Les pleures

514 24 6

Je rentre chez moi en fermant la porte d'entrée dans un bruit sourd. Je ne peux pas croire ce que j'ai vu ! J'étais quoi pour elle ? Une amourette d'été? Un coup comme ça ? Non c'est pas possible ! Ses regards, ses caresses, ses baisers, ça ne peut pas être rien pour elle.

Je monte dans à l'étage sans un regard pour mes parents qui étaient dans le salon. Arrivant dans ma chambre, je me laisse tombe dans mon lit en laissant les larmes coulées.

Ça ne pouvait pas être possible, on a passé deux mois merveilleux ensemble, le plus bel été de toute ma vie. On ne s'est pas dit les trois mots, mais je pensais que c'était assez clair. Et puis c'est qui cette espèce de bûcheron mal rasé? Elle m'en avait jamais parlé. Et voilà que je vois cet homme prêt a fourré sa langue dans sa gorge ?!

J'étais enfin prête à lui faire part de ma présence dans cette ville, dans sa classe, dans sa vie et voilà que je la retrouve dans les bras d'un autre ? Et tous les mots qu'elle m'ait dites ? N'en pensait-Elle pas un seul mot ? Je pouvais pas y croire. Pas après la nuit... cette fameuse nuit... la première et plus de doute... la dernière. Le plus intense adieu de ma vie.

Après plus d'une heure de larmes, de souvenirs et de questionnements je finis par m'en dormir.

Je me réveille vers 16 h avec une migraine épouvantable. Je descends et me dirige vers la cuisine. Le silence plane dans l'appartement. En arrivant dans la cuisine un mot est indiqué sur le comptoir :

"Hey ma puce, nous sommes partis chercher ton frère à l'aéroport, il rentre aujourd'hui. Nous voulions pas te déranger alors nous t'avons laissé. Nous rentrerons tard, des plats sont à réchauffer dans le frigo. J'espère que ta rentrée s'est bien passée. À demain, on t'aime.

Tes parents."

Je lève les yeux au ciel. Toujours autant guimauve. Je laisse le papier et me prépare un sandwich. Je me pose dans le canapé, tout en mangeant j'allume mon téléphone. 4 appelle en absence et 3 messages. Tous de Ruby, pas un seul d'elle...

«Message de Ruby a 13h45»

-hey Blondie, tu es passée où?

«Message de Ruby a 13h46»

-Et c'était quoi ça ? Me dit pas que la bombasse du café est la fille de Paris ?

«Message de Ruby a 15h10»

-J'espère que tu es bien rentrée, heureusement que Graham n'a rien entendu de ce qu'il s'est passé.

«Message de Ruby a 16h04»

-Donne au moins signé de vie Emma stp.

Je réponds vite au message en disant que je suis rentrée chez moi et que j'avais besoin d'être seul.

Évidemment c'est sans compter sur Ruby qui débarque chez moi, même pas une demi-heure plus tard.

-j'ai apporté de la glace, de la bière et des dvds, maintenant tu vas gentiment tout m'expliquer et sans bronche est-ce clair ?

-ai-je le choix ? Dis-je en baissant la tête et en montant à l'étage sachant qu'elle me suivait.

Arrivé dans la chambre nous nous posons dans le lit et là je m'effondre en larme dans ses bras.

Après plusieurs minutes de larme et de mots réconfortent je me redresse et me penche pour ouvrir le tiroir de ma table de nuit et en sort une photo de Regina prenant un selfie de nous deux, j'avais enfui ma tête dans son cou en riant au éclat- je la tends à Ruby.

-C'est donc bien elle... Vous aviez l'air heureuse.

-Nous l'étions ! Du moins à ce moment-là, je pensais l'être encore ce matin et voilà que je la retrouve dans les bras de cette espèce de...

-Je vois... peut être qu'il y a une autre explication...

-Une autre explication ? Que veux-tu que ça soit d'autre ? Il était prêt à l'embrasser Ruby et elle allait le laisser faire...

-Tu lui as parlé depuis ? Tu lui as envoyé un message ?

-Non, et je compte pas le faire ! Elle ne m'a rien envoyé non plus.

-Écoute je comprends que tu souffres mais c'est ta dernière année tu ne vas pas sécher tous tes cours avec elle juste pour ça. Tu risques de ne pas devenir policière en commençant comme ça.

-Je sais, mais tu veux que je fasse quoi ? Je ne sais même pas ce que je serais capable de faire en la voyant, et crois-moi à ce moment-là la discrétion ne sera pas ma meilleure qualité.

-Alors il faut que tu la voies avant et mettre les choses au point, tu n'as pas le choix...

-Je sais... on peut juste manger de la glace pour l'instant...? Je la regarde avec mes yeux de chien battu.

Elle rigole et ouvre un gros pot de glace à la pistache, mon préféré! Je pars chercher des cuillères et nous commençons à regarder des films jusqu'au moment où mes parents revienne.

Une fois Ruby rentrée chez sa grand-mère, nous passons la soirée tout les 4 à rire, heureux du retour du plus petit.

À l'étage... un bip retentit dans la chambre signifiant la réception d'un nouveau message...

Juste un été Lisez cette histoire GRATUITEMENT !