Prologue

3.7K 533 113
                                                  

En média : une petite bande annonce réalisée par... moi

ROMÉO

Mission : Venir en aide aux adolescentes fragiles.

But : Les libérer.

Outil : La séduction.

Principe : Ne pas les faire souffrir.

Règle ultime : Ne surtout pas tomber amoureux.

Voilà autour de quoi tourne mon monde ces quatre dernières années. Sur huit missions, aucune n'a échoué. Mon métier est un moyen de me sentir utile, une activité enrichissante, qui n'apporte que du bien. Officiellement, je suis garde du corps, le métier « d'agent séduction » ayant été inventé de toutes pièces par ma petite personne. J'ai créé ma propre entreprise qui compte une seule employée : Barbara, ma grande sœur et mon acolyte. Je ne serais pas arrivé jusqu'ici sans sa présence, ses connaissances et son professionnalisme. Intérieurement, je la remercie tous les jours d'avoir délaissé ses études – peu épanouissantes – pour se lancer dans cette folle aventure avec moi. Évidemment, mon ego prend bien trop de place pour que je prononce ces remerciements à voix haute.

Sans aucun diplôme, je parviens donc à gagner ma vie avec mon plus gros atout : la séduction.

Comment la séduction peut-elle être un outil ? Ce n'est pas évident à comprendre mais, une fois qu'on la maîtrise, c'est très efficace. La séduction est un art qui demande une véritable écoute et une certaine capacité à cerner la personne en face de soi. Un sourire charmeur et des fossettes irrésistibles ne suffisent pas. Pour réellement séduire, il faut arriver à déceler les faiblesses de l'autre, ses aspirations, ses envies, ses doutes, et se conformer à son idéal. Je ne parle pas d'idéal amoureux – en tout cas pas en ce qui me concerne – mais d'un super-héros capable de déceler exactement ce dont cette cible a besoin. Son super-héros personnel qu'elle-même ne saurait pas décrire. Celui que seul le séducteur invétéré réussit à construire.

Mais la séduction est à double tranchant. Sombrer du côté obscur de la force une fois la cible mise à nu est tentant. Une parole, un geste s'appuyant sur ses peurs pourraient suffire à la détruire. J'ai décidé d'emprunter un autre chemin et de rester dans la lumière. Si je veux connaître les peurs d'une de mes cibles, c'est simplement pour pouvoir les atténuer. Si je veux me métamorphoser en son prince charmant, c'est pour être sûr de la toucher un maximum et gagner toute sa confiance. Ainsi, elle me croira quand je la revaloriserai. Elle me croira quand je lui dirai que la vie vaut la peine d'être vécue. Que se contenter de survivre n'est pas digne d'elle, qu'elle mérite d'être heureuse, peu importe le poids de son passé. Elle s'attachera à moi, mais elle s'attachera davantage à son bonheur. Et elle me croira quand, au moment de la quitter, je lui dirai qu'elle est libre, indépendante, et que je n'étais que de passage dans sa vie. Alors, je la serrerai une dernière fois dans mes bras, puis je passerai à ma mission suivante.

Ça peut paraître tordu, mais étonnamment, ça marche. La relation basée sur l'affection que je crée avec mes cibles leur donne l'impulsion dont elles ont besoin. Mais c'est là qu'est le piège : savoir rester sur le chemin de l'affection sans basculer dans le fossé de l'amour. Jusqu'ici, j'ai plusieurs fois tourné autour mais je ne suis jamais tombé dedans. Cette activité est rapidement devenue ma raison de vivre, ma seule motivation pour me lever tous les matins. C'est la seule chose qui me fait penser que j'ai de la valeur dans ce monde.

Voilà pourquoi la proposition de la femme en face de moi est comme une attaque à mon métier et à mes principes – principes auxquels je tiens particulièrement. Quand j'ai eu cette Mme Guillier au téléphone et qu'elle n'a voulu me donner aucune information, je me suis douté qu'il s'agissait d'une vaste blague. « Je préfère tout vous expliquer en face », m'a-t-elle dit. Elle avait surtout peur que je refuse directement. C'est pour ça que je n'ai pas voulu que Barbara m'accompagne à ce rendez-vous, à cause de mes suspicions concernant les motivations de cette nouvelle cliente. Ma sœur est plus conciliante que moi et elle est donc plus susceptible de se faire avoir par de jolis mots bien choisis.

MISSION SÉDUCTION - PREQUEL + PREMIERS CHAPITRESLà où vivent les histoires. Découvrez maintenant