Chapitre 13

22 4 3

La transformation exigeait l'accord du sujet, dans le cas contraire, elle ne fonctionnait pas. Seuls les Alphas, et les Gammas avec l'autorisation de leur meneur, pouvaient déclencher cette magie. Le but était de contrôler, et de limiter les dérives que cela pouvait engendrer. Une loi de plus de cinquante mille ans prohibait les transformations illégales. Les Skryta'lian jugés coupables risquaient l'expulsion ; quant au nouvel immortel, le clan concerné le prenait sous son aile. L'individu ne souffrait pas, il ne sentait la différence qu'une fois le processus achevé. Son pouvoir se décuplait : il possédait les Communs, c'est-à-dire, la téléportation ainsi que la télépathie. De plus, il héritait d'un de la personne qui l'avait transformé, ou de deux si l'humain ne détenait aucune magie à la base. Tout cela appartenait désormais à Charlotte. Lilias l'avait manipulée. Il avait su jouer avec les mots afin que tout se déroulât selon son plan d'origine. Depuis le début, il avait prévu d'en faire une immortelle. Avant leur rencontre, il avait déclenché le sort, et le reste s'était mis en place tout seul : il lui avait proposé le pouvoir ; elle avait consenti sans savoir ce qu'il cachait en vérité.

La marque du sort se dessinait encore sur le torse de Lilias. Lorsque la jeune femme avait accepté sa demande, le lien s'était tissé. Par la suite, il avait cherché du temps pour terminer la transformation. Bien que le procédé fût douteux et peu moral, il n'avait pas enfreint la loi et Lilias ne craignait donc aucune sentence. Charlotte jura. Cette créature lui avait volé sa mortalité, et elle ne le tolérerait pas ; jamais. Les deux individus s'observèrent, tandis que les Skryta'lian présents tentaient vainement d'apaiser la situation. Lilias était connu pour ce genre de manigances ; il était regrettable de ne pas avoir repéré ce piège avant qu'il ne se refermât. Pourtant, Cassie l'avait soupçonné, elle l'avait même prédit. Son silence reflétait ses torts et sa complicité.

Alors que les derniers Alphas pénétraient dans la salle du Conseil, Marie-Madeleine demanda à Charlotte de la suivre afin d'attendre ensemble dans le couloir. L'ancienne humaine se laissa convaincre ; les dirigeants régleraient cette histoire entre eux, à l'écart même de leurs Deltas. La conversation promettait d'être houleuse, et les injures se firent entendre jusqu'à l'extérieur.

— Tu vas beaucoup trop loin, Lilias. Elle n'était même pas au courant. Chacun a le droit de choisir. Tu trahis la confiance qu'elle éprouve pour nous, et qui reste fragile, ragea Célinia. Il est grand temps que cela cesse.

Elle tourna son regard vers les autres Loups et annonça :

— Je demande à ce que te soit retiré le droit de Transformation.

— C'est la guerre que tu veux ?

— Si je la voulais, je t'aurais fait exécuter, répliqua-t-elle.

À son grand regret, Lilias n'obtint aucun soutien. Tous les Alphas votèrent l'interdiction à son encontre. Cela signifiait également que ses propres Gammas étaient touchés par cette prohibition. Lilias les scruta un à un. Cette décision engendrerait des représailles de sa part. Sans un mot, il quitta les lieux d'un pas ferme.

Il passa devant Marie-Madeleine et Charlotte sans s'en soucier. À son attitude, elles comprirent que les meneurs avaient pris position, car la transformation était irréversible. Marie-Madeleine eut de la peine pour Charlotte : c'était terrible de se voir retirer sa mortalité à son insu. En toute logique, elle aurait dû rejoindre le clan de Lilias. Or, sans son accord préalable, la situation était compliquée, et imposer un choix inenvisageable.

La Skrytalian blonde n'essaya même pas de rassurer son amie ; elle se contentait de l'écouter. Pour l'instant, Charlotte devait accepter sa nouvelle condition et apprendre à gérer cette magie. La télépathie et la téléportation ne posaient aucune difficulté, mais elle s'intéressait de près au « Pouvoir Individuel » que Lilias lui avait légué. C'était aléatoire : à moins d'être un Skrytalian extrêmement puissant, aucun ne parvenait à choisir ce qu'il voulait offrir. Néanmoins, Marie-Madeleine en connaissait deux qui avaient réussi : Talhy et sa fille, Danaë.

Skryta'lian : T1 - ExtinctionLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant