Chapitre 28

17.8K 2.5K 69



Plus tard dans la soirée Kate cala Meridy contre son épaule. La petite-fille s'était enfin endormie après des heures à lutter contre le sommeil.

- Où dois-je la mettre ? Demanda-t-elle quand ils eurent grimpé les étages.

- Juste à côté, la chambre est équipée.

Avec déception Kate lui tendit Meridy. Très vite cette déception fut très vite remplacée par une émotion indicible.

Masson tenait l'enfant contre lui avec une telle tendresse que son cœur se mit à battre à vive allure. Elle se surprit à songer au futur...ce qu'elle pouvait lui offrir. Une vie de famille.

Masson évitait au mieux de lire dans les pensées de Kate car il savait au fond de lui qu'elle songeait à lui donner un enfant. Il suffisait d'observer cette lueur persistante qui illuminait ses grands yeux azur pour le deviner.

D'une caresse sur les boucles blondes de sa nièce, Masson ferma les yeux brièvement pour mieux les rouvrir.

Les grands yeux de Meridy s'ouvrirent suivi d'un léger bâillement adorable.

- J'ai toujours crû que cela était impossible, confia-il en caressant son ventre pour qu'elle se rendorme.

Les mains de sa compagne se posèrent dans son dos. Il pouvait déceler ses battements de cœur presque erratiques.

- Tu parles de Meridy ?

- Lorsque Kendrik nous a appris que Zyra était enceinte j'ai cru cela impossible.

- Je dois dire que je n'y ai pas cru non plus, avoua-t-elle.

Masson se retourna une fois certain que sa nièce dormait profondément et emporta la jeune femme avec lui jusqu'à sa chambre.

- Tu es si belle, murmura-t-il en contemplant ses yeux azur.

Elle posa ses mains sur ses poignets.

- Mais ? J'ai la sensation qu'il y a un mais.

- Es-tu heureuse Kate ? Est-ce que cette vie te plaît ? J'ai besoin de la savoir...J'ai besoin de connaître chacun de tes ressentiments.

Masson entendit les battements de son cœur s'affoler.

- J'ai un rêve qui me tient à cœur et j'aimerais que cela soit possible ici.

- Lequel ? Dis-moi Kate je ferais n'importe quoi pour te rendre heureuse.

Kate plongea son regard dans le sien.

- Je veux poursuivre mon travail, je désire ouvrir mon propre cabinet médical.

- Je le sais, chuchota-t-il avec un sourire en coin ; Je t'ai entendu depuis le toit de l'hôpital et je ne t'interdirais jamais de travailler.

Kate se pinça les lèvres en peinant à refouler des larmes de bonheur.

- Tu n'es pas prisonnière ici, seulement je tiens à ta sécurité, ajouta l'homme en se dirigeant vers la fenêtre pour y observer la lune claire ; Quand la menace sera totalement éliminée alors tu feras ce qu'il te plaît mon amour, de toute façon je ne te quitterais pas du regard peu importe où tu es.

- Es-tu en train de dire que tu désires travailler pour moi ? Lança-t-elle d'une voix teintée de moqueries.

Il se retourna lentement, les yeux plissés.

- Non, mais je serais sur mes gardes, je serais disons...ton garde du corps.

Kate le vit se rapprocher d'elle si vite qu'elle en eut le souffle coupé. La seconde suivante elle se retrouva sur le matelas, bloquée par son corps imposant.

La proie du vampireLisez cette histoire GRATUITEMENT !