Chapitre 10

21.6K 2.7K 45



Observant l'aube se lever doucement au-dessus des maisons victorienne Kate inspira profondément en songeant à son avenir. Il n'avait jamais été aussi sombre qu'aujourd'hui, pensa-t-elle en écartant les rideaux pour observer la jeune femme blond qui marchait vers une allée fleurie de roses rouges.

- Bonjour, lança cette voix rocailleuse qui avait hanté ses rêves.

Kate ferma les yeux un bref moment, le temps pour elle de recouvrer un peu de calme. Elle n'avait rien à craindre, songea-t-elle en se retournant.

Immédiatement, elle sentit une douce chaleur se propager en elle...incontrôlable et pourtant si agréable. Il la couvrait d'un regard protecteur, lèvres serrées, le regard toujours aussi sombre. Kate avait peine à réaliser tout ce qu'il se passait mais pour une raison encore méconnue, elle voulait rester comme si une force mystérieuse la poussait dangereusement vers lui.

- Est-ce que tu as bien dormi ? S'informa l'homme en restant prudemment près de la porte.

- Très bien, merci, bredouilla-t-elle en glissant une mèche rebelle derrière son oreille.

- Est-ce que tu as faim ? Tu n'as rien mangé hier, nota l'homme en se redressant d'un bond comme si une tension dangereuse l'empêchait de se contrôler totalement.

Kate acquiesça difficilement le regard figé sur lui.

- Alors suis-moi, l'enjoignit-il en tendant son bras vers elle.

Kate hésita une seconde avant de le suivre, jetant un coup d'œil vers le livre resté sur le lit. Elle remarqua très vite qu'il essayait de mettre de la distance entre eux, il semblait froid et inaccessible. Ajouté à cela, Kate ne pouvait nier l'étrange sensation qu'elle ressentait à son contact.

Elle le suivit jusqu'à la cuisine qui à sa plus grande surprise était moderne et éclairée au contraire des autres pièces.

- As-tu reçu des coups de téléphone ? S'informa-t-il en l'invitant à prendre place sur l'un des tabourets.

Kate réprima un rire amer.

- Vous...tu penses que quelqu'un se souci de moi ?

Il se figea, la dévisageant avec une intensité troublante.

- Tes collègues de travaille peuvent s'inquiéter, répliqua le vampire en inclinant sa tête furtivement.

Kate fronça des sourcils en essayant de déterminer s'il essayait de la piéger.

- Si j'avais reçu le moindre coup de téléphone, tu l'aurais su non ?

Le cyan se fendit d'un sourire en coin, sans prendre la peine de la contredire.

- Personne s'inquiète de savoir où je suis ou bien même si je suis morte, déclara-t-elle en haussant vaguement des épaules ; Je n'ai pas d'amis sur qui compter.

Cet aveu parut le rembrunir soudain. Instinctivement elle baissa les yeux en sentant ses joues s'enflammer dangereusement.

- Tu es une très belle femme, Kate, j'ai pu assister à de fâcheuses situations qui auraient pu me conduire à la folie.

Eberluée, elle releva subitement la tête pour le dévisager alors qu'il faisait le tour du plan de travail pour la rejoindre.

- Je pouvais traduire chacune de leur pensée salace, ajouta-t-il d'une voix grave, rictus aux lèvres.

Kate sentit son souffle s'affaiblir et son cœur n'avait de cesse de battre contre ses tempes. Était-il jaloux ?

Il émit un rire presque silencieux.

La proie du vampireLisez cette histoire GRATUITEMENT !