2. Le nouvel élève

3.7K 528 388
                                                  

HÉLOÏSE

Le lycée. Ce lieu rempli d'élèves en plein dans cette fameuse période que l'on nomme « l'adolescence ». Cette phase durant laquelle les caractères secondaires se développent, c'est-à-dire que les gars sautent de joie quand un poil apparaît sur leur torse et que les filles exhibent leur poitrine dès l'instant où ça commence à pointer sous leur tee-shirt moulant. Sans parler de leur libido exacerbée qui les transforme en bêtes assoiffées de sexe, sans cesse à la recherche d'une relation charnelle qui pourrait non seulement satisfaire leur ego, mais aussi leur donner un moyen de se vanter auprès de tout le monde.

Vous l'aurez compris, le lycée est loin d'être mon meilleur ami.

Il n'empêche que c'est un lieu fascinant à observer pour quelqu'un comme moi, qui ne comprends pas cette recherche permanente de la popularité. Si l'hypocrisie était un crime, je n'imagine pas la longueur de la liste des prisonniers, il resterait bien peu d'étudiants dans les salles de classe. Remarquez, ce serait peut-être une solution au chômage des jeunes diplômés.

Je descends du muret sur lequel j'étais assise après avoir rangé mon carnet dans mon sac. Et je vous interdis d'imaginer un journal intime, c'est simplement un carnet de bord qui sert de témoignage à une fille exclue de la société. J'estime que chaque parole d'un être humain – même le plus idiot – mérite de laisser une trace sur cette Terre. D'où mon assiduité à tenir ce journal de bord.

Je passe les bretelles de mon sac à dos sur mes épaules en dégageant mes longs cheveux. Je m'enferme dans ma bulle, me focalisant uniquement sur le bruit de caoutchouc de mes boots, puis je m'engage dans la grande allée qui grouille de monde. Je réprime mon dégoût en passant à côté d'un couple qui se bécote comme s'ils étaient seuls au monde alors qu'ils sont exposés à la vue de tous. Ce couple est le parfait prototype de l'image qu'on se fait des adolescents aujourd'hui.

Je sais ce que vous pensez. Que je suis une fille snob qui se croit supérieure et refuse de se fondre dans la masse alors qu'au fond, elle n'est pas si unique que ça. Que c'est un manque de volonté de ma part si je ne suis pas intégrée. Mais laissez-moi vous dire que vous vous trompez lourdement. J'ai essayé, maintes et maintes fois ces deux dernières années, de trouver ma place. J'ai fait partie de ces petites secondes prêtes à tout pour se faire aimer des autres, et des garçons en particulier. Moi aussi, j'ai voulu paraître cool. Mais pour des ovnis comme moi, cette technique d'intégration ne fonctionne pas et on finit par se piquer aux épines du monde lycéen. Alors j'ai tout simplement laissé tomber.

Il faut me rendre à l'évidence : je suis une solitaire. Et on peut dire que je le vis plutôt bien.

En marchant dans les couloirs, je tombe sur Victor, appuyé contre un mur et entouré de ses potes. Comme d'habitude, il me dévisage sans aucune discrétion, et je fais mine de ne rien remarquer. Mais cette fois-ci, il se redresse et s'approche de moi. Sans réfléchir, j'accélère le pas. Je n'ai aucune envie qu'il me tape la discute. Malheureusement il en décide autrement et me rattrape en quelques enjambées.

— Salut, Héloïse !

Son ton se veut joyeux et plein d'assurance, mais je perçois son anxiété.

— Victor ! Que me vaut cet honneur ?

Je continue à avancer, la tête droite, sans un regard dans sa direction. De son côté, il fait de son mieux pour tenir la cadence.

— Je me demandais, tu seras à la fête de Carla ce week-end ?

Je m'arrête net et me tourne vers lui, incrédule.

— Parce que je suis invitée ?

— Lina t'a ajoutée sur l'événement Facebook.

Je ne peux retenir un petit rire sarcastique. Évidemment, la culpabilité de Lina la pousse toujours à me convier à ce genre de soirées que je déteste. Il serait temps qu'elle coupe le cordon.

MISSION SÉDUCTION - PREQUEL + PREMIERS CHAPITRESLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant