ?

— C'est justement ce que j'allais te proposer... J'aimerai bien qu'on parle ; tu sais, des trucs des Incarnations.

Son regard s'embrase à l'évocation des Incarnations et elle rejette ses cheveux bruns vers l'arrière.

— Pas de soucis ! fait-elle en esquissant un grand sourire, viens on va se promener dehors.

Je hoche la tête et la suis en silence à l'extérieur, jusqu'à ce que nous soyons seules sur un banc. Je referme mon manteau jusqu'au cou et réajuste mon bonnet afin qu'il couvre et réchauffe au mieux mes oreilles par ce froid polaire.

— En fait, commencé-je en regardant mes mains, je voulais savoir si nous avions raison de nous fier à ces gens là.

Cette question ne cesse de me tracasser, et j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n'arrive pas à trouver de solutions. Instinctivement, lorsqu'on m'a révélé ce monde dont je ne connaissais rien, je l'ai rejeté avec force. Ce chalet isolé dans la forêt, peuplé de personnes étranges qui révèlent à des inconnus - Mila, ces autres jeunes et moi en l'occurrence - des choses que nous ne sommes pas censés savoir et qui pourraient les mettre en danger. Celui-ci me semble réel car ils nous ont bien préciser de ne rien révéler à personne, en aucun cas. Désormais, je pense ce monde réel, peuplé d'Incarnations. Tout d'abord, il y a beaucoup de preuves : ce tatouage sur mon épaule qui n'est pas parti, la cérémonie de la Révélation où j'ai vu des choses étranges ; et tout cela, Mila peut le confirmer. Ma prudence voudrait que je m'éloigne de ce bazar que je sens venir, mais mon instinct, lui, n'est pas de cet avis. J'ai l'impression infondée que ce serait une partie de moi que je perdrai. Ainsi, je me retrouve pieds et poings liés, incapable d'ignorer ce monde. Cela signifierait en plus de quitter cette région, le contraire de ce que je souhaite pour l'instant. M'éloigner reviendrait également à ignorer la panthère, que je sens tapie au fond de moi et qui affinent mes sens. Grâce à elle, j'arrive parfois, de façon très brève, à voir dans le noir. Lorsque je marche à travers la forêt pour aller en cours, j'entends tous les bruits qui animent cette foule de troncs. Les branches qui craquent sous le poids de la neige, les petits mammifères qui se nourrissent, le pépiement des oiseaux dont j'arrive à reconnaître les nuances. J'arrive aussi à sentir. Un lapin, une perdrix, une souris qui se terre sous la neige, l'humus de la forêt, l'odeur humide et froide de la neige. La panthère vit en moi, et j'essaye toujours de désobéir à Dumbledore, de me convaincre que rien de tout cela n'existe. Parce que c'est contre la rationalité du monde, qui a toujours été un pilier fondamental dans ma compréhension du monde.

    La voix de la brune aux cheveux courts me ramène à là réalité, alors que je m'étais noyée dans un débat intérieur dont je ne connaissais pas la profondeur.

— Je penche du côté de la méfiance Adéliane. Je ne leur fais pas confiance, comme toi. Mais je crois que ce n'est pas pour la même raison que toi. Tu as tendance à tout rejeter en bloc parce que tu ne crois pas à ce monde, tout ça te semble juste irréaliste, et ça s'arrête là.

Je hoche la tête pour confirmer ses dires et elle baisse timidement les yeux lorsque vient son tour d'exprimer ses ressentis.

— Moi, je m'interroge sur la façon dont ils comptent nous utiliser. Que gagnent-ils là dedans ? Pourquoi veulent-ils nous aider ? Je suis sûre que ce n'est pas par pure gentillesse. Mais à la différence de toi, je crois aux Incarnations, je me sens Incarnation, et c'est peut-être bizarre de le dire si tôt, mais je n'aimerai pas qu'on me dise soudain que tout ça n'était qu'illusion. J'aime ce que je suis, c'est-à-dire moi, Mila, mêlée à la liberté du faucon.

Tome 1 : Le Reflet de l'HiverOù les histoires vivent. Découvrez maintenant