Chapitre III : Rencontre avec Scorpus.

3 0 0


Bilevert, après avoir parcouru encore une longue distance, arriva devant un mur très bizarre. Il était constitué de toiles d'araignée tellement nombreuses et épaisses, qu'elles bouchaient tout le passage.

"Vu la taille et l'épaisseur de la toile, il doit y avoir beaucoup d'araignées par ici." Pensa Bilevert.

En fait, ce n'était pas plusieurs araignées qu'il y avait, mais une seule, monstrueuse, velue, énorme, mesurant presque un mètre de diamètre et qui avait de terribles crochets à venin.

Ses mandibules menaçaient déjà Bilevert, il serait mort s'il n'avait pas eu de réflexes aussi rapides. Il recula jusqu'à une réserve qu'il avait repérée et se glissa par le fin et petit passage, celui-ci étant trop étroit pour permettre à l'araignée de le suivre.

Bloqué dans le réduit, il ne pouvait pas sortir de peur de se faire tuer par l'araignée, il n'y avait que quelques caisses dont les planches mal fixées laissaient échapper des touffes de paille et quelques pelletées de sable parfaitement inutiles ...

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Bloqué dans le réduit, il ne pouvait pas sortir de peur de se faire tuer par l'araignée, il n'y avait que quelques caisses dont les planches mal fixées laissaient échapper des touffes de paille et quelques pelletées de sable parfaitement inutiles dans sa situation. Il était bel et bien coincé. La seule issue était bloquée par l'araignée. Allait-il être condamné à périr ici ?

A force de réfléchir, il mit au point un plan qui pourrait, si cela fonctionnait, lui permettre de bénéficier de quelques minutes. A l'aide de la doublure de l'une de ses poches décousues, il fabriqua une tête : deux morceaux de charbon de bois pour dessiner le nez, les yeux et la bouche. Des brins de paille pour faire les cheveux.

"Maintenant, assembler ces morceaux de bois pour faire les bras et les jambes. De la paille tressée servira de ficelle.

Voilà qui est fait. Le sable servira à arrondir les épaules et le ventre. C'est vrai que je commence à grossir un peu.

Voilà un travail maison qui me semble suffisamment ressemblant pour tromper l'araignée, du moins, je l'espère. Maintenant, un peu de sable pour faciliter le glissement dans le boyau de sortie. Le mannequin doit sortir sans accrocher." Pensait le nain tout en s'activant à la tâche.

Il attendit patiemment que l'araignée fut du bon côté, puis projeta son double vers la gauche.

Le monstre se jeta à la poursuite du double, puis, l'ayant attrapé le déchiqueta violemment, s'acharnant sur le pantin de planches et de sable, tandis que Bilevert courrait vers la droite et prenait au vol une torche.

Il courut vers la porte en toile d'araignée qu'il avait l'intention d'enflammer. Arrivé à la porte, il lança sa torche au beau milieu de la toile, puis il en saisit une autre, s'ouvrit un passage à travers l'horrible emmêlement, jusqu'à une porte dont les planches n'opposèrent pas grande résistance à sa poussée. La porte, refermée derrière lui le protégerait du monstre. Mais devant lui, il y avait d'autres planches infiniment plus solides que celles qui le séparaient de l'araignée.

Il était encore coincé, mais cette fois-ci c'était dans cette étrange impasse. En frappant du point sur la surface en face de lui, il eut l'impression d'être derrière un gros meuble.

Il chercha un petit espace pour essayer de voir de l'autre côté de la pièce, mais ce « panneau » ne lui permettait de voir qu'à quelques centimètres. Il chercha un mécanisme le long des parois.

Il devait forcément y avoir un système d'ouverture pour sortir de là...

Il entendit l'énorme araignée qui commençait à mordre le bois pourri. Juste derrière lui, les horribles mandibules broyaient les planches, une à une, afin d'atteindre Bilevert. À force de tâtonner, il découvrit plusieurs formes qu'il essaya de pousser, puis de tirer.

Les mandibules continuaient leur travail, s'approchant de plus en plus de son dos. Il sentit les crochets le frôler juste au moment où le gros clou qu'il venait de tirer déclencha l'ouverture du meuble.

Il se précipita derrière le meuble et l'empêcha de s'ouvrir davantage avec le poids de son corps. En fouillant du regard cette nouvelle pièce, il trouva à proximité un banc qui se trouvait là, et réussit à bloquer le meuble.

C'est alors que, sans que Bilevert n'ait eu le temps de faire quoi que ce soit, le meuble se remit à sa place. Soulagé au premier abord, Bilevert se retourna... pour se retrouver face à face avec Scorpus.

Il n'eût pas le temps d'éviter le filet qui l'immobilisa soudainement.

Il était complètement à la merci du sorcier qu'il était venu combattre...

    Il était complètement à la merci du sorcier qu'il était venu combattre

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.
Bilevert - Tome 1 - Édition 2007 (Version ré-éditée)Lisez cette histoire GRATUITEMENT !