L'enfant des nuages

663 34 28

Pour moi la terre est un immense gâteau. Le noyau de cette terre est le cœur fondant d'un parfait au chocolat. Ce qui l'entoure est le moelleux d'un muffin à la vanille et les nuages le glaçage complétant le tout.

Je suis fascinée par cette planète, je la trouve si attrayante...Mais j'ai l'impression que je suis la seule. Personne sur cette terre ne voit la vraie beauté de ce monde. Il n'y a que moi. Et je n'y suis même pas née.

Je suis l'enfant des nuages.

Je vagabonde où bon me semble comme le vent, ne reste jamais longtemps au même endroit comme la pluie. J'ai huit ans. Du moins je le pense, car mon physique est celui d'une petite fille de cet âge. Je me suis déjà regardée dans un miroir et j'ai remarqué ma peau très pâle, mes longs cheveux gris et mes yeux bleus, comme le ciel les jours où il n'y a aucun nuages.

Aujourd'hui je suis dans un petit village. Il fait beau et je sautille en chantonnant à travers les rues, sans but précis, ma petite robe blanche voletant au gré de mes sauts. Je vois les feuilles mortes s'envolées lorsque je m'en approche, comme si je créait un courant d'air, m'enveloppant et tourbillonant autour de moi. Ça doit être sans doute le cas.

Après tout je suis l'enfant des nuages.

Soudain j'entend des rires au loin. Des cris aussi, d'enfants semblant s'amuser. Curieuse, je me décide à aller voir ce pourquoi qui les rend si heureux. En tournant à droite, je découvre un parc où des jeux pour enfants sont installés.

C'est de là que viennent les cris. Je m'approche et me sens excitée à l'idée de jouer à tous ces jeux. Je cours, le cœur en joie, et choisis les balançoires. Il n'y a personne, ce qui n'est pas plus mal.

Je ne peux parler avec ces autres enfants, ce serait comme si le soleil essayait de s'adresser à la lune. Nous sommes trop éloignés.

Je me balance d'avant en arrière, étirant mes jambes, mes cheveux volant au vent. Mais quelque chose attire mon attention. Je tourne la tête et découvre non loin de là, un coin où une multitude de tulipes multicolores pousse sereinement.

Je descend de ma balançoire et sautille jusqu'à elles. Je n'avais jamais vu d'aussi belles couleurs. Je me mordille la lèvre supérieur et m'accroupis, décidée à cueillir l'une d'entre elle. Mais lorsque j'approche ma main, la fleur est comme poussée par une force invisible et ses pétales s'envolent, avant même que je ne l'ai atteinte, ne laissant qu'une tige dépourvue de tout. J'essaye d'en prendre une autre, mais le même manège se manifeste m'empêchant encore une fois de toucher les délicates pétales. J'essaye une troisième fois, puis une quatrième, sans que le résultat soit meilleur.

Alors je renonce.

La frustration combinée à la déception, me fait monter les larmes aux yeux, et je sens perler sur mes joues pâles, des larmes chargées de ma peine. Les nuages au-dessus de moi, deviennent plus nombreux et plus gris. Le vent se fait plus fort.

Et je pleure.

Soudain j'entend des pas à ma droite, qui s'arrêtent juste à côté de moi. Je relève la tête en reniflant. Un petit garçon, d'environ mon âge, me regarde. Il est brun, ses cheveux lui tombant dans ses yeux noisettes. Il porte une salopette marron mais ce qui est étonnant c'est qu'il est recouvert de boue et de terre sur tout le corps, comme si il avait joué parmis les cochons. Son regard passe de moi aux fleurs, puis revient sur moi.

"Tu veux une fleur?" me demande-t-il en penchant la tête sur le côté.

Après un instant d'hésitation, je hoche timidement la tête. Il sourit et s'accroupit, approchant sa main pour cueillir une fleur. Mais à peine sa main l'a-t-elle effleuré, que celle-ci se craquèle et tombe en poussière. Fronçant les sourcils, il recommence en essayant le plus vite possible, sans qu'il y ai un meilleur résultat. Finalement il me regarde, l'air bien embarrassé. Je répond par un triste sourire, lui faisant comprendre qu'au moins il avait essayé. Alors qu'il me regarde d'un air réfléchi, son regard s'éclaire comme si il avait soudain trouvé quelque chose. Il fourre sa main dans la poche de sa salopette, et la ressort, une pleine poignée de terre dedans. Il me fait signe de ne pas bouger. J'obéis, et je le vois approcher sa main pleine de terre sous mon menton. Il reste ainsi quelques secondes avant de la retirer. Je baisse les yeux et voit que dans la terre, deux traces sombres se sont formées.

Deux de mes larmes sont tombés dedans.

Il me sourit et alors que je le regardais en essayant de comprendre, je vois que quelque chose sort de cette terre. Cela se met à pousser, très vite cela devient une tige, puis un bourgeon se forme et à mon grand émerveillement, une rose, d'un rouge profond et harmonieux, éclose. J'approche alors doucement ma main, de peur que cette si magnifique fleur ne parte dans le vent, mais au contraire, j'ai l'impression que plus je m'approche, plus elle s'illumine. Je la touche enfin. Douce comme de la soie, et le parfum enivrant, je soupire de bonheur.

Les nuages disparaissent, laissant un beau ciel bleu et un soleil plus brillant que jamais.

Je regarde le garçon, mon plus beau sourire sur les lèvres, le remerciant du fond du cœur. Puis, je dépose un baiser sur sa joue, laissant une petite trace propre parmi toute cette crasse. Il sourit et sans le vouloir, se met à rougir.

"Je te remercie", murmuré-je ," Et au fait...Je suis l'enfant des nuages."

Il me sourit alors de toutes ses dents.

"Salut, moi c'est l'enfant de la terre."

-------------------------

Voilà, j'espère que cette nouvelle vous aura plûs!

Merci de l'avoir lu et n'hésitez pas à laisser un commentaire! (bon ou desaprobateur)

;D

~Claidheamor

L'enfant des nuagesLisez cette histoire GRATUITEMENT !