Chapitre 28 : Retour de la reine (Rome -46)

1.1K 98 12

Antoine attendait César dans l'atrium. Impatient, il tournait en rond, observant à la dérobée les serviteurs qui s'activaient dès l'aube. Que faisait son chef ? Lui qui d'ordinaire n'était jamais en retard ...

A l'étage, je finissais d'enfiler ma tunique alors que César saisissait sa toge. Je passais un énième coup de brosse dans mes cheveux même si je savais bien que c'était inutile. Ma crinière resterait sauvage aujourd'hui, malgré mon acharnement.

- Cléopâtre et Ptolémée arrivent aujourd'hui. M'informa César, finissant d'attacher sa toge. Accueille-les en mon nom, je te prie. Antoine t'accompagnera.

Je hochais la tête pour lui faire signe que j'avais compris. Je descendis rapidement les marches, n'attendant pas de voir s'il m'emboîtait le pas. Antoine était déjà là, tournant dans la pièce comme un lion en cage. A mon arrivée, son visage se décomposa comme s'il venait de voir un fantôme.

- Eryn ? Mais qu'est-ce que ...

César arriva à ma suite, gratifiant Antoine d'un sourire conquérant.

- Toi aussi tu étais au courant ? Le questionnais-je, croisant les bras sur ma poitrine.

A ce rythme-là, tout Rome saurait que j'étais la fille de Vercingétorix avant le zénith.

- Je lui ai dit, me révéla mon amant.

Sans que je m'y attende, Antoine s'approcha de moi et me serra dans mes bras. Ma respiration se coupa sous la force qu'il y mettait. Mais, je ne pus m'empêcher de sourire. Ma capture m'avait finalement permis de trouver une nouvelle famille. César se racla la gorge et Antoine me redéposa sur le sol, un grand sourire éclairant son visage.

- Je suis heureux que tu ne sois pas partie. M'avoua-t-il, un sourire rayonnant sur les lèvres. La vie serait bien moins amusante sans toi. Tu nous avais caché que tu étais une princesse !

Je n'aimais pas vraiment ce titre mais mon père était le roi des Arvernes, ce qui faisait logiquement de moi une princesse. Mais nous n'avions rien de commun avec Cléopâtre. Nous étions plus des chefs de tribus que des souverains tout puissants. Je lui répondis par un sourire sincère. Au fil du temps, Antoine était devenu un véritable ami.

- Je dois y aller. Annonça César. Le Sénat ne m'attendra pas plus longtemps.

En passant à côté de moi, il me gratifia d'un baiser sur les lèvres.

- Evite de créer un incident diplomatique en mon absence, ironisa-t-il avant de sortir de la domus.

Je le regardais sortir, un sourire béat accroché aux lèvres. J'ignorais que l'amour rendait chaque instant plus beau. Antoine me coupa dans mes pensées romantiques.

- Nous y allons ? Me demanda-t-il, en m'invitant vers la sortie.

Je joignis mon pas au sien alors qu'un serviteur me tendit les rênes de ma monture.

- Où se trouve la reine ? Demandais-je à Antoine tout en me mettant en selle.

- A quelques kilomètres de Rome, nous y serons assez vite.

- Alors essaye de me rattraper, ricanais-je.

Sans attendre, je talonnais ma monture et partis en trombe vers la sortie de la ville. Le rire d'Antoine résonna derrière moi alors qu'il s'élançait à son tour. En moins de temps qu'il ne fallu pour le dire, nous nous retrouvâmes en dehors de Rome. Je stoppais Epona et jetais un regard vers la grande colonne de litière qui arrivait dans notre direction.

- Pas de doute, c'est elle. Affirma Antoine, en arrivant à mes côtés.

Je me dirigeais vers la plus grande litière, la plus luxueuse. A mon arrivée, les quatre hommes qui transportaient la reine posèrent la litière sur le sol. Celle-ci en sortit, gracieusement. Elle portait une longue robe verte tombant sur le sol autour d'elle et resserrait autour de la taille. Ses cheveux noirs bouclés avaient été reliés en un haut chignon et ses yeux, maquillés de khôl. Elle portait sa couronne avec un serpent relevé vers l'avant. Elle resplendissait, comme à son habitude. Je descendis de cheval et confiais les rênes à un serviteur. Je m'inclinais devant elle alors qu'elle me serrait dans ses bras.

Alea Jacta Est [Tome 1]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !