Chapitre 12 : David

1K 66 86

Bonjour !

C'est dimanche, le jour du nouveau chapitre ^^ Je suis contente d'arriver à tenir le rythme jusqu'à présent. A l'heure où j'écris ces livres, j'ai également les chapitres 13 et 14 en magasin. Il faut donc que j'écrive le 15 et je serai bon jusqu'aux vacances de Noël.

Dans ce chapitre, on retrouve David. J'espère que vous allez finir par apprécier ses chapitres ! Je sais qu'il y une team David-qui-est-con-mais-qu'on-aime-quand-même parmi vous :P

Bonne lecture !

Prudence, 19 ans, lesbienne, correctrice pour HoMag, étudiante en lettres classiques
David, 21 ans, gay, rédacteur en chef et rédacteur rendez-vous LGBT pour HoMag, étudiant en LEA anglais/espagnol
Jade, 23 ans, pan, rédactrice féminisme et maquettiste pour HoMag, étudiante en psychologie
Ina, 26 ans, lesbienne, secrétaire et rédactrice littérature pour HoMag, community manager
Léo, 21 ans, bi, président et rédacteur témoignage pour HoMag, étudiant en sociologie
Harry, 21 ans, pan ace et trans, rédacteur politique et informaticien pour HoMag, étudiant en informatique
Min-Jae, 22 ans, gay, trésorier et photographe pour HoMag, étudiant à Centrale Paris
Sen, 24 ans, bi et non-binaire, rédacteur⋅trice pop-culture pour HoMag, développeur⋅euse
Romane, 23 ans, lesbienne, administratrice et rédactrice cinéma pour HoMag, étudiante en cinéma
Nathan, 27 ans, gay, rédacteur sexo et prévention pour HoMag, infirmier
Gwen, 25 ans, bie, vice-présidente et rédactrice courrier des lecteurs⋅trices pour HoMag, coiffeuse
Mehdi, 24 ans, gay, illustrateur pour HoMag, bédéiste
Max, 20 ans, gay, rédacteur interview, étudiant en journalisme

*********

— David —

10 novembre.

Avec la baisse des subventions, HoMag est en déficit de 1000 euros sur le budget prévisionnel, et ce n'est que le début de l'année. Même s'il y a un peu de réserve sur le compte de l'association, Min-Jae préfère que HoMag aille chercher des thunes ailleurs. On a une soirée caritative prévue avec le Tango, comme chaque année, mais elle n'aura lieu qu'en février et elle nous sert d'ordinaire à financer le char pour la Marche des Fiertés.

Lorsque Min-Jae est arrivé avec son idée de vente de gâteaux, on est plusieurs à lui avoir ri au nez. Mais force est de constater qu'on a rien trouvé de mieux. Bien sûr, cela ne suffira pas à renflouer les caisses, mais si on pouvait ramasser, ne serait-ce qu'un quart de la somme qui nous manque, ça sera déjà pas mal. Et on l'aura pas vendre que des gâteaux, la bouffe n'est qu'un prétexte pour appâter les gens sur notre stand et pouvoir ensuite leur mettre notre boîte à dons sous le nez. J'espère que cette stratégie paiera.

J'ai passé l'après-midi dans la cuisine de mes parents avec Léo, pour préparer une montagne de cookies, deux cakes et un gâteau au chocolat. C'était sympa, mais aussi frustrant car Léo ne voulait pas qu'on mange ne serait-ce qu'un seul cookie. J'ai dû me contenter de lécher les plats.

Nous voilà donc samedi 20h, en train d'installer notre bazar sur la table que le Delta a bien voulu nous prêter pour la soirée. Merci Léo d'avoir été faire les yeux doux au gérant pour nous obtenir cet emplacement. Évidemment, on aurait pu s'installer au Pirate, mais quand on parle d'argent, il vaut mieux aller chez les gays qui mettent 15 euros dans leur cocktail que chez les queers fauchés qui boivent de la mauvaise bière. Le bar se veut intimiste. Il y a peu de lumière quand on s'éloigne du bar, des spots rouges éclairent les murs en pierre. Tout est très sombre, c'est difficile de se voir réellement.

— Prudence et Léo, vous pouvez découper les gâteaux que j'ai sorti ? On va garder les autres en réserve pour plus tard.

Min-Jae et sa nouvelle couleur verte (pas très flatteuse, entre nous) dirige les opérations et assigne à chacun ses rôles. Normalement, je suis chargé de présenter HoMag avec Ina, Gwen et Max, mais clairement on ne va pas tenir à quatre derrière cette minuscule table. Ina et Gwen se chargent d'installer cette partie du stand. HoMag est un magazine gratuit sur le principe, mais les dons sont toujours bienvenus. Rares sont ceux qui osent prendre un exemplaire sans mettre au moins une pièce dans la boîte. Je reste les bras ballants à côté de mes camarades, sans savoir trop comment aider. Sept pour un mini-stand, c'était peut-être un peu ambitieux.

Tant qu'il le FaudraLisez cette histoire GRATUITEMENT !