Introduction très introductive

4.1K 352 297
                                    

Un titre excessivement commercial (les rageux diront photosho... heu, putaclic)(et ils n'auront pas excessivement tort) pour un recueil de... conseils ? Idées ? Prises de position ? Liés à l'écriture de romans fantasy.

En dépit d'un titre pompeux qui laisse supposer que je ne me prends pas pour une sous-merde et que je détiens la vérité absolue, eh bien, à vrai dire, ce n'est pas du tout le ton de ce livre. L'objectif est en réalité assez humble : rassembler un tas de conseils que je m'applique à moi-même lorsque j'écris de la fantasy, ainsi que mes opinions sur certains thèmes. Tout cela toujours lié, de près ou de loin, à la fantasy – je vais pas vous parler de mon avis sur Macron ou vous donner un tuto pour réaliser les meilleurs macarons (Macron, macarons... oui très bien, j'abandonne cette blague qui n'avait d'ailleurs aucune chute).

Concrètement, ici, nul ne vous bassinera avec le top 10 des verbes introducteurs de parole ou les 50 fautes d'orthographe qui vous font passer pour un CM2 évadé d'une école de la Creuse. Ici, personne ne va vous expliquer comment faire la différence entre une putain de préposition et le verbe avoir. Ici, la Mary Sue qui se tape les 20 bad boys les plus prépubèrement dark de son collège de banlieue, on la met à la cave et on la laisse s'y décomposer, parce que bon sang, ici, on cause fantasy, un poing (dans ta tronche) c'est tout.

Ici, en dépit de formules du style "la meilleure façon de..." ou "les scientifiques ne savent pas comment cette femme a réussi à perdre 250 kg en seulement 2 semaines !", ou même "agrandissez la taille de votre...", tout est à prendre avec des pincettes, second degré et un regard critique (comme n'importe laquelle de vos lectures, en fait, mais je ne suis pas votre maman, donc je ne vais pas vous apprendre à être pas trop con).

Pour en revenir au contenu de ce livre : on va parler de fantasy, et plus spécifiquement de fantasy "de mœurs" (ce qui n'exclut, concrètement, aucun sous-genre de fantasy, excepté peut-être l'heroic fantasy

Oups ! Cette image n'est pas conforme à nos directives de contenu. Afin de continuer la publication, veuillez la retirer ou télécharger une autre image.

Pour en revenir au contenu de ce livre : on va parler de fantasy, et plus spécifiquement de fantasy "de mœurs" (ce qui n'exclut, concrètement, aucun sous-genre de fantasy, excepté peut-être l'heroic fantasy... et encore). On va causer histoire, politique, violence, complots, clichés, réalisme, addictivité (etc)... autant de thèmes que Game of Thrones (notamment) maîtrise plutôt bien et/ou qui me font pas mal cogiter.

Pour autant, je ne connais pas Georges personnellement et pour tout vous dire, je n'ai jamais lu ses romans (je suis en revanche une fan invétérée de la série). Mais bon, vous en conviendrez, si j'avais choisi pour titre "Écrire de la fantasy comme Olivia Gometz", vous ne seriez pas là, hein.

Je risque de caser, pas involontairement, des extraits de mon propre roman (dans une tentative pas du tout discrète de faire mon auto-promotion – croyez pas que ce recueil soit une initiative parfaitement désintéressée. Esprit critique, vous dis-je !). Et pas seulement pour me faire mousser (la mousse, je préfère la boire, de toute façon) : je parle le mieux de ce que je connais, or mon roman, BAH JE LE CONNAIS. Ma quête d'exemples parlants passera donc ponctuellement par des exemples très personnels (et parfois, ce sera juste pour vous dire "vous voyez, ça par exemple, c'est nul. Faites ce que je dis, pas ce que je fais").

Si vous êtes toujours là, eh bien, bon courage ! Attendez-vous à une avalanche de blagues lourdingues, de montages pourris, de clash gratuits, de gifs de GOT, de full caps et de parenthèses en veux-tu en voilà. Et de temps en temps, des petits trucs et astuces qui pourront vous resservir.

Écrire de la fantasy comme G.R.R. MartinOù les histoires vivent. Découvrez maintenant