La rousse et la blonde

15 5 0

-Hé Loufoca ! J'espère que les Énormes Papilles ne te manquent pas trop ! Au fait tu féliciteras ton père pour le dernier numéro de son torchon !

-Je n'ai pas de leçons à recevoir de quelqu'un qui ne sait même pas qu'on dit « Énormus à Babille » et pas « Énormes Papilles », répliqua doucement Luna en tournant les talons pour se diriger vers son prochain cours.

Elle sortit un morceau de parchemin. En ce début d'année scolaire, elle ne connaissait pas encore son emploi du temps par cœur. Il était indiqué d'une belle écriture enfermée par un cadre décoré par ses soins de petites ravegourdes animées qu'elle avait cours de sortilèges avec les Gryffondor.

Elle se dirigeait vers sa salle lorsque des éclats de voix retentirent :

-Georges ! Fiche moi la paix ! Je sais me débrouiller toute seule !

Ils provenaient d'une fille aux cheveux flamboyants et au visage parsemé de tâches de rousseur. Elle arrivait vers elles sans regarder où elle allait, trop occupée à fusiller du regard celui qui semblait être son frère. Elle faillit percuter Luna et marmonna un vague « désolée » avant de voir à qui elle avait affaire. Si elle la connaissait, elle n'en laissa rien paraître mais lorsqu'elle vit son uniforme de Serdaigle elle lui demanda, calmée :

-Excuse-moi, tu es chez les Serdaigles ? Tu vas au cours de sortilèges avec Flitwick ?

Son interlocutrice approuva avant de réciter d'une voix calme et posée :

-Tout homme s'enrichit quand abonde l'esprit.

-Euh... tu sais où est-ce qu'on est ?

-Bien sûr ! Tu veux qu'on y aille ensemble ?

La jeune fille par un petit sourire gêné mais accepta tout de même. Luna se félicita d'avoir mis ses lorgnospectres, ils allaient peut-être éloigner les mauvaises pensées de la jolie rousse.

-Je m'appelle Ginny, et toi c'est Luna, il me semble, non ?

-Oui, c'est moi.

Un silence confus s'installa jusqu'à ce que Luna l'interrompe d'une voix toujours aussi déroutante et chantante :

-C'est le fait que mon père dirige le Chicaneur qui te mets mal à l'aise ou tu as peur qu'on te surprenne avec moi ?

Si elle eut l'air déroutée par la sincérité de la jeune fille, Ginny se reprit bien vite et répondit en souriant :

-Non, c'est juste que je ne comprenais pas tout ce qu'on disait de toi, car je te trouve très gentille !

Ce fut au tour de Luna d'être étonnée, personne ne lui avait jamais dit une chose pareille, et elle savait tout ce qu'on calomniait sur elle. Elle lui adressa un des grands sourires déroutants dont elle avait le secret avant de répliquer :

-On ne m'avait jamais dit quelque chose d'aussi gentil ! Tiens, si tu veux je t'offre le dernier numéro du journal de mon père. Tu verras, c'est hallucinant ce qu'il révèle sur Victor Krum ! Tu savais qu'il était en réalité un Mangemort infiltré dans l'équipe de Quidditch de Bulgarie ?

-Hum... non, c'est hallucinant, en effet, répondit la rousse sans se séparer de son sourire poli et en rangeant dans son sac le magazine aux couleurs éclatantes.

Elles marchèrent à côté quelques minutes, la rouquine observant à la dérobée la blonde qui regardait d'un air rêveur les portraits se disputer entre eux.

Des bruits de pas bruyants retentirent derrière elles, en provenance d'un jeune homme que Ginny reconnut comme Zacharias Smith. Il accéléra le pas et finit par se mettre à courir vers les deux filles la tête baissée. Il bouscula violemment Luna, faisant tomber à terre tous les livres, parchemins et plumes qu'elle portait avant de se faire arrêter par une voix brutale :

-Smith ! Excuse-toi ! Tu as bousculé Luna, elle ne t'a rien fait !

-Ah... excuse-moi, Loufoca !, répliqua le garçon avec un sourire narquois, regardant à peine l'intéressée. Ah, et félicitations pour les révélations de ton incapable de père sur...

Il n'eut pas le temps d'achever sa phrase un tourbillon de chauves-souris le coupant. Les bêtes enragées se mirent à le harceler de partout et il s'en alla en courant, chassant les animaux à grands coups de bras.

Ginny déclara d'une voix fière avant d'aider Luna à ramasser ses affaires :

-Sortilège de Chauve-furie ! Il ne t'embêtera pas de sitôt !

Luna sourit. Chose rare, cette fille lui était sympathique. Et puis elle pris conscience que, oui, elle s'était fait une amie. Et rien au monde ne pouvait lui être plus cher.

La rousse et la blonde - OS pour un concoursRead this story for FREE!