Chapitre 14 : Pompée le Grand (Dyrrachium 11 juillet -48)

1K 101 12

L'attente avait été longue. J'avais l'impression d'avoir passé ma vie dans cette cage. Ma bouche était sèche. J'aurais tout donné pour pouvoir boire une seule goutte d'eau. Les légionnaires prenait un malin plaisir à engloutir des litres d'eaux devant moi, me faisant saliver d'envie. J'essayais de les ignorer, fermant les yeux. Devais-je trahir César ? Je connaissais bien sûr ses plans de bataille. Servir le vin permettait à mes oreilles de traîner.

Il manquait cruellement de cavalerie alors que Pompée en avait une beaucoup plus importante. César voulait tendre un piège à son rival. Que les hommes de Pompée foncent sur la cavalerie de César pour se retrouver finalement face à l'infanterie. Enfin, si son plan n'avait pas changé. César n'avait pas pris en compte se défaite quand il avait crée sa stratégie.

Je ne pouvais pas le trahir. Je m'y refusais. Il était le seul qui pouvait me sauver ainsi que la vie de mon père, même s'il l'ignorait. J'avais essayé de triturer les barreaux de la cage mais rien n'y faisait. J'attendais. Qu'est-ce que j'attendais exactement ? Il ne viendrait pas me chercher. Il ne s'abaisserait pas face à Pompée, même si je détenais des informations importantes.

Sortie brutalement de mes pensées, j'observais l'homme qui s'avançait d'un pas décidé vers la cage. Il l'ouvrit et me tira dehors, à sa suite. Mes jambes se dérobèrent sous mon poids alors que je foulais le sol. Je n'avais pas mangé depuis près de deux jours et mon corps me faisait chèrement payer ce manque de nourriture. Je me sentais si faible. L'homme me traîna jusqu'au centre du camp et me jeta, à genoux, devant Pompée. Je relevais un regard que j'espérais fier vers ce général de malheur. Un sourire mauvais barrait ses lèvres.

- Je te repose une dernière fois la question, Eryn. Quelle est la stratégie de César ?

- Je vous ai déjà dit que je l'ignorais. Répétais-je, la voix rauque.

Mon geôlier tira violemment sur ma tunique, dévoilant mon dos nue à toute l'armée de Pompée. Je compris alors ce qu'il voulait faire. Il voulait m'humilier. Les restes de mon vêtement cachait au moins le bas de mon corps. Mes mains dans le dos, je ne pouvais retenir mon habit qui dévoila un de mes seins. Je tentais d'y faire abstraction, plantant mon regard noir de rage dans celui de Pompée.

Je n'avais pas fait tout ce chemin pour mourir ici, en Grèce. J'avais une tâche à accomplir. Je devais sauver mon père et peu importe les obstacles qui se dressaient en travers de ma route. J'avais affronté bien pire. Soudain, Brutus s'approcha de moi, tenant un fouet à la main. Je ne pus m'empêcher de frémir.

- Dis le moi ! Insista Pompée.

Voyant que je ne répondais pas, il fit un signe de la main au jeune homme. Celui-ci leva la main et abattit le fouet sur mon dos, mis à nue. Je m'étais promis de ne pas hurler mais je ne pus retenir le cri qui sortit de mes entrailles. Il semblait prendre un plaisir pervers à me voir souffrir.

Des larmes jaillirent de mes yeux alors que j'essayais de concentrer mes esprits, tentant vainement d'occulter cette douleur qui marquait mon dos. Mon père. Un nouveau coup. La Gaule. Un nouveau coup. César. Un nouveau coup. Je sentis le sang glissait le long de ma colonne vertébrale avant que je ne tombe face contre terre, mes forces m'abandonnant peu à peu. Mais Pompée n'en avait pas fini avec moi. Il me redressa vivement, me tenant par les cheveux.

- Continue. Ordonna-t-il à mon bourreau.

Il haussa la voix, jetant un regard mauvais vers le camp de César, tout en me forçant à observer le camp qui se dessinait sur la colline. M'entendait-il ? Me voyait-il ?

- Je veux qu'il entende les cris de sa chienne !

Un nouveau coup s'abattit entre mes omoplates. Ma tête se mit à tourner violemment. Brutus ne s'arrêtait pas. Je ne savais même plus si je criais ou non. Je ne comptais plus au bout du dixième coup, laissant mon esprit quitter mon corps. Je me fis simplement la promesse de venger chacun de mes coups. Un jour, je lui rendrai au centuple la douleur et l'humiliation qu'il venait de m'infliger.

Alea Jacta Est [Tome 1]Lisez cette histoire GRATUITEMENT !