Chapitre 4

212 13 0



Noémie transplana square Grimaud et trouva Remus et Kreattur dans la cuisine.

– Noémie ! Qu'est-il arrivé à Harry ? Kreattur viens de me dire que tu étais à Poudlard avec lui. Il est à l'infirmerie ? Questionna Remus quand il la vit arriver.

– Non, il est à l'hôpital. Répondit sombrement Noémie.

– Quoi ? Mais pourquoi ? Et pour combien de temps ?

– Il a une blessure assez balaise au bras droit.

– Comment il a fait ça ?

– Je peux parler ou pas Remus ? Demanda Noémie d'un ton plus sec qu'elle ne voulait.

– Oui, désolé. Vas-y, raconte moi tout. Fit Remus, ne prenant pas en compte le ton sec de la jeune fille, comprenant tout à fait ce qu'elle ressentait, vu l'état de Harry.

Noémie souffla un bon coup avant de raconter toute l'histoire à Remus.

– Mais elle est horrible cette fille ! S'écria Remus quand Noémie eut finit. J'irai bien lui dire mes quatre vérités.

– Non ! Harry ne veut pas que vous en fassiez toute une histoire. C'est pour ça qu'il ne veut pas prévenir Sirius tout de suite, il ne veut pas de scandale. À l'école ou à l'hôpital d'ailleurs, il n'est pas en état.

– C'est à ce point ?

– Je ne l'avais jamais vu comme ça. Souffla Noémie. Même quand il avait échappé à Voldemort et aux Doloris qui ont suivit, il ne souffrait pas autant. Il pleurait presque de douleur quand je l'ai laissé.

– Je vois. Et tu ne sais pas pour combien de temps il en a ?

– Personne ne le sait. Il est la première victime du sortilège de l'autre pékinois.

– Pékinois ? Répéta Remus, un mince sourire sur les lèvres.

– Pansy Parkinson. Elle ressemble à un pékinois alors on l'appelle comme ça.

– Je trouve que ça lui va plutôt bien.

– Bon, moi je retourne à Poudlard.

– Pourquoi ? S'étonna Remus.

– J'ai promis à Ron, Hermione, Ginny et Drago de venir leur donner des nouvelles d'Harry quand j'en aurais. Et j'ai aussi quelques messages à faire passer de la part de notre blessé.

– Et bien vas-y. Essaie de ne pas trucider Parkinson si jamais tu la croises.

– J'essaierai de m'en souvenir. Tu vas voir Harry ?

– Pas forcément. Je ne voudrait pas « faire un scandale dans les couloirs de l'hôpital » comme il a dit.

– C'est toi qui choisit. Je lui dirai ça.

– Tu vas retourner le voir ?

– Oui. Il m'a demandé de lui amener Ginny si elle voulait et Drago si je n'arrivait pas à le convaincre de ne pas casser la gueule au pékinois. Et je pense que je repartirait de Poudlard avec un blond qui n'aime pas les chiens.

– Bon, et bien je vois que ton planning est plutôt chargé. Tu as mangé ce midi ?

– Non, je prendrait sans doute un petit truc à Poudlard.

– Et bien à ce soir alors.

– A ce soir. Tu restes là cet aprem ?

– Oui, je n'ai rien de prévu normalement. Si je dois partir, je te laisserai un mot.

Blessures EnchantéesLisez cette histoire GRATUITEMENT !